Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Teutberge (fille de Boson l’Ancien)

Teutberge (fille de Boson l’Ancien)

vendredi 14 janvier 2022, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 23 octobre 2011).

Teutberge (fille de Boson l’Ancien) (morte en 875)

Princesse franque

carte de la LotharingieFille du comte d’Arles [1] Boson l’Ancien , elle épousa pour des raisons politiques Lothaire II en 855.

Les tentatives de Lothaire pour obtenir le divorce occupèrent une grande partie de son règne. Comme Teutberge ne lui donnait pas d’enfants, Lothaire voulut épouser sa maîtresse Waldrade pour légitimer ses enfants.

Dès 857, il la fit emprisonner en l’accusant de relations incestueuses avec son frère Hucbert. Malgré l’ordalie [2] par l’eau bouillante que Teutberge passa avec succès, elle est condamnée par un concile local en 860.

Défendue résolument par l’archevêque de Reims [3] Hincmar, 2 autres conciles locaux organisés par Lothaire vinrent confirmer la sentence du premier et autoriser le remariage, ce qui permit au roi d’épouser Waldrade en 862.

Les partisans de Teutberge ne désarmèrent pas. Elle réussit à s’enfuir et à se réfugier auprès du roi de Francie occidentale [4] Charles le Chauve.

Elle fit appel au pape Nicolas 1er qui annula les décisions des précédents conciles. Menacé d’excommunication et soupçonnant Charles le Chauve de préparer le partage de son royaume, Lothaire céda et reprit sa femme en 865.

Mais Lothaire rappela Waldrade. Aussitôt excommunié, il dut aller lui-même plaider sa cause auprès du nouveau pape Adrien II au Mont-Cassin [5].

C’est lors du voyage de retour qu’il mourut à Plaisance [6] en 869. N’ayant pu régulariser la situation de ses enfants illégitimes, son royaume fut partagé entre ses oncles Charles le Chauve et Louis le Germanique par le traité de Meerssen [7]. Teutberge se retira alors à l’abbaye Sainte Glossinde de Metz [8].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Teutberge (fille de Boson l’Ancien)/ Portail de la Lorraine/ Catégories  : Bosonide/ Reine franque/ Abbesse du haut Moyen Âge

Notes

[1] Le comté d’Arles est une ancienne principauté féodale situé à l’est du delta du Rhône

[2] L’ordalie, ou « jugement de Dieu », est une forme de procès à caractère religieux qui consiste à soumettre un suspect à une épreuve douloureuse voire potentiellement mortelle, dont l’issue, théoriquement déterminée par une divinité, permet de conclure à la culpabilité ou à l’innocence du dit suspect.

[3] Le diocèse de Reims a été érigé au 3ème siècle et a été élevé en archevêché dès le 4ème siècle. Une des prérogatives des archevêques de Reims fut de sacrer les rois de France, avec l’huile de la Sainte Ampoule. Dans la cathédrale de Reims, de Henri 1er à Charles X, trente rois de France furent sacrés en ces lieux.

[4] La Francie occidentale est le royaume que reçut le carolingien Charles le Chauve (840-877) lors du partage de Verdun, en 843. Il s’agit des anciennes régions de Neustrie et d’Aquitaine, avec la partie ouest de l’Austrasie et le nord de la Bourgogne, autrement dit, la France des quatre fleuves. Cette partie apparaît vite comme la seule Francie, puisqu’au 10ème siècle, la Francie orientale devient Germanie puis l’Empire germanique. Cette Francie politique disparaît alors du vocabulaire pour devenir simplement France ou royaume des Francs

[5] Le mont Cassin est une colline culminant à 516 mètres d’altitude située en Italie, dans la commune de Cassino, à l’ouest du village, dans la province de Frosinone et la région du Latium. Vers 530, Benoît de Nursie y fonda l’abbaye du Mont-Cassin, où il rédigea une règle qui devint la règle de saint Benoît.

[6] Plaisance est une ville italienne, chef-lieu de la province de Plaisance, située sur la rive droite du Pô, en Emilie Romagne (plaine du Pô). À Plaisance en 456, Ricimer, commandant des forces armées romaines, renversa l’empereur Avitus. Il épargna Avitus et lui permit de devenir évêque de Plaisance. En 1095, elle est le siège du concile de Plaisance, à l’origine de la première croisade. Au Moyen Âge, Plaisance fait partie du Saint Empire romain germanique et adhère à la Ligue lombarde. Cédée à la Papauté à l’issue des guerres d’Italie, elle fut unie à Parme en 1545 au sein du duché de Parme et Plaisance, sous la domination de la famille Farnese, puis passa aux Bourbons en 1732.

[7] Le traité de Meerssen (actuellement aux Pays-Bas) est conclu en 870 entre Charles le Chauve et Louis le Germanique et consacre le partage de la Lotharingie, le royaume de leur neveu Lothaire II.

[8] L’abbatiale Sainte-Glossinde est l’église d’une ancienne abbaye bénédictine fondée vers 604 par Glossinde de Champagne, dans la ville de Metz, alors capitale du royaume d’Austrasie. Elle a été remaniée au fil des siècles et existe toujours, l’abbaye étant le siège de l’évêché de Metz depuis 1802.