Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Mithridate II Antiochus Épiphane ou Mithridate II de Commagène

Mithridate II Antiochus Épiphane ou Mithridate II de Commagène

mercredi 10 février 2016

Mithridate II Antiochus Épiphane ou Mithridate II de Commagène (mort en 20 av.jc)

Roi de Commagène de 38 à 20 av. jc

D’ascendance arménienne et grecque, il est l’un des fils du roi Antiochos 1er Theos de Commagène et de la reine Isias Philostorgos . Il succède à son frère Antiochos II en 38 av. jc et règne jusqu’à sa mort.

Selon Plutarque, il est un allié du triumvir romain Marc Antoine. En 31 av. jc, Mithridate dirige personnellement ses forces lors de la bataille d’Actium [1] en Grèce, en appui à Marc Antoine dans la guerre contre Octave, le futur empereur romain Auguste.

Toutefois, après la défaite d’Antoine, Mithridate devient un allié fidèle d’Auguste. Néanmoins, Auguste force Mithridate à remettre à la province romaine de Cœlé-Syrie [2] la ville de Zeugma [3] en Commagène [4], qui est un point de passage stratégique de l’Euphrate, tant sur le plan militaire que commercial.

Pour montrer son soutien à Auguste, Mithridate abandonne le titre de Philhellenos [5] et adopte à la place le titre de Philorhomaios [6]. Les deux titres sont issus du culte royal de Commagène dans lequel Mithridate joue un rôle important.

Selon une inscription figurant sur un autel funéraire trouvé dans le village turc de Sofraz d’une riche famille locale de premier plan, qui date d’environ de la moitié du 1er siècle, l’épouse de Mithridate était une femme grecque appelée Laodicé. Sur l’autel figurent les membres de la famille qui s’étendent sur sept générations et comprend les noms de Mithridate, de son père et de sa femme.

Quand il meurt en 20 av. jc, le fils qu’il a eu avec Laodicé, Mithridate, lui succède.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mithridates II of Commagene »

Notes

[1] Le 2 septembre de l’an 31 av. jc pendant la Dernière Guerre civile de la République romaine, qui suit l’assassinat de Jules César, une grande bataille navale se déroule près d’Actium, sur la côte occidentale de la Grèce, dans le golfe Ambracique, au sud de l’île de Corfou. Elle met aux prises les forces d’Octave et celles de Marc Antoine et Cléopâtre. Elle voit la victoire d’Octave et marque la fin de la guerre civile. Par son ampleur et ses conséquences, la bataille d’Actium est généralement considérée par les historiens comme l’une des batailles navales les plus importantes de l’histoire

[2] La Cœlé-Syrie désigne dans l’Antiquité la Syrie intérieure, ou plus exactement toute la Syrie à l’exception de la Phénicie. Cette région est disputée par les Diadoques après la mort d’Alexandre le Grand, puis, après le partage qui suit la bataille d’Ipsos en 301 av. jc, entre la dynastie des Séleucides et celle des Ptolémées pendant les guerres de Syrie. Au fil du temps le terme de Cœlé-Syrie reçoit cependant des acceptions différentes. Ainsi, sous l’Empire romain à l’époque des Sévères, la province romaine de Syrie, qui prend le nom de Syrie-Cœlé, est centrée autour d’Antioche, au nord ; la région de Tyr, au sud, appartient à la province de Syrie-Phénicie.

[3] Zeugma est une cité antique située sur l’Euphrate, aujourd’hui en Turquie, près de la frontière syrienne au sud du pays, sur l’antique route de la soie, dans l’ancienne Commagène.

[4] La Commagène était un royaume situé au centre sud de l’actuelle Turquie, avec comme capitale Samosate (près de la ville moderne d’Adıyaman, au bord de l’Euphrate). Aujourd’hui la Commagène est célèbre pour son sanctuaire situé sur le mont Nemrod (Nemrut Dağı).

[5] ami des Grecs

[6] ami des Romains