Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Lucius Neratius Marcellus

Lucius Neratius Marcellus

vendredi 15 mai 2015, par ljallamion

Lucius Neratius Marcellus

Sénateur romain-Consul suffect en 95 et éponyme en 129-Gouverneur impérial de Bretagne vers 101-103

La famille des Neratii sous les Flaviens et le début des Antonins.Sa famille est originaire de Saepinum dans le Samnium [1] et descend de la famille de l’épouse de Labéon .

Son père est a priori Marcus Hirrius Fronto Neratius Pansa, consul suffect [2] en 74 et gouverneur de Cappadoce-Galatie [3] en 78-79, mais il est possible que cela soit Lucius Neratius Priscus, consul suffect en 87. Dans ce cas, Marcus Neratius Pansa est son oncle et l’a adopté, lui et non son frère. Marcus Neratius Pansa a pour épouse une Vettia, peut-être la fille de Marcus Vettius Marcellus, un procurateur impérial [4].

Son frère est Lucius Neratius Priscus, consul suffect en 97 et gouverneur de Germanie inférieure [5] puis de Pannonie [6] entre 98 et 106.

Il a peut-être pour première épouse Corellia Hispulla, fille de Quintus Corellius Rufus, consul suffect en 78 et ami de Pline le Jeune. De cette union, serait alors né Lucius Corellius Pansa, le consul éponyme de 122.

Neratius Marcellus a obtenu pour Suétone, sur demande de Pline, le tribunat militaire. Pline trouve un précepteur au fils de Corellia Hispulla, vraisemblablement Lucius Corellius Pansa.

À la fin du règne de Domitien, en l’an 95, il est consul suffect, remplaçant alors l’empereur dans cette fonction.

Au début du règne de Trajan, il est curateur des eaux [7] autour de 101 puis devient gouverneur [8] de Bretagne [9] vers 100/101 à 103/104.

Il est peut-être proconsul d’Afrique en 111/112. Il est par ailleurs membre du collège des “Quindecemviri sacris faciundis” [10].

Enfin, il est consul éponyme en l’an 129, pendant le règne d’Hadrien, aux côtés de Publius Iuventius Celsus .

Neratius Marcellus laisse à sa mort une veuve, Domitia Vettilla, fille de Lucius Domitius Apollinaris, consul suffect en 97.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Lucius Neratius Marcellus/ Portail de la Rome antique/ Consul de l’Empire romain

Notes

[1] près de la moderne Sepino

[2] Parfois, un consul décède ou démissionne avant la fin de son mandat de douze mois. Le consul restant rétablit la collégialité par l’élection intermédiaire si le délai restant le permet ou par la désignation directe d’un consul suffectus (du participe passé du verbe sufficere, « remplacer »). Ce consul entre en fonction immédiatement, il a les mêmes privilèges et les mêmes pouvoirs que le consul remplacé mais il n’est en charge que pour la durée du mandat qui reste à couvrir. Enfin, le consul suffect ne donne pas son nom à l’année, à l’inverse du consul dit ordinaire.

[3] 2 provinces de l’Anatolie

[4] Dans la Rome antique le terme procurateur désigne au départ un personnage nommé par un autre pour s’occuper d’une tâche précise, mais l’usage le plus courant du terme, à partir d’Auguste désigne un fonctionnaire impérial choisi par l’empereur romain dans l’ordre équestre ou parmi ses anciens esclaves, on parle alors de procurateur affranchi.

[5] La Germanie inférieure, Germanie seconde ou Basse Germanie selon les auteurs et en latin Germania inferior, est une province romaine établie vers 90 par Domitien autour de la vallée de la Meuse, à l’ouest du Rhin, dans ce que sont aujourd’hui le sud des Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, une partie du nord-est de la France (Ardennes), et du nord-ouest de l’Allemagne. La capitale de la Germanie inférieure est Colonia Claudia Ara Agrippinensium l’actuelle ville de Cologne, également la capitale du peuple des Ubiens.

[6] La Pannonie est une ancienne région de l’Europe centrale, limitée au Nord par le Danube et située à l’emplacement de l’actuelle Hongrie, et partiellement de la Croatie, de la Serbie, de la Bosnie-Herzégovine, de la Slovénie, de l’Autriche et de la Slovaquie.

[7] Le curateur des eaux (en latin curator aquarum ) était, durant l’Empire romain, le curateur chargé de la protection des aqueducs et des autres conduits amenant l’eau des sources jusqu’aux cités romaines. À Rome, cette fonction est assurée par un Sénateur choisi par l’empereur. Les curateurs n’agissaient pas seuls mais étaient secondés par un personnel d’esclaves chargés de veiller sur les aqueducs, les châteaux d’eau et les fontaines.

[8] légat d’Auguste propréteur

[9] La Britannia désignait la province romaine qui couvrait l’Angleterre, le pays de Galles et le sud de l’Écosse du 1er siècle au début du 5ème siècle.

[10] Les viri sacris faciundis formaient l’un des quatre collèges majeurs de prêtres de Rome. Leur nombre et leur nom évoluèrent au cours de l’histoire. Créés d’après la légende par Tarquin le superbe, ce collège, tout d’abord composé de deux membres, est appelé duumviri sacris faciundis jusqu’à ce que le nombre de membres soit porté à dix en 367 av. jc on les appelle alors decemviri sacris faciundis, puis porté à quinze (quindecimviri sacris faciundis) au 1er siècle av. jc. Ils gardèrent ce dernier nom après que leur nombre augmente encore, porté à seize, peu avant le début de l’empire. Ils forment un collège de prêtres chargés de conserver et de consulter les Livres sibyllins.