Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Christian 1er von Buch ou Chrétien de Bûche

Christian 1er von Buch ou Chrétien de Bûche

mardi 2 août 2022, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 13 mars 2012).

Christian 1er von Buch ou Chrétien de Bûche (vers 1125-1183)

Archevêque de Mayence de 1165 à 1183-Comte de Buch-Archichancelier de l’Allemagne de 1165 à 1183

La cathédrale de Mayence aujourd'hui Il est entré dans l’église sous le patronage de Louis II, landgrave de Thuringe [1], qui lui permit d’obtenir la prévôté de la cathédrale de Mersebourg [2].

En 1160, avec l’assassina de l’archevêque Arnold von Selenhofen dit Arnold de Mayence , Mayence [3] fut placé sous interdit. Certains chanoines de la cathédrale ont fui vers Francfort [4] et Christian fut élu archevêque. D’autres, élisant Rudolf de Zähringen dit Rudolf de Zähringen . L’empereur Frédéric Barberousse, convoqua le Synode de Lodi [5] et demanda au pape Victor IV de déposer les 2 candidats et de nommer Conrad de Wittelsbach au siège épiscopal le 20 Juin 1161.

Christian est devenu prévôt de la cathédrale de Mayence en 1162, ainsi que de la basilique Saint-Servais à Maastricht [6], et accompagna l’empereur lors de son expédition italienne de 1163. En 1165, Conrad de Wittelsbach refusa de reconnaître l’antipape impérial, Pascal III. Frédéric et Pascal nommèrent immédiatement Christian à l’évêché et il fut reconnu dans tout l’empire, mais pas par le pape Alexandre III. La Diète de Wurzbourg [7] entérina les intentions de Frédéric.

Christian entra dans le Latium [8], harcela les Romains, et signa un traité par lequel ils reconnaissaient pascal, et saccagea Anagni [9]. En 1167, Frédéric entrepris d’imposer pascal au Latran par la force, et Christian l’accompagna. Le 4 Mars, il fut consacré prêtre et le lendemain, évêque.

Christian réprima Narni [10] qui s’opposait à l’empereur et à pascal. Puis, en mai, les Romains amassèrent une grande armée de 40.000 hommes et assiégèrent Tusculum [11], où l’impérialiste comte Raino fut appelé dans les forces de Rainald de Dassel, archevêque de Cologne et archichancelier de l’Italie. Aidé ensuite par Christian. Avec 1.300 Allemands et Brabantines, et les hommes de Robert II de Bassunvilla, ils campèrent près de Monte Porzio. Les Romains repoussèrent toutes les tentatives de Christian. La Bataille de Monte Porzio [12] eu lieu le 29 mai. Les troupes romaines et papales furent défaites, Tusculum préservé, et la voie ouverte vers Rome. L’empereur et son antipape entra dans Rome, mais l’apparition de la malaria décima les troupes impériales et Rainald de Dassel trouva la mort. Christian fut nommé archichancelier de l’Italie à sa place. L’année suivante, il fit rasé Albano [13].

Après son retour en Allemagne, il fut le médiateur entre Frédéric et le duc saxon Henri le Lion. En 1168, il était à Rouen [14], le médiateur entre Henri II d’Angleterre et Louis VII. Il tenta de mettre fin au Grand Schisme entre les Églises orientale et occidentale, qui l’amena en Grèce en 1170 comme ambassadeur de l’empereur du Saint Empire romain germanique. En 1177, il fut l’un des principaux négociateurs du traité de Venise entre l’empereur et le pape, dans lequel l’empereur reconnaissait Alexandre en tant que pape et abandonna son propre antipape, Calixte III .

En 1171, il accompagna de nouveau Frédéric en Italie. Allié avec Venise [15], il assiégea Ancône [16] en 1173, mais fut forcé de battre en retraite.

Le 12 Mars 1178, il escorta le pape à Rome. Il assiégea ensuite Viterbe [17], où l’antipape Calixte III était descendu. En Mars 1179, il participa au 3ème concile de Latran [18], qui infirma tous les actes de Pascal III.

