Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Critias

dimanche 26 juillet 2015

Critias (460/450-403 av. jc

Homme politique-Philosophe-Orateur et poète athénien

Cousin de Platon, il figure au début du Timée [1], est présent dans le Charmide [2] et dans le Critias [3], où son identification est contestée car il pourrait s’agir de son père, nommé lui aussi Critias.

Issu d’une famille aristocratique, il est connu pour sa beauté, son intelligence, son énergie et ses activités dans plusieurs domaines à la fois. Formé par les sophistes [4], disciple de Socrate selon Eschine, simple proche dans son entourage selon Xénophon, il semble que Critias ait commencé sa carrière politique parmi les partisans d’ Alcibiade et qu’il ait agi pour son retour de bannissement.

Sans doute fut-il lui aussi ostracisé [5]. D’après Xénophon, il a mené alors une vie aventureuse en Thessalie [6]. Selon le témoignage de l’orateur et biographe romain de langue grecque Philostrate d’Athènes, il rendit plus lourdes les tyrannies des cités thessaliennes par son influence politique.

Rentré à Athènes comme les autres exilés politiques lors de la défaite de 404, il prit la direction du parti oligarchique [7], et fut élu éphore [8]. Il fit partie du groupe de Trente Athéniens chargés par les Spartiates d’élaborer une constitution oligarchique mettant fin au régime démocratique.

Cette commission s’étant transformée en une tyrannie dite Tyrannie des Trente [9] Critias prit un fort ascendant sur ses collègues et fit exécuter celui qui jusque-là en était le chef, Théramène, dont la modération l’irritait et il prit lui-même la direction du procès.

Il fut l’un des principaux responsables des massacres commis par la tyrannie. Parmi les décrets qu’il prit figure l’interdiction d’enseigner la rhétorique, ce qui peut paraître étonnant de la part d’un élève des sophistes ; peut-être voulait-il réserver cet art à ceux qui détenaient le pouvoir.

Il tombe en 403 à la bataille de Munychie [10], en combattant Thrasybule et les exilés.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Critias/ Portail de la philosophie antique/ Personnalité de l’Athènes antique

Notes

[1] Le Timée est un des derniers dialogues de Platon. Après un bref échange avec Socrate, Critias et Hermocrate, le philosophe pythagoricien Timée de Locres expose une réflexion sur l’origine et la nature du monde physique et de l’âme humaine vues comme les œuvres d’un démiurge tout en abordant les questions de la connaissance scientifique et de la place des mathématiques dans l’explication du monde.

[2] Le Charmide (ou Sur la sagesse) est un dialogue de Platon. Il appartient à la série dite des « Premiers Dialogues », composés à l’époque où l’auteur était encore jeune. La date exacte est cependant incertaine.

[3] Critias ou Sur l’Atlantide est un dialogue du philosophe grec Platon. Tout comme dans La République et le Ménéxène, Platon montre dans ce dialogue une hostilité pour la représentation anthropomorphique qui accepte la querelle entre les dieux. Dans la logique du mythe entamée dans le Timée, dont le Critias est le dialogue qui suit dans la chronologie, les invités de Socrate prolongent l’histoire ancienne, 9000 ans avant leur époque

[4] Un sophiste désigne à l’origine un orateur et un professeur d’éloquence de la Grèce antique, dont la culture et la maîtrise du discours en font un personnage prestigieux dès le 5ème siècle av. jc (en particulier dans le contexte de la démocratie athénienne), et contre lequel la philosophie va en partie se développer.

[5] Frapper d’ostracisme, exclure, bannir.

[6] La Thessalie est une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine.

[7] Une oligarchie est une forme de gouvernement où le pouvoir est réservé à un petit groupe de personnes qui forment une classe dominante.

[8] le caractère officiel et public de cette fonction est douteux : il semble qu’il s’agisse d’une fonction interne au groupe des oligarques

[9] Les Trente aussi appelés Trente tyrans sont un gouvernement oligarchique composé de trente magistrats appelés tyrans, qui succède à la démocratie athénienne à la fin de la guerre du Péloponnèse, pendant moins d’un an, en 404 av. jc. Cette constitution est imposée aux Athéniens par le général spartiate Lysandre après la reddition d’Athènes négociée par l’un des futurs Trente tyrans, Théramène, en 404. L’Ecclésia (l’assemblée du peuple athénien) s’est opposée à ce régime mais avec l’appui d’une garnison spartiate, les Trente, emmenés par Critias imposent un régime de terreur, ne réservant les pleins droits de citoyens qu’à leurs 3000 partisans. Leurs adversaires peuvent être condamnés sans aucun jugement.

[10] Munichie ou Munychie est le nom antique d’une colline du Pirée actuellement appelée Kastella