Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Manius Acilius Glabrio

vendredi 31 mai 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 27 juillet 2011).

Manius Acilius Glabrio

Consul en 191 av.jc

Le monde grec durant la deuxième guerre macédonienne.Il est élu Consul avec Publius Cornelius Scipio Nasica, alors que Rome mène la guerre contre Antiochos III, roi de Syrie [1] qui héberge Hannibal Barca, l’ancien ennemi de Rome, et qui cherche à étendre son pouvoir sur la Grèce. Selon les directives du sénat romain, les consuls offrent des lectisternes [2] pour obtenir la faveur des Dieux dans la conduite de la guerre. Il se voit confier par tirage au sort la conduite de la guerre en Grèce, avec les forces armées levées en Italie par le consul sortant, l’armée romaine déjà sur place en Macédoine, et le droit de lever 5000 auxiliaires hors d’Italie.

Les préparatifs comprennent aussi l’organisation du ravitaillement à destination de l’armée en Grèce, avec des réquisitions de blé sur les villes de Sicile, et des achats de blé à Carthage [3] et à Massinissa, roi de Numidie [4]. La fourniture des bateaux et de leurs équipages est imposée aux colonies maritimes, malgré quelques récriminations à Ostie [5], Antium [6], Terracine [7], etc.

En mai, il s’embarque de Brindisi [8] et débarque en Thessalie [9] avec 20 000 fantassins, 3 000 cavaliers et 15 éléphants. Il rejoint à Larissa [10] Philippe V de Macédoine, allié obligé de Rome depuis sa défaite dans la seconde guerre de Macédoine [11]. Il traverse la Grèce en obtenant facilement la capitulation des garnisons installées par Antiochos III, et bat ce dernier à la Bataille des Thermopyles [12], et soumit la Béotie [13] et la Phocide [14], offrit des distributions de blé à Athènes, reçu la capitulation des cités d’Eubée [15]. Il envoya son légat Caton annoncer ces succès au Sénat à Rome.

Il força ensuite la soumission des Étoliens [16], en s’emparant par la force de La Thessalie*  [17], qu’il laisse piller par ses soldats, puis en assiégeant Naupacte [18] pendant 2 mois.

Son mandat de consul arrivant à son terme, il poursuit des opérations de siège contre les cités étoliennes, prenant Lamia [19], puis assiégeant Amphissa [20], jusqu’à l’arrivée de son successeur Cornelius Scipion, à qui il remet le commandement de son armée.

Revenu à Rome en 190, il se voit accorder les honneurs du triomphe pour ses victoires sur Antiochos et sur les Étoliens.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Portail de la Rome antique/ Consul de la République romaine

Notes

[1] La Syrie fut occupée successivement par les Cananéens, les Phéniciens, les Hébreux, les Araméens, les Assyriens, les Babyloniens, les Perses, les Grecs, les Arméniens, les Romains, les Nabatéens, les Byzantins, les Arabes, et partiellement par les Croisés, par les Turcs Ottomans et enfin par les Français à qui la SDN confia un protectorat provisoire pour mettre en place, ainsi qu’au Liban, les conditions d’une future indépendance politique.

[2] Les lectisternes sont un rite de la religion romaine, consistant à inviter les dieux à un banquet, pour apaiser leur colère. Le rite suit le déroulement des banquets à la grecque. Les statues des dieux sont placées sur des lits de parade ; les déesses peuvent soit partager les lits de parade des dieux, soit être sur des sièges (sellisternes), comme il convient à une personne féminine qui prend part à un banquet. Ce rituel se comprend dans la logique de convivialité antique, où l’invitation au partage de nourriture crée une obligation pour l’invité, ou permet à l’hôte de s’acquitter d’une obligation antérieure vis-à-vis de son invité. Ainsi conviés, les dieux devaient en retour se montrer favorables aux humains.

[3] Carthage est une ville tunisienne située au nord-est de la capitale Tunis. L’ancienne cité punique, détruite puis reconstruite par les Romains qui en font la capitale de la province d’Afrique proconsulaire, est aujourd’hui l’une des municipalités les plus huppées du Grand Tunis, résidence officielle du président de la République, regroupant de nombreuses résidences d’ambassadeurs ou de richissimes fortunes tunisiennes et expatriées. La ville possède encore de nombreux sites archéologiques, romains pour la plupart avec quelques éléments puniques

[4] La Numidie est d’abord un ancien royaume berbère, qui alterna ensuite entre le statut de province et d’état vassal de l’Empire romain. Elle est située sur la bordure nord de l’Algérie moderne, bordé par la province romaine de Maurétanie, de nos jours l’Algérie et le Maroc, à l’ouest, la province romaine d’Afrique, la Tunisie, à l’est, la mer Méditerranée vers le nord , et le désert du Sahara vers le sud. Ses habitants étaient les Numides.

