Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Conrad 1er de Mazovie

dimanche 25 février 2018 (Date de rédaction antérieure : 5 mai 2012).

Conrad 1er de Mazovie (1187-1247)

Duc de Mazovie et de Cujavie en 1202-Duc de Cracovie de 1229 à 1232 et de 1241 à 1243

Frère cadet de Lech le Blanc, fils deCasimir II le Juste et de Hélène de Kiev. Il est resté dans l’histoire comme la personne étant responsable de la création d’un véritable État teutonique [1], qui sera une menace permanente pour la Pologne et la cause de nombreuses guerres avec l’Allemagne.

Le 9 juin 1210, à l’occasion d’un synode tenu à Borzykowa [2], l’archevêque de Gniezno [3] Henri Kietlicz arrive à faire confirmer par Conrad et les autres ducs polonais les nombreux privilèges obtenus par l’Église à Łęczyca [4] en 1180. Il obtient le privilège d’immunité pour l’Église.

En 1216, il fonde l’Ordre de Dobrin [5], qui sera reconnu par le pape Grégoire IX en 1228, dont la mission est de protéger la Mazovie [6] des incursions des tribus prussiennes. Pour les remercier, Conrad leur cédera une partie de la région de Dobrzyń [7]. En 1222, il offrira des propriétés à l’évêque missionnaire Christian de Oliva qui organise les croisades baltes contre les Vieux Prussiens.

En 1226, dans le but de préserver ses terres d’une invasion des Prussiens, il invite l’Ordre des Chevaliers Teutoniques à venir s’installer sur la frontière de la Pologne. Ceux-ci s’installent autour de Chełmno [8], sur la basse Vistule.

À partir de 1227, suite à l’assassinat de son frère, il commence à se battre pour monter sur le trône de Cracovie [9]. En 1229, après avoir fait le siège de Kalisz [10] sans succès, il envahit les régions de Sieradz [11], Łęczyca [12] et Sandomierz [13], avant de s’emparer de Cracovie qu’il sera obligé d’abandonner en 1232.

Dès 1231, il encourage les Chevaliers Teutoniques à pénétrer sur les territoires prussiens. C’est le début de l’extermination des Prussiens et de la création d’un État teutonique. En 1234, le Grand-maître des Chevaliers Teutoniques présente un document falsifié au pape Grégoire IX faisant état de la donation d’un territoire par Conrad de Mazovie. Celui-ci réalise très vite qu’après avoir invité les Teutoniques sur son territoire, il en a perdu le contrôle.

Il s’empare de nouveau du trône en 1241, après la mort de Henri II le Pieux à Legnica [14]. Il sera chassé définitivement 2 ans plus tard par son neveu Boleslas V le Pudique, aidé par la noblesse de Petite Pologne [15].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail de la Pologne/ Duc de Mazovie

Notes

[1] L’État monastique des chevaliers Teutoniques ou État teutonique, fut fondé, en 1226, par les chevaliers de l’ordre Teutonique. Il se transforma, en 1525, en duché de Prusse, future province de Prusse-Orientale, part de l’État prussien. Après des tentatives en 997 et 1147 pour soumettre les Baltes occidentaux, le duché de Mazovie intensifia ses attaques, à partir de 1209, pour soumettre ces peuples païens. En représailles, ceux-ci firent des incursions en Mazovie. Ne parvenant pas à les vaincre, le duc Conrad 1er de Mazovie invita, d’abord, les chevaliers de l’ordre Teutonique à s’installer en Pologne, à la frontière avec les Borusses, puis les encouragea à pénétrer sur les territoires de ceux-ci en 1231. Au milieu du 13ème siècle, les Borusses tentèrent une ultime révolte qui ne fit que précipiter leur déclin. Les Prussiens du sud-ouest furent vaincus et conquis en une dizaine d’années ; ceux du sud-est et du nord-est furent conquis dans la seconde moitié du 13ème siècle. L’empereur Frédéric II de Hohenstaufen, plus intéressé par l’action politique que religieuse de l’ordre (composé surtout de chevaliers allemands), octroya au grand maître de l’Ordre tous les privilèges d’un prince d’Empire, dont le droit de souveraineté sur les territoires nouvellement conquis. Par cette bulle signée à Catane, en 1224, la Prusse, la Livonie et plusieurs provinces voisines furent déclarées Reichsfreie. Ce décret soumit les provinces susmentionnées directement à l’autorité de l’empereur du Saint Empire et à l’Église. En outre, par la bulle d’or impériale de Rimini (mars 1226) et la bulle d’or papale de Rieti (1234), la Prusse devint possession officielle de l’ordre Teutonique. La bulle d’or de Rieti autorisait également les membres de l’ordre de Dobrin qui avait échoué dans sa mission de christianiser les Prussiens et dont les effectifs étaient restés modestes à rejoindre l’ordre Teutonique. Ce dernier fusionna en 1237, avec les chevaliers Porte-Glaive (ou ordre de Livonie), ce qui lui permit de s’étendre au nord et de se renforcer.

