Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean d’Aulon

jeudi 3 avril 2014, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 19 août 2012).

Jean d’Aulon (1390-1458)

Armoiries de Jean d'Aulon

En 1415 il épousa Michelette Juvénal des Ursins, fille de Jean Juvénal des Ursins ancien prévôt des marchands de Paris, devenu président du parlement exilé à Poitiers. Veuf, il se remarie en 1428 avec Hélène de Mauléon, dame de Caudeval.

Capitaine de la garde royale de Charles VI, il se distingua surtout à la “Rescousse des Montargis” en 1427 sous les ordres de Jean d’Orléans, comte de Dunois. Il fut ensuite détaché de son poste à Chinon par le Dauphin Charles VII pour devenir l’écuyer et l’intendant de Jeanne d’Arc qu’il allait d’ailleurs suivre durant toute sa carrière militaire jusqu’à son emprisonnement à Compiègne.

Il devint par la suite conseiller, maître d’hôtel et chambellan du roi avant de devenir en 1454 gouverneur de la forteresse de Pierre-Scize [1]. En 1455, il fut finalement nommé sénéchal de Beaucaire et de Nîmes avant de mourir en septembre 1458.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Encyclopédie universelle Imago Mundi/Aulon (Jean d’), gentilhomme languedocien

Notes

[1] Le château de Pierre Scize, également appelé Château de Pierre Encise aujourd’hui disparu, était situé sur la commune de Lyon, dans le département du Rhône. Il occupait une place stratégique, face à la Saône, qui matérialisait la frontière entre le royaume de France et le Saint Empire romain germanique. Le rocher sur lequel a été édifié le château semble avoir été fendu en deux, d’où son nom, qui signifie pierre fendue. Les origines de la forteresse remontent au 10ème siècle. Elle domine la Saône d’une cinquantaine de mètres, à un endroit où la rivière s’engouffre entre la colline de Fourvière et celle de la Croix-Rousse. De cet ensemble assez massif, se détachait une haute tour ronde édifiée au sommet du rocher et tenant lieu de donjon. On accédait au château par une porte, appelée porte de Pierre Scize, située au bas de la colline, puis par un escalier de plus de 200 marches, taillé dans le roc.