Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Héphaïstos

dimanche 7 janvier 2018, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 11 janvier 2014).

Héphaïstos

Personnage de la mythologie grecque

Héphaïstos forgeant le foudre de Zeus par Rubens, musée du Prado

Dans la mythologie grecque, il est le dieu du feu, des forges et des volcans. Selon les sources, il est le fils d’Héra et de Zeus, ou d’Héra seule. Il est habituellement représenté sous les traits d’un forgeron boiteux, mais il est d’abord un inventeur divin et un créateur d’objets magiques. Dès Homère, son nom est utilisé par métonymie pour désigner le feu. Il est assimilé par les Romains sous le nom de Vulcain .

Lorsque Héra lui donne le jour, elle le trouve si laid qu’elle le jette en bas de l’Olympe, et c’est de cette chute que daterait sa claudication. Il tombe alors dans la mer et est recueilli par Thétis et Eurynomé, qui l’élèvent pendant 9 ans, à l’insu de tous, dans une grotte de l’île de Lemnos [1], où il fait son apprentissage d’artisan en façonnant des bijoux.

Pour se venger de sa mère, il fabrique un trône d’or aux bras articulés, qui emprisonne quiconque s’y assoit, et l’envoie dans l’Olympe en guise de présent. Héra s’y installe imprudemment et se trouve immobilisée, sans que nul ne sache comment la délivrer. Les dieux confient d’abord à Arès le soin d’aller chercher Héphaïstos, en vain. Enivré par Dionysos , Héphaïstos se laisse fléchir et revient dans l’Olympe délivrer sa mère. Zeus, soulagé, propose au dieu forgeron d’exaucer l’un de ses vœux et sur le conseil de Poséidon, Héphaïstos demande la main d’Aphrodite. Requête à laquelle, visiblement, il n’est pas donné suite. De son côté, Dionysos, auréolé de sa réussite, obtient d’entrer dans l’assemblée des dieux.

D’après l’Iliade, Héphaïstos est marié à l’une des Charites [2] ou Grâces, qui porte simplement le nom de Charis.

Cependant la tradition la plus populaire en fait le mari d’Aphrodite, cette version étant d’ailleurs déjà attestée dans un épisode fameux de l’Odyssée, où il tend un piège à sa femme qui le trompe avec Arès, et devient la risée des dieux.

Très habile dans son art, Héphaïstos façonne des armes remarquables, comme celles d’Achille, dont le bouclier offre une représentation parfaite du monde, celles de Memnon, la cuirasse de Diomède ou encore les cnémides [3] d’Héraclès.

Héphaïstos prend part à la Gigantomachie [4] et combat armé du feu dévorant. Il tue ainsi Mimas en le recouvrant de fer en fusion. Il se range aux côtés des Achéens [5] dans la guerre de Troie [6]. Lorsqu’au début de l’Iliade Zeus et Héra se querellent parce que le roi des dieux a promis à Thétis d’avantager les Troyens, Héphaïstos détend l’atmosphère en remplaçant Ganymède dans son office d’échanson [7]. Voyant le dieu boiteux prendre la place du gracieux jeune homme, les dieux éclatent tous d’un rire inextinguible.

Par la suite, à la demande de Thétis, il sauve Achille des eaux du Scamandre [8] en asséchant par ses flammes le dieu-fleuve.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Héphaïstos/ Portail de la mythologie grecque/ Divinité olympienne

Notes

[1] Lemnos ou Límnos est une île grecque du nord-est de la mer Égée, située entre la péninsule du mont Athos à l’ouest, les îles de Thasos et Samothrace au nord, la Turquie (et l’île turque de Gökçeada/Ténédos) à l’est, Lesbos au sud-est, Agios Efstrátios et les Sporades au sud-ouest.

[2] Dans la mythologie grecque, les Charites, assimilées aux Grâces par les Romains, sont des déesses personnifiant la vie dans toute sa plénitude, et plus spécifiquement la séduction, la beauté, la nature, la créativité humaine et la fécondité. Selon Hésiode et Pindare, elles sont les filles de Zeus et d’Eurynomé (ou d’Eunomie). Certaines traditions tardives en font plutôt les filles d’Hélios (le Soleil) et d’Églé, ou de Dionysos et de Coronis (ou d’Héra). Quant à Homère, il nomme Charis comme l’épouse d’Héphaïstos et présente Pasithée comme une des Charites, fille de Dionysos et d’Héra. Héra la promet en mariage à Hypnos à condition qu’il veuille bien l’aider à endormir Zeus

[3] Les cnémides sont des jambières, élément de protection des tibias utilisées durant l’Antiquité en Grèce. Réalisées à partir de feuilles de bronze martelées et éventuellement décorées, ces jambières sont formées anatomiquement pour chaque combattant : adaptées à la morphologie de celui-ci, l’élasticité du métal les maintient en place autour des mollets et ne nécessite pas de lanières de fixation. Destinées à protéger les fantassins lourdement armés comme les hoplites lors des corps à corps, les cnémides recouvrent l’ensemble de la partie inférieure avant des jambes, depuis l’articulation de la cheville jusqu’au-dessus du genou et complètent l’armement défensif constitué par l’aspis, la cuirasse et le casque, ne laissant ainsi plus aucune partie de leur corps exposée à l’adversaire. Pour les hoplites, citoyens issus des trois premières classes censitaires à Athènes, les cnémides devaient être acquises tout comme le reste de l’équipement au frais du combattant.

[4] Les Gigantomachies, littéralement « combats entre Géants » sont des épisodes courants des cosmogonies, et notamment dans la mythologie grecque, avec la Titanomachie.

[5] Dans les épopées homériques, le terme désigne l’ensemble des Grecs rassemblés devant Troie, dirigés par les rois Ménélas et Agamemnon.

[6] La guerre de Troie est un conflit légendaire de la mythologie grecque, dont l’historicité est controversée. Elle est parfois appelée Deuxième guerre de Troie en référence à l’expédition menée contre la cité par Héraclès après la quête de la Toison d’or que certains nomment Première guerre de Troie.

[7] Un échanson était un officier chargé de servir à boire à un roi, un prince ou à tout autre personnage de haut rang. En raison de la crainte permanente d’intrigues et de complots, la charge revenait à une personne en qui le souverain plaçait une confiance totale. L’échanson devait en particulier veiller à écarter tout risque d’empoisonnement et parfois même goûter le vin avant de le servir. Dans la mythologie et les religions, les divinités ont parfois, elles aussi, un échanson.

[8] Le Scamandre est un fleuve côtier de Troade. Dans la mythologie grecque, c’est aussi le dieu fleuve le personnifiant.