En 1181, quand le pape Lucius III dû fuir la ville, il vint à son secours à Tusculum, que les Romains assiégeaient. Il battit les Romains à 2 reprises et sauva le pape et la ville une fois de plus. Il décéda à Tusculum et y fut enterré. Conrad de Wittelsbach fut de nouveau nommé archevêque de Mayence.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Christian Ier von Buch Traduit par mes soins

Notes

[1] Le landgraviat de Thuringe est un ancien État du Saint-Empire romain germanique. Créé vers 1111/1112 sous le règne de l’empereur Henri V, il est attribué à la dynastie des Ludowinges lors de la nomination du landgrave Louis 1er par le roi Lothaire III en 1131. Les landgraves de Thuringe comptèrent parmi les princes les plus puissants de l’Empire, ils devaient cependant se défendre contre la concurrence des archevêques de Mayence (à Erfurt) et de nombreuses familles comtales, telles que les Schwarzbourg, les comtes de Weimar-Orlamünde, la maison d’Henneberg ou la maison Reuss.

[2] La cathédrale Saint-Jean-et-Saint-Laurent de Mersebourg, appelée communément cathédrale de Mersebourg, est un des édifices religieux les plus remarquables dans la ville de Mersebourg, en Allemagne. Siège de l’ancienne principauté épiscopale de Mersebourg, elle constitue une aile du grand château de Mersebourg, la résidence des évêques, puis des ducs de Saxe-Mersebourg. La cathédrale, majoritairement de style gothique, est considérée comme un point culminant tant du point de vue artistique qu’historique du sud de la Saxe-Anhalt. La construction de la cathédrale romane primitive débute le 18 mai 1015 avec la pose de la première pierre par l’évêque Dithmar. L’église est consacrée le 1er octobre 1021 en présence de l’empereur Henri II et de son épouse, Cunégonde.

[3] Mayence fut, de 1619 à 1918, une forteresse et une ville de garnison. La présence des militaires et les fortifications étendues ont fortement marqué la vie des citoyens mayençais. En raison de sa position stratégiquement favorable, Mayence a joué un grand rôle dans le passé : d’un côté à l’autre de la frontière, on l’appelait le boulevard de la France ou das Bollwerk Deutschlands. La citadelle, une place forte érigée vers l’an 1619, fut transformée au cours des siècles en une véritable forteresse par les archevêques de Mayence. En particulier, Mayence fut successivement forteresse fédérale puis forteresse impériale. Plusieurs casernes et ouvrages de fortification subsistent encore aujourd’hui en ville. De nombreux noms de rue renvoient au passé de ville-forteresse. La citadelle de Mayence, principal vestige de la forteresse, est considérée comme un des édifices historiques importants de la métropole rhénane.

[4] Francfort-sur-le-Main est une ville d’Allemagne, généralement appelée simplement Francfort malgré le risque de confusion avec la ville de Francfort-sur-l’Oder. Située sur le Main, la ville est la cinquième ville d’Allemagne par sa population et la plus grande du Land de Hesse. La ville occupe une position centrale en Europe. Elle est distante de 393 km de Munich, 399 km de Bruxelles, 444 km d’Amsterdam, 415 km de Zurich, 582 km de Paris. Les villes situées près de Francfort sont Wiesbaden, Mayence, Darmstadt, Offenbach et Hanau. À partir de 855 les empereurs germaniques y sont nommés avant d’être couronnés à Aix-la-Chapelle.

[5] Lodi est une ville, chef-lieu de la province de même nom en Lombardie (Italie). Lodi est un village celtique, appelé à l’époque romaine, à partir de 89 av. jc, "Laus Pompeia" probablement en l’honneur du consul Gnaeus Pompeius Strabo. La position de cette localité permit à de nombreux Gaulois de la Gaule cisalpine d’obtenir la citoyenneté romaine. Lodi devint le siège d’un diocèse au 3ème siècle et le premier évêque, Saint Bassian (San Bassiano), fut le saint patron de la ville.

[6] La basilique Saint-Servais est un édifice religieux catholique sis dans la ville de Maastricht aux Pays-Bas. Construite au 12ème siècle et placée sous le vocable de saint Servais elle remplace une église plus ancienne du 6ème siècle. Abritant le tombeau de saint Servais et important lieu de pèlerinage elle fut élevée au rang de basilique mineure par le pape Jean-Paul II durant sa visite pastorale de 1985.

[7] Wurtzbourg ou Würzburg est une ville en Bavière, un land d’Allemagne. La ville est la capitale du district de Basse Franconie et chef-lieu de l’arrondissement de Wurtzbourg.

[8] Le Latium, ou officiellement Lazio en italien, est une région d’Italie centrale. Sa capitale est Rome. Elle est délimitée par la Toscane, l’Ombrie, les Abruzzes, le Molise, la Campanie et la mer Tyrrhénienne. Le Latium est habité depuis le 2ème millénaire av. jc par les Latins qui subissent la domination étrusque. Pour lutter contre celle-ci, ils ont formé la Ligue latine, qui comprenait une trentaine de cités, dont Albe. Au 4ème siècle av. jc, le Latium fut soumis par Rome et ses habitants devinrent des citoyens romains.

