Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Jacques de Zébédée dit Jacques le Majeur ou saint Jacques

Jacques de Zébédée dit Jacques le Majeur ou saint Jacques

samedi 27 janvier 2018

Jacques de Zébédée dit Jacques le Majeur ou saint Jacques

Fils de Marie Salomé et de Zébédée, Jacques de Zébédée, frère de l’apôtre Jean de Zébédée, et tous deux sont surnommés Boanerges [1].

Saint Jacques est l’un des tout premiers disciples à suivre Jésus, et il est un de ses plus proches. Il participe, avec Pierre et Jean, à des événements importants : résurrection de la fille du chef de la synagogue, Transfiguration, la prière de Jésus au Mont des Oliviers. Cependant, à l’instar des autres apôtres, il abandonne Jésus quand celui-ci est arrêté.

Jacques est le seul apôtre dont la mort est rapportée dans le Nouveau Testament.

Selon Sainte Catherine Emmerich , un an après la crucifixion du Christ, après la lapidation d’Étienne, les apôtres se partagèrent les contrées à évangéliser. Jacques partit avec quelques disciples, pour l’Espagne pendant 4 années et plus particulièrement vers la cité de Gadès [2], où le travail d’évangélisation rencontra de multiples obstacles et difficultés.

Selon une tradition chrétienne transmise à partir des Catalogues Apostoliques* ( [3]), il ne réussit à convertir que 9 disciples.

Après un voyage de 6 mois à Rome où il fut brièvement emprisonné, il revint à Gadès. Le nombre de disciples y avait notablement augmenté à la suite d’une immigration. Jacques poursuivit son apostolat à Caesaraugusta [4], où il obtint des conversions massives. Il continua son évangélisation par la Galice [5] se dirigeant vers Compostelle [6].

À la suite d’une nouvelle persécution à Jérusalem, Jacques retourna vers cette ville avec 7 disciples pour soutenir la communauté de croyants. Il y fut décapité et son exécution provoqua un soulèvement populaire. Ses dépouilles furent retenues par les persécuteurs.

Selon la tradition des Catalogues Apostoliques, le lieu d’inhumation de saint Jacques fut l’Achaia Marmarica [7].

La supposée translation des reliques de Jacques en Espagne est rapportée par le Codex Calixtinus [8] qui reprend un document du 9ème siècle, la Lettre apocryphe du pape Léon.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Jacques de Zébédée/ Portail du christianisme/ Apôtre

Notes

[1] qui d’après l’évangile selon Marc veut dire fils du tonnerre

[2] l’actuelle Cadix

[3] textes apocryphes grecs rédigés vers le commencement du 7ème siècle et remaniés en latin dans le breviarium apostolorum l’abrégé ou bréviaire des Apôtres

[4] l’actuelle Saragosse

[5] La Galice est une communauté autonome avec un statut de nation historique située à l’extrémité nord-ouest de l’Espagne. Elle est entourée par la principauté des Asturies, la Castille-et-León, le Portugal, l’océan Atlantique et la mer Cantabrique. Elle recouvre une superficie de 29 574 km². La Galice se compose de quatre provinces : La Corogne, Lugo, Ourense et Pontevedra. Saint-Jacques-de-Compostelle, cinquième ville galicienne par sa population et située dans la Province de La Corogne, est la capitale politique de la communauté autonome, sans être celle de la province, qu’est La Corogne, ancienne capitale politique de la Galice et ville la plus importante de la région.

[6] Saint-Jacques-de-Compostelle est une commune située dans la province de La Corogne, en communauté autonome de Galice (Espagne). C’est la capitale de la comarque du même nom et de la communauté autonome. À ce dernier titre, elle héberge le siège du gouvernement et du Parlement de la communauté.

[7] expression grecque qu’on interprète comme la région égyptienne de Marmarique, confusion probable avec saint Jacques le Mineur dont la tradition mentionne qu’il est crucifié en Basse-Égypte qui aurait été déformé dans la traduction latine en arca marmorica », signifiant « tombeau de marbre ». Or, la colline dominant Compostelle où fut trouvé dans une nécropole chrétienne le prétendu tombeau de Jacques par le moine Pélage vers 810 s’appelait Arcis marmoricis

[8] On désigne sous le nom de Liber Sancti Jacobi ou Livre de Saint Jacques, les textes réunis dans le manuscrit appelé Codex Calixtinus qui était conservé à la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle. C’est une compilation d’un ensemble de textes antérieurs, liturgiques, historiques et hagiographiques dont les rédactions successives s’échelonnent sur deux ou trois siècles. On s’accorde à dater ce manuscrit d’environ 1140 (date du dernier miracle décrit). Il fut établi à la gloire de saint Jacques le Majeur pour servir à la promotion de Compostelle.