Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Guillaume 1er de Normandie dit Guillaume Longue-Épée

Guillaume 1er de Normandie dit Guillaume Longue-Épée

lundi 14 novembre 2011

Guillaume 1er de Normandie dit Guillaume Longue-Épée (vers 910-942)

Fils naturel de Rollon et de Poppa de Bayeux. Il est considéré comme étant le 2ème duc de Normandie, bien que ce titre n’existe pas encore à cette époque. Il est avant tout jarl des Normands de la Seine.

Une fois Rollon installé par le roi Charles le Simple en Normandie en 911, Guillaume devenait l’héritier naturel de ce territoire. À peine élu, il se recommande au roi Charles le Simple. Après 935, il épousa chrétiennement Liégarde, fille d’Herbert II, comte de Vermandois. Le jarl fit différentes donations aux chanoines du Mont-Saint-Michel et restaura l’abbaye de Jumièges dans laquelle il songea à se retirer.

Le principat de Guillaume correspond à une consolidation de la jeune Normandie. Vers 931, la Bretagne, occupée par les Normands de la Loire, traversait une période délicate. Les Bretons se révoltèrent contre les occupants. Guillaume Longue Épée envahit la Bretagne. Les chefs bretons, Alain dit Barbe-Torte et Juhel Bérenger de Rennes, furent battus. Le premier fuit outre-Manche, l’autre se réconcilia avec le Normand.

En 933, Guillaume rendit hommage au roi Raoul pour la terre des Bretons située sur le rivage de la mer. Il ne s’agit pas de la Bretagne car le souverain n’avait plus aucun droit sur ce territoire. Les historiens traduisent habituellement cette concession par le Cotentin et l’Avranchin, régions cédées aux Bretons par Charles le chauve 66 ans plus tôt par le traité de Compiègne. En 933, la Normandie avait ainsi quasiment atteint son extension définitive.

Vers 934, Guillaume se trouva confronté à une révolte de Normands commandés par Rioulf. Étaient reprochés au jarl son origine franque par sa mère et sa politique trop favorable aux Francs. Rioulf conduisit les révoltés jusque sous les murs de Rouen mais Guillaume sortit de la ville et écrasa les adversaires.

Avec Arnoul de Flandre, Herbert II de Vermandois et Hugues le Grand, Guillaume faisait partie du petit groupe de princes qui joua un rôle prépondérant dans le nord du royaume. Tantôt alliés, tantôt ennemis, ils soutinrent ou s’opposèrent au roi. En 936, selon Dudon de Saint-Quentin, le soutien normand se révéla décisif pour rétablir sur le trône de Francie le prétendant carolingien Louis d’Outremer.

L’état des relations entre la Normandie et la Flandre était changeant. En 925, alors que Rollon était encore le jarl des Normands, Arnoul 1er avait pris la forteresse d’Eu mais en 939, Guillaume et lui prêtèrent serment ensemble au roi Otton de Germanie contre le roi des Francs. En 938/939, Herluin, comte de Montreuil, ayant perdu sa ville de Montreuil-sur-Mer, prise par Arnoul 1er, en appela à Guillaume Longue-Épée. Les Normands finirent par intervenir. Montreuil fut reprise en 939. Ayant récupéré son bien, Herluin rendit hommage de fidélité à Guillaume pour le Ponthieu. Les Normands contrôlèrent ainsi la Picardie maritime et contrarièrent de cette façon l’expansion de la principauté flamande vers le sud.

Par contre, en 940, Guillaume prit le parti du duc des Francs Hugues le Grand et de Herbert II de Vermandois contre le roi et Arnoul de Flandre. Il les assista aux sièges de Reims et de Laon, jusqu’à l’obtention d’un accord avec Louis d’Outremer.

Le 17 décembre 942, ce dernier est invité par Arnoul de Flandre à une entrevue, manigancée par les principaux princes francs, hostiles à la montée en puissance de la Normandie, au prétexte d’un accord, dans un lieu nommé Picquigny. À peine la paix signée par les 2 princes, sur une île de la Somme, il est traîtreusement assassiné, vraisemblablement par Baudoin, fils du comte de Cambrai, sur ordre d’Arnoul 1er.

Ses fidèles récupérèrent son corps. On retrouva sur lui une clef, clef ouvrant un coffre renfermant une bure, la bure des moines. Son tombeau se trouve en la cathédrale de Rouen.