[9] Anagni est une commune italienne, située dans la province de Frosinone, dans la région Latium, en Italie centrale. Elle est connue pour être la cité des papes quatre d’entre eux y sont nés, Innocent III, Alexandre IV, Grégoire IX et Boniface VIII et pour avoir longtemps été un siège de la papauté.

[10] Narni est une commune de la province de Terni en Ombrie (Italie).

[11] Tusculum, aussi appelée Tusculane, est une ancienne ville du Latium, détruite en 1191, dont il ne reste que des ruines situées à 2 km au sud-est de l’actuelle ville de Frascati, dans la province de Rome. Le point culminant de la ville est à 670 m au-dessus du niveau de la mer. La ville jouit d’un bon point de vue sur la Campanie, avec Rome s’étendant à 20 km au nord-ouest. Son nom reste attaché aux Tusculanes œuvre de Cicéron.

[12] La Bataille de Monte Porzio (aussi appelée bataille de Tusculum) s’est déroulée le 29 mai 1167. Elle opposait les forces armées du Saint Empire romain germanique aux milices de la Commune de Rome. Cette milice romaine, que l’historien Gregorovius a qualifié de « plus grande armée que Rome eut envoyé au combat depuis des siècles », est défaite par les forces de l’empereur Frédéric Barberousse et ses alliés locaux, les comtes de Tusculum et le seigneur d’Albano.

[13] Albano est une ville italienne, située dans la province de Rome, dans la région Latium, sur les bords du lac d’Albano, en Italie centrale.

[14] Rouen est une commune du Nord de la France traversée par la Seine. Préfecture du département de la Seine-Maritime. À partir de 841, les Vikings ont effectué de fréquentes incursions en vallée de Seine et ont, en 841, ravagé Rouen. Rouen, attaquée à nouveau par les Nortmanni en 843, est devenue la capitale du duché de Normandie après que Rollon, chef viking, eut obtenu une région équivalente en taille à l’ancienne Haute-Normandie (Seine-Maritime et Eure), du roi de France Charles III, par le traité de Saint-Clair-sur-Epte en 911. Il a été fait comte de Rouen, au sens carolingien du terme, mais les textes de l’époque parlent plus fréquemment de « prince » (princeps). En 949, le duc de Normandie Richard 1er, dit « Sans Peur », a battu, lors du siège de Rouen, une grande coalition réunissant le roi de France Louis IV d’Outremer, l’empereur germanique Othon le Grand et le comte de Flandre. Cette victoire a été décisive pour l’avenir de la Normandie ; une plaque est apposée sur une maison de la place de la Rougemare, en souvenir de cet événement sanglant. En 1007, un pogrom décime une partie de la population juive de Rouen. L’œuvre de Guillaume le Conquérant permet à la Normandie de devenir la province la plus puissante d’Europe. S’il installe la capitale politique à Caen, Rouen reste la capitale économique et religieuse. C’est d’ailleurs à Rouen que Guillaume mourra en 1087.

[15] Venise est une ville portuaire du nord-est de l’Italie, sur les rives de la mer Adriatique. Elle s’étend sur un ensemble de 121 petites îles séparées par un réseau de canaux et reliées par 435 ponts. Située au large de la lagune vénète, entre les estuaires du Pô et du Piave, Venise est renommée pour cette particularité, ainsi que pour son architecture et son patrimoine culturel

[16] Ancône est une capitale des Marches et chef-lieu de la province d’Ancône en Italie. Ancienne ville fortifiée d’Italie centrale au riche passé gréco-romain et religieux médiéval, Ancône est une ville d’art et une station balnéaire et possède un port très actif sur la mer Adriatique.

[17] Viterbe (en italien, Viterbo), chef-lieu de la province de même nom dans le Latium en Italie. Viterbe fut rattachée aux États pontificaux, mais ce statut devait être continuellement contesté par les empereurs. Tout au long de la période pendant laquelle les papes furent en conflit avec les patriciens romains, à commencer par le pontificat de Eugène III, Viterbe devint leur résidence favorite.

[18] Le troisième concile du Latran est le 11ème concile œcuménique de l’Église catholique. Il se tient à Rome en mars 1179, à la suite de la paix de Venise conclue entre l’empereur Frédéric Barberousse et la Ligue lombarde fomentée par le pape Alexandre III. Il met fin au schisme survenu au moment de l’élection d’Alexandre III en 1159.