Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 3ème siècle > Publius Licinius Cornelius Valerianus dit Valérien II dit Valérien le (...)

Publius Licinius Cornelius Valerianus dit Valérien II dit Valérien le Jeune

dimanche 9 décembre 2018, par ljallamion

Publius Licinius Cornelius Valerianus dit Valérien II dit Valérien le Jeune (mort en 258)

Pièce de Bronze de Valérien II.Fils aîné de l’empereur romain Gallien et de l’Augusta Cornelia Salonina et le petit-fils de l’empereur Valérien. Encore enfant, il est associé par son père et son grand-père au pouvoir impérial, avec le titre de César, mais décède 2 ans plus tard.

Les sources écrites concernant Valérien le Jeune sont laconiques et contradictoires.

Le jeune Valérien est élevé au rang de César avec le titre honorifique de prince de la jeunesse, sans doute à la fin de l’été 256 d’après l’analyse numismatique des monnaies d’Alexandrie et une inscription sur papyrus, alors que son père Gallien et son grand-père Valérien sont coempereurs. Cette promotion a vraisemblablement pour but de renforcer la dynastie et de répartir géographiquement le pouvoir impérial sur les secteurs les plus menacés de l’Empire. Tandis que l’empereur Valérien réside à Antioche [1] pour faire face à la menace perse, Gallien installe son fils dans la province de Pannonie [2] commandée par le dux Ingenuus, sur la frontière du Danube, et va lui-même s’occuper de la frontière du Rhin avec Salonin, son second fils.

Valérien II mourut en 258, de raisons inconnues. Le décès de Valérien II est peut-être lié à l’usurpation d’Ingenuus, que cette mort laisse seul représentant du pouvoir sur ce front et qui tente de se proclamer empereur en 258.

Pour ses funérailles, Valérien le Jeune eut les honneurs de l’apothéose, comme en témoignent les monnaies émises en commémoration de sa consécration. Son frère Salonin lui succède au rang de César.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de l’Histoire Auguste, traduction et commentaires d’André Chastagnol, éditions Robert Laffont, collection « Bouquins », 1994, (ISBN 2-221-05734-1)

Notes

[1] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay.

[2] La Pannonie est une ancienne région de l’Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l’emplacement de l’actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie et de la Serbie. Les habitants originaux sont les Pannoniens, qui sont envahis par les Celtes et les Boïens au 4ème siècle av. jc. Vers 105 apr. jc, Trajan divise la province en Pannonie supérieure à l’ouest et Pannonie inférieure à l’est. Ces qualificatifs ne sont pas seulement déterminés par le sens du cours du Danube, mais aussi par l’éloignement par rapport à Rome en suivant les itinéraires routiers : le voyageur venant d’Italie rencontre d’abord la Pannonie supérieure, puis la Pannonie inférieure. Le Pannonien Maximien est associé au pouvoir en 285. Les tétrarques réorganisent les provinces pour en améliorer l’administration et la défense : la Pannonie inférieure est divisée en deux : au nord la Valeria, du nom de famille de Dioclétien, avec pour capitale Aquincum ; au sud, la Pannonia Secunda, avec pour capitale Sirmium