[2] Borzykowa est un petit village de 370 habitants situé dans la Voïvodie de Łódź. Ce village est resté dans l’histoire pour avoir été le théâtre le 9 juin 1210 d’une rencontre entre les dignitaires ecclésiastiques polonais et des ducs polonais Lech le Blanc, Conrad Ier de Mazovie, Ladislas Odonic et Henri 1er le Barbu au sujet des réformes de l’Église notamment l’introduction du célibat des prêtres dans l’archevêché de Gniezno.

[3] L’archidiocèse de Gniezno est un archidiocèse catholique situé en Pologne. Sa fondation, en l’an mil, marqua la création de l’Église de Pologne, en hommage au martyre de Wojciech. Traditionnellement, l’archevêque de Gniezno porte le titre de primat de Pologne.

[4] Łęczyca ou La ville royale de Łęczyca est une ville de Pologne. La ville se trouve dans la voïvodie de Łódź, sur la Bzura, à 40 km au nord de Łódź et à 130 km à l’ouest de Varsovie. Elle est un carrefour routier important. Łęczyca est une des plus vieilles villes de Pologne. Déjà au 6ème n siècle, il y avait un fort et Łęczyca était sans doute une capitale tribale. Après l’arrivée du christianisme, elle devient la capitale d’une des sept provinces formant l’état polonais. Le château était occupé par un castellan (gouverneur de province) et Łęczyca était un centre politique et religieux important. De 1138 à 1144, elle est le siège de Salomé von Berg, la veuve de Boleslas III Bouche-Torse. À Tum (à 2 km de Łęczyca), une collégiale romane est construite de 1141 à 1161. La collégiale de Tum accueille des synodes, qui sont considérés comme le début du parlementarisme en Pologne. La dernière rencontre entre les autorités de l’Église et de l’État s’y est déroulée au début du 17ème siècle. En 1180, lors de l’assemblée des nobles polonais à Łęczyca, Casimir II le Juste accorde ses premiers privilèges à l’Église (une levée d’impôt au profit du clergé et le renoncement du roi à exercer ses droits sur les biens fonciers des évêques décédés). À l’occasion du synode de 1285 sont promulgués les Statuts de Łęczyca restreignant l’influence allemande sur l’Église polonaise.

[5] L’Ordre de Dobrzyń ou Frères de Dobrzyń est un ordre militaire qui a été créé en Pologne au 13ème siècle pour se défendre des incursions des tribus prussiennes païennes. L’Ordre a été fondé en 1216, par Christian, l’évêque missionnaire de Prusse, pour protéger la Mazovie et la Cujavie contre les attaques des tribus prussiennes païennes qui défiaient continuellement Conrad 1er de Mazovie qui n’arrivait pas à juguler leur menace.

[6] La Masovie ou Mazovie est une région géographique et historique situé dans le centre et le nord-est de la Pologne, de part et d’autre des cours moyen de la Vistule et de ses affluents le Bug et la Narew. Ses capitales historiques sont Płock, qui reçoit des privilèges urbains en 1237, Czersk puis Varsovie à partir de 1413. Ses frontières diffèrent de celles de l’actuelle voïvodie de Mazovie.

[7] La région de Dobrzyń est une région historique de Pologne, située autour de la ville de Dobrzyń nad Wisłą, à l’est de la Vistule et au sud de la rivière Drwęca. Le territoire correspond approximativement aux actuels powiats de Lipno et Rypin en Couïavie-Poméranie.

[8] Chełmno (en allemand Kulm ou Culm) est une ville de Pologne. La première mention écrite du lieu de Chełmno date de 1065, dans un document attribué à Boleslas 1er le Vaillant, qui rapporte l’existence d’une maison forte à cette endroit. En 1226, le duc Conrad 1er de Mazovie invite les Chevaliers Teutoniques dans la région de Chełmno. Ceux-ci s’installent dans le village en 1228 qui est baptisé Culm en allemand. C’est leur deuxième fondation, après Thorn. Culm leur sert de siège jusqu’en 1250 et en 1232, ils y construisent un château. L’année suivante Hermann von Salza, grand-maître de l’Ordre teutonique, signe le 28 décembre 1233 la charte du droit de Culm, privilèges urbains qui servent de modèle aux villes de leur État monastique, puis à toute la Prusse et aussi à environs 200 villes de Mazovie (indépendante de la couronne polonaise, jusqu’en 1525) et de Pologne. La ville fait partie de la route de la Hanse, ce qui contribue à son développement avant qu’elle ne soit supplantée par Thorn. En 1386 est fondée une université, la première de l’État teutonique fraîchement établit. Culm (Chełmno) et sa région font partie de l’État teutonique jusqu’en 1466, date à laquelle se termine la guerre de Treize Ans qui la place sous suzeraineté polonaise.

