Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Aurelius Ambrosius dit Ambroise de Milan ou Saint Ambroise

Aurelius Ambrosius dit Ambroise de Milan ou Saint Ambroise

samedi 6 avril 2019 (Date de rédaction antérieure : 17 août 2011).

Aurelius Ambrosius dit Ambroise de Milan ou Saint Ambroise (340-397)

Évêque de Milan de 374 à 397

Né vraisemblablement à Trèves [1], fils d’un Ambrosius, préfet de Rome. Il fut l’un des protagonistes des débats contre l’arianisme [2]. C’est auprès de lui que Augustin d’Hippone se convertit au christianisme.

Après avoir appris les belles lettres à Rome, il plaida avec éclat des causes devant le tribunal, et fut envoyé par l’empereur Valentinien 1er pour prendre le gouvernement des provinces de la Ligurie [3] et de l’Émilie [4].

A Rome il reçoit une éducation qui lui permet de devenir avocat. Puis le préfet du prétoire d’Illyricum [5], auprès duquel il travaillait à partir de 370, lui confie l’administration de la province de Ligurie-Emilie, dont le siège est à Milan.

En 374 il intervient à ce titre pour rétablir l’ordre lors de l’élection du successeur de l’évêque de tendance arienne, Auxence . Alors qu’il n’est pas encore baptisé, les 2 partis le choisissent comme évêque.

Habilement et avec force, il défend les droits de l’Église face à l’Empereur, dont Milan est alors la capitale. Il transféra dans le milieu latin la méditation des Écritures commencée par Origène, en introduisant en Occident la pratique de la “Lectio divina”. Il composa des hymnes, introduisant en Occident le chant liturgique et lui donnant une forme officielle.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de nominis / Saint-Ambroise-de-Milan

Notes

[1] Trèves est une ville et un arrondissement d’Allemagne, dans le Land de Rhénanie-Palatinat. La ville est située sur la Moselle. Cette ville, ancienne colonie romaine, est fondée à l’époque romaine, en l’an 16 av. jc sous le nom d’Augusta Treverorum, sur le site du chef-lieu d’un peuple gaulois, les Trévires. Le pont romain en pierre qui franchit la Moselle est édifié en 45 ap. jc, en remplacement d’un premier pont de bois : c’est le plus ancien pont d’Allemagne encore debout. Colonie romaine et place forte très importante dans la défense contre les « Barbares », elle est dotée d’une enceinte abritant la plus grande surface urbaine de Gaule. Grande métropole marchande à partir du 2ème siècle, devenue l’une des capitales de la Tétrarchie à la fin du 3ème siècle et siège d’un atelier monétaire impérial à partir de 294, Trèves est alors qualifiée de « seconde Rome » ou Roma Secunda. De l’époque romaine subsistent la Porta Nigra (porte noire), le plus grand édifice romain sur le sol allemand, une basilique, où siège un tétrarque (aujourd’hui une église protestante), les restes d’un amphithéâtre, ainsi que des ruines de thermes romains. Au début du 5ème siècle, au cours des invasions germaniques, Trèves est attaquée et pillée plusieurs fois par les Francs. Peu auparavant, la préfecture des Gaules est transférée de Trèves à Arles

[2] Hérésie chrétienne qui a cours du 4ème au 6ème siècle sur l’instigation d’Arius, condamné par l’Eglise en 325 et en 381. Cette doctrine niant la consubstantialité du Fils avec le Père , c’est-à-dire niant l’essence divine de Jésus, se scinde ensuite en plusieurs tendances qui rencontrent un vaste écho dans l’Empire et hors de celui-ci.

[3] Région d’Italie située dans le nord-ouest de la péninsule. Son nom vient du peuple antique des Ligures, même si ceux-ci occupaient un territoire beaucoup plus étendu que celui de la Ligurie actuelle. La capitale régionale est Gênes. La Ligurie forme un arc de cercle autour du golfe de Gênes. Elle est entourée par les Alpes et l’Apennin. C’est une région très ouverte sur la mer et largement montagneuse.

[4] Région historique de l’Italie septentrionale, qui avec la Romagne forma la région de l’Émilie-Romagne. Elle est limitée à l’est par les fleuves Sillaro et Reno, qui la sépare de la Romagne, au nord le Pô, qui la sépare de la Lombardie, au sud les crêtes des Apennins, qui fait confins avec la Toscane. Depuis l’occupation par les Étrusques, plusieurs siècles avant notre ère, la région a subi les mêmes parcours historiques que sa voisine la Romagne. À partir de 568 jusqu’en 1859, l’Émilie était une partie intégrante de la Lombardie et ses habitants étaient appelés Lombards.

[5] L’Illyrie est un royaume des côtes de la rive orientale de l’Adriatique, correspondant à peu près à l’Ouest de la Croatie, de la Slovénie et de l’Albanie actuelle. Les Illyriens apparaissent vers le 20ème siècle av. jc. C’est un peuple de souche Indo-Européenne qui comprenait des Dalmates et des Pannoniens. Vers -1300 ils s’établissent sur les côtes Nord et Est de l’Adriatique. Les Illyriens sont les premiers avec les Grecs, à s’installer dans les Balkans et constituent un immense Royaume. Au VIIe siècle av. J.-C. et VIe siècle av. J.-C., l’Illyrie subit une forte héllénisation du fait de ses relations avec les Grecs, qui y ont fondé des comptoirs.