Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Dudon de Saint-Quentin

Dudon de Saint-Quentin

vendredi 27 décembre 2013

Dudon de Saint-Quentin (vers 960/965-vers 1043)

Chroniqueur normand

Duché de Normandie entre 911-1050

Il naît en Vermandois [1]. Élève de Gerbert d’Aurillac le futur Pape Sylvestre II à Reims, il intègre le chapitre de la collégiale de Saint-Quentin. Peu après 987, le comte Albert 1er de Vermandois envoie le chanoine en ambassade auprès de Richard 1er, duc de Normandie, afin d’obtenir son appui face à Hugues Capet.

Dudon semble se faire apprécier de la cour normande et est amené à séjourner dans le duché. Richard 1er lui donne 2 domaines en pays de Caux et lui commande une histoire des Normands. Œuvre qui sera connu sous le nom de “De moribus et actis primorum Normanniae ducum” [2] ou “Historia Normannorum” [3]. Interrompue à la mort du duc, elle est poursuivie sous son fils Richard II . Dudon de Saint-Quentin raconte l’histoire des Normands depuis 852 jusqu’à la mort du duc Richard 1er en 996.

Il est sous Richard II nommé chapelain de la cour. Doyen de la collégiale de Saint-Quentin, il meurt avant 1043.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Dudon de Saint-Quentin/ Portail de la littérature/ Écrivain français du XIe siècle

Notes

[1] Aujourd’hui, le Vermandois est le pays dont la ville centre est Saint-Quentin, ville du département de l’Aisne dans la région Picardie. Il est assimilé à l’arrondissement de Saint-Quentin. Mais le Vermandois historique était beaucoup plus vaste. Le pagus Viromandensis du haut Moyen Âge correspondait à la plus grande partie de l’évêché du même nom, sauf un petit secteur autour de Noyon, appelé pagus noviomensis ou Noyonnais. Il était l’héritier de la civitas Viromanduorum, le territoire des Viromanduens. Le Vermandois est érigé en comté par Louis 1er, fils de Charlemagne, en faveur du fils de son aîné Pépin, roi d’Italie, dont la famille, dite des Herbertiens, le possédera jusqu’au milieu du 11ème siècle.

[2] « Des mœurs et des Actions des premiers ducs de Normandie »

[3] « Histoire des Normands »