Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Lucius Marcius Philippus (Consul en 56 av.jc)

Lucius Marcius Philippus (Consul en 56 av.jc)

mercredi 18 février 2015 (Date de rédaction antérieure : 31 juillet 2011).

Lucius Marcius Philippus (mort en 43 av.jc)

Préteur de la Syrie en 59

Membre d’une grande famille sénatoriale romaine, qui prétend descendre du Roi romain Ancus Marcius. Préteur [1] en 60 av.jc - Propréteur [2]

Il se maria en 59 avec Atia Balba Caesonia, la nièce de Jules César. Il a déjà un fils et une fille d’un mariage précédent. Atia quant à elle, a 2 enfants avec le sénateur et gouverneur Gaius Octavius. En 56 av. J.-C. il devient consul avec Cnaeus Cornelius Lentulus Marcellinus.

En dépit des liens familiaux qui l’unissent à César, il ne prend pas son parti lors de la guerre civile qui l’oppose à Pompée, se liant même aux adversaires de César au sénat. Pour cette raison, il n’a pas de province à gouverner. Sentant la menace, conséquence de son opposition, il demande à César de lui permettre de rester hors de conflit, en demeurant en Italie pendant cette période de troubles. César est clément, voyant qu’il ne compte pas un ennemi de plus à défaut de compter un partisan de plus. Il est également un ami proche de Cicéron.

Son désir d’éviter les conflits est évident tout au long de sa vie. Quand son beau-fils Octave est désigné comme héritier de César, il essaya de le dissuader d’accepter cette charge par crainte de Marc Antoine. Il enrôla Atia pour essayer de convaincre le jeune homme de refuser, mais en vain. Bien qu’il se soit opposé à Marc Antoine, il participa à la délégation de la rencontre de Modène [3].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Lucius Marcius Philippus/ Portail de la Rome antique/ Consul de la République romaine

Notes

[1] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il était de rang sénatorial, pouvait s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il était assisté par 2 licteurs à l’intérieur de Rome, et 6 hors du pomerium de l’Urbs. Il était élu pour une durée de 1 an par les comices centuriates. La fonction de préteur fut créée vers 366 av. jc pour alléger la charge des consuls, en particulier dans le domaine de la justice. Le premier préteur élu fut le patricien Spurius Furius, le fils de Marcus Furius Camillu. Égal en pouvoir au consul, auquel il n’a pas de compte à rendre, le préteur prêtait le même serment, le même jour, et détenait le même pouvoir. À l’origine, il n’y en avait qu’un seul, le préteur urbain, auquel s’est ajouté vers 242 av. jc le préteur pérégrin qui était chargé de rendre la justice dans les affaires impliquant les étrangers. Cette figure permit le développement du ius gentium, véritable droit commercial, par contraste avec le ius civile applicable uniquement aux litiges entre citoyens romain. Pour recruter, pour former ou pour mener des armées au combat ; sur le terrain, le préteur n’est soumis à personne. Les préteurs ont aussi un rôle religieux, et doivent mener des occasions religieuses telles que sacrifices et des jeux. Ils remplissent d’autres fonctions diverses, comme l’investigation sur les subversions, la désignation de commissionnaires, et la distribution d’aides. Lors de la vacance du consulat, les préteurs, avant la création des consuls suffects, pouvaient remplacer les consuls : on parle alors de préteurs consulaires.

[2] Un propréteur est le nom donné à ceux qui ont exercé la charge de préteur pendant 1 an, et plus tard à ceux qui dirigent les provinces avec l’autorité de préteur. Il s’agit d’une prorogation de leur pouvoir, c’est un promagistrat. Sous la République romaine, les préteurs, comme les consuls, sont élus par le peuple romain assemblé en comices ; à l’issue de leur charge, ils peuvent devenir propréteurs, ou gouverneurs, de provinces, pour un mandat de 1 an. On retrouve le premier propréteur en 241 av. jc, et la fonction se généralise les 2 siècles suivants, jusqu’à ce que Sylla rende obligatoire aux anciens magistrats à imperium de servir dans une province comme gouverneur pour 1 an. A la suite de la réorganisation provinciale au début de l’Empire, chaque province impériale est dirigée par un propréteur qui est sous l’autorité proconsulaire de l’empereur. Il porte ce titre qu’il soit ancien consul ou préteur. La durée du mandat est variable.

[3] La guerre civile de Modène est une guerre civile romaine opposant, au cours de la première moitié de 43 av. jc, Marc-Antoine à Decimus Junius Brutus qui refuse de céder le contrôle de la Gaule cisalpine. Ce dernier est soutenu par le Sénat auquel se joint Octavien. A la fin de la guerre le Sénat envoie à Marc Antoine une délégation demandant sa soumission, à laquelle participe Lucius Marcius Philippus, époux d’Atia et beau-père d’Octavien.