[5] Ostie était le port de la Rome antique, situé à l’embouchure du Tibre, à 35 km au sud-ouest de Rome. Du fait de l’ensablement, le site se trouve désormais à l’intérieur des terres. Le port antique importait les céréales, l’huile, le vin, le garum et les autres marchandises en provenance de tout le monde romain, qui étaient ensuite acheminés jusqu’au port fluvial de l’Emporium. La ville portuaire, abandonnée à la fin de l’Empire romain, conserve des rues et des bâtiments antiques, en particulier des entrepôts, des boutiques, des sanctuaires et des immeubles d’habitation (insulae), parfois sur une hauteur de plusieurs étages. Elle est parfois confondue avec l’actuelle ville d’Ostie qui se trouve non loin de là sur le littoral, ainsi qu’avec la localité d’Ostia Antica qui se situe à proximité.

[6] Antium était, dans l’Antiquité, une ville et un port du Latium (aujourd’hui Anzio), et qui était la capitale des Volsques jusqu’à sa conquête par les Romains en 468 av. jc.

[7] Terracine est une ville italienne de la province de Latina dans la région Latium en Italie.

[8] Brindisi est une ville de la province de Brindisi dans les Pouilles en Italie. C’est une ville importante de la côte adriatique, célèbre depuis l’antiquité. Son port en branches de cerf, le seul vraiment protégé de la côte adriatique, en a fait une porte vers l’Orient dès l’époque romaine. Cité grecque à l’origine et capitales des Salentins, Brindisium est conquise par le consul Marcus Atilius Regulus en 267 av., achevant la conquête romaine du sud de l’Italie. Transformée en colonie romaine en -244, elle fut rapidement reliée à Rome par la via Appia, puis par la Via Trajana.

[9] La Thessalie est une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine. Durant l’antiquité cette région a, pour beaucoup de peuples, une importance stratégique, car elle est située sur la route de la Macédoine et de l’Hellespont. Elle possédait un important port à Pagases. Le blé et le bétail sont les principales richesses de la région et une ressource commerciale vitale. La Thessalie est aussi l’une des rares régions de Grèce où l’on peut pratiquer l’élevage des chevaux, d’où l’importante cavalerie dont disposaient les Thessaliens.

[10] Larissa est une ville grecque située au bord du fleuve Pénée. Elle est le chef-lieu de la Thessalie.

[11] La Deuxième Guerre macédonienne se déroula de 200 à 197 av.jc. Elle opposa d’une part l’antigonide Philippe V de Macédoine du Royaume de Macédoine, et d’autre part les Romains, appelés à l’aide en 201 par Pergame et Rhodes après la bataille de Chios.

[12] La bataille des Thermopyles fut livrée en 191 av. jc entre une armée romaine commandée par le consul Manius Acilius Glabrio et l’armée séleucide conduite par le roi Antiochos III. Les Romains furent victorieux et Antiochos fut forcé de fuir la Grèce.

[13] La Béotie est une région de Grèce centrale. Elle est bordée par l’Attique au sud-est, par le golfe Euboïque à l’est, par la Phthiotide au nord, par la Phocide à l’ouest et par le golfe de Corinthe au sud. La capitale moderne est Livadiá, mot qui signifie prairie, pâturage, une réalité économique emblématique de la région. La capitale antique était Thèbes (actuelle Thiva).

[14] La Phocide est une région de Grèce centrale, à l’ouest de la Béotie, qui tire peut-être son nom des phoques du golfe de Corinthe, aujourd’hui disparus de la région.

[15] L’Eubée est la deuxième plus grande île de la mer Égée, située en face de l’Attique et de la Béotie, dont elle est séparée par le détroit de l’Euripe.

[16] L’Étolie est une région de Grèce centrale située au sud de l’Épire et séparée du nord du Péloponnèse par le golfe de Corinthe.

[17] La Thessalieest une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine. Durant l’antiquité cette région a, pour beaucoup de peuples, une importance stratégique, car elle est située sur la route de la Macédoine et de l’Hellespont. Elle possédait un important port à Pagases. Le blé et le bétail sont les principales richesses de la région et une ressource commerciale vitale. La Thessalie est aussi l’une des rares régions de Grèce où l’on peut pratiquer l’élevage des chevaux, d’où l’importante cavalerie dont disposaient les Thessaliens.

[18] Naupacte est une ancienne cité de Locride, en Grèce, situé sur la côte septentrionale du golfe de Corinthe. À l’époque moderne, elle s’appelle Lépante.

[19] Lamía est une ville de Grèce, chef-lieu de la périphérie de Grèce-Centrale et du district régional de Phthiotide.

[20] Amphissa est une ville de Grèce, dans le nome de Phocide, située à 180 m d’altitude au nord-ouest de Delphes.