[9] Chef-lieu de la voïvodie de Petite-Pologne, elle est située à 300 km au sud de Varsovie, sur la Vistule. Datant du 7ème siècle, c’est une des villes les plus anciennes et les plus importantes de Pologne, dont le patrimoine architectural est très bien conservé. La ville historique se situe au pied de la colline du Wawel. Cracovie était, avant Varsovie, la capitale de la Pologne et elle est souvent considérée comme le véritable centre du pays avec ses traditions et son passé vieux de plus de 1 000 ans. Elle est le centre culturel et scientifique du pays, avec l’Université jagellonne de Cracovie, la deuxième plus ancienne université d’Europe centrale (1364, après celle de Prague fondée en 1348 ; celle de Varsovie date de 1816).

[10] Kalisz (en latin Calisia, en allemand Kalisch, en russe Калиш) est une ville de Pologne. Elle devient le siège d’un gouverneur (castellan) en 1136. En 1139, les premiers Juifs commencent à s’installer à Kalisz. Suite au démembrement féodal de la Pologne, la ville devient la capitale d’un duché en 1190. En 1233, Henri 1er le Barbu détruit l’ancien fort dans sa guerre contre Ladislas Odonic. Il fait reconstruire la ville et un nouveau fort. Boleslas le Pieux accorde les privilèges urbains (droit de Magdebourg) à Kalisz vers 1257. Le 16 août 1264, la communauté juive de Kalisz est la première à être gratifiée par Boleslas le Pieux de statuts particuliers, calqués sur les droits des Juifs du Saint Empire : liberté de culte, statut juridique distinct (permission de commercer et de pratiquer l’usure) et protection ducale (Charte de Kalisz). Après la réunification des territoires polonais par Ladislas 1er le Bref, Kalisz devient le chef-lieu d’une voïvodie en 1314. En 1343, Casimir III le Grand conclut à Kalisz un traité de paix avec les Teutoniques.

[11] Sieradz est une ville du centre de la Pologne, située sur la Warta. Elle est le siège d’un district (powiat) et fait partie de la voïvodie de Łódź. Elle fut la capitale d’un des duchés de la Pologne pendant le démembrement territorial du pays, au 13ème siècle, le duché de Sieradz et Łęczyca

[12] Łęczyca est une ville du centre de la Pologne. Łęczyca est une des plus vieilles villes de Pologne. Déjà au 6ème siècle, il y avait un fort et Łęczyca était sans doute une capitale tribale. Après l’arrivée du christianisme, elle devient la capitale d’une des sept provinces formant l’État polonais. Le château était occupé par un castellan (gouverneur de province) et Łęczyca était un centre politique et religieux important. De 1138 à 1144, elle est le siège de Salomé von Berg, la veuve de Boleslas III Bouche-Torse. À Tum (à 2 km de Łęczyca), une collégiale romane est construite de 1141 à 1161. La collégiale de Tum accueille des synodes, qui sont considérés comme le début du parlementarisme en Pologne. À la suite du démembrement féodal de la Pologne, la région de Łęczyca devient en 1229 un duché (duché de Sieradz et Łęczyca) qui est divisé en 1263 pour donner le duché de Sieradz et le duché de Łęczyca.

[13] Sandomierz ou Sandomir est une ville de Pologne, chef-lieu d’un district (powiat), située dans la voïvodie de Sainte-Croix, à 200 km au sud de Varsovie. Sandomierz est une des plus anciennes villes polonaises. Quand Boleslas III le Bouche-Torse partage la Pologne entre ses fils, Sandomierz devient la capitale du Duché de Sandomierz, issu du démembrement territorial du royaume de Pologne. Au 13ème siècle, la ville est dévastée à plusieurs reprises par les Mongols. En 1286, Lech II le Noir reconstruit la ville et lui accorde les droits de Magdebourg. À la suite de la réunification des territoires polonais au 14ème siècle, le duché de Sandomierz est intégré au royaume sous forme de voïvodie.

[14] La Bataille de Legnica ou Bataille de Liegnitz s’est déroulée en 1241 à Legnica, à proximité de la ville de Legnica (en Basse-Silésie) et a opposé les envahisseurs mongols (Tatars) aux Polonais commandés par Henri II le Pieux, renforcés par de nombreux chevaliers européens (y compris les Teutoniques) accourus pour défendre l’Europe contre les infidèles, et par des paysans et des mineurs. Elle clôt la première vague d’invasion de la Pologne par les Mongols.

[15] La Petite-Pologne est une des régions historiques de Pologne. Située au sud-est du territoire de l’actuelle république de Pologne, elle avait une superficie triple de celle de la voïvodie qui aujourd’hui porte ce nom. Sa capitale est Cracovie. Le nom de Petite-Pologne provient d’une habitude polonaise. Lorsqu’un nouveau village est situé près d’un plus ancien, le nouveau prend le nom de l’ancien précédé du terme petit, l’ancien village étant lui-même précédé de grand.