Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Xénophon

mardi 16 septembre 2014, par ljallamion

Xénophon (vers 440/426-vers355 av. jc)

Philosophe-historien et chef militaire de la Grèce antique

Buste de Xénophon datant de 1905. Musée, Berlin extrait de la Bibliothèque du volume de connaissances générales et pratiques de Emanuel Müller-BadenOriginaire du dème d’Erchia en Attique [1], dans les premières années de la guerre du Péloponnèse, il est le fils de Gryllos. Il a pour épouse Philésia qui lui donne 2 fils, Gryllos et Diodore, qu’on surnommait « les Dioscures ».

Né dans une riche famille aristocratique, il fréquente les sophistes [2], dont Prodicos à Thèbes, puis devient l’élève de Socrate. Hostile à la restauration de la démocratie après la tyrannie des Trente. D’après l’historien italien Luciano Canfora , tout laisse penser qu’il était lui-même l’un des deux commandants de la cavalerie lors de cette tyrannie, cavalerie qui fit alors office de milice pour les Trente, chargée de réprimer et d’assassiner les opposants.

Appelé à la cour du jeune Cyrus par son général Proxène de Thèbes , il y est engagé à son insu dans l’expédition de Cyrus le Jeune contre son frère Artaxerxès II en 401. Lors de la bataille de Counaxa [3], bien que les Grecs n’ont perdu aucun homme, la bataille tourne à l’avantage des Perses lorsque Cyrus est tué.

Cléarque dirige alors la retraite des Dix Mille vers le nord. Des contacts sont noués avec le satrape Tissapherne , mais le spartiate Cléarque tombe naïvement dans un piège. Il est décapité avec de nombreux officiers de son état-major, dont Proxène de Thèbes, ami de longue date de Xénophon, qui lui succède dans cette retraite à la tête des mercenaires. Isolés sur les plaines entre le Tigre et l’Euphrate, les mercenaires sont conduits par Xénophon.

Cette retraite est retenue dans l’histoire sous le titre de retraite des « Dix Mille ». Xénophon rapporte les péripéties du trajet dans son ouvrage le plus connu, l’Anabase. Arrivés à la sortie des montagnes, apercevant le Pont-Euxin, Xénophon arrive en Thrace avec ses compagnons, se met au service du prince Seuthès 1er , qu’il rétablit sur son trône.

À son retour à Athènes, il est mal accueilli, et part à Sparte, où il fait partie des troupes du roi Agésilas II qui combattent en Perse. Il est alors banni d’Athènes, alliée des Perses, et dépossédé de ses biens. En 394, il se bat contre les Athéniens à Coronée, puis s’installe à Scillonte, en Élide, où il passe plus de 20 ans. Il fait venir ses fils à Sparte pour y être élevés à la spartiate.

Ayant quitté Agésilas, il part à Scillonte, territoire proche de la ville d’Elée. Il était suivi par sa femme, d’après Démétrios de Magnésie et ses 2 fils. Sur son domaine, il rédige ses ouvrages notamment l’Anabase, s’adonne à la chasse.

En 371, une guerre entre Sparte et les Eléens l’oblige à quitter Scillonte, et il se réfugie à Élis puis à Corinthe. Athènes, alliée de Sparte, lève la sentence de bannissement en 367, mais il n’existe aucune preuve qu’il rentre à Athènes. Il autorise ses fils à combattre dans les rangs de la cavalerie athénienne aux côtés des Spartiates.

Esprit éclectique, il a beaucoup écrit. Outre l’Anabase, il a écrit une suite à l’Histoire de la guerre du Péloponnèse intitulée Les Helléniques. Disciple de Socrate, il dresse de son maître le portrait d’un homme plus attiré par la morale que la métaphysique dans l’Apologie de Socrate, les Mémorables et le Banquet.

Xénophon a préparé les esprits aux conquêtes d’Alexandre le Grand. Dans l’Anabase, outre une vision idéalisée de l’Asie, il montre qu’une unité de mercenaires grecs peut traverser l’Empire perse invaincue.

De plus alors qu’il était au départ, attiré vers des idéaux aristocratiques, il développe ensuite une pensée politique favorable à la monarchie.

Les historiens considèrent Xénophon comme l’un des premiers contributeurs à l’invention de la sténographie. Il notait ses pensées sur Socrate en utilisant un système d’écriture rapide en grec.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Xénophon/ Portail de la philosophie antique/ Philosophie socratique/dictionnaire d’histoire universelle, le petit mourre édition Bordas 2004 p 1405

Notes

[1] L’Attique est la région qui entoure Athènes. L’Attique est découpée en 139 dèmes et parallèlement, en trois grands secteurs : la ville (asty), la côte (paralia) et l’intérieur (mésogée). Les dèmes sont regroupés en trittyes qui elles-mêmes sont regroupées trois par trois, une de chaque secteur, pour constituer une tribu. L’Attique compte dix tribus

[2] Un sophiste désigne à l’origine un orateur et un professeur d’éloquence de la Grèce antique, dont la culture et la maîtrise du discours en font un personnage prestigieux dès le 5ème siècle av. jc en particulier dans le contexte de la démocratie athénienne, et contre lequel la philosophie va en partie se développer. La sophistique désigne par ailleurs à la fois le mouvement de pensée issu des sophistes de l’époque de Socrate, mais aussi le développement de la réflexion et de l’enseignement rhétorique, en principe à partir du 4ème siècle av. jc, en pratique à partir du 2ème siècle ap. jc. dans l’Empire romain.

[3] La bataille de Counaxa se déroula en 401 av. jc entre Cyrus le Jeune et son frère aîné Arsaces qui s’était emparé en 404 av. jc du trône perse sous le nom d’Artaxerxès II. Cyrus rassembla son armée de mercenaires grecs commandée par le général spartiate Cléarque. Ses troupes rencontrèrent celles d’Artaxerxès à Counaxa sur la rive gauche de l’Euphrate, à environ 70 km au nord de Babylone. Le résultat de la bataille est incertain mais dans la mesure où Cyrus mourut lors du combat, ce fut une victoire pour Artaxerxès.