Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Nicolas 1er dit le Grand

Nicolas 1er dit le Grand

vendredi 28 février 2014, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 11 octobre 2011).

Nicolas 1er dit le Grand (vers 800-867)

Pape du 24 avril 858 à sa mort

Nicolas 1er dit le Grand

Issu d’une famille modeste, il commence sa carrière au palais du Latran, au service du pape. Sous le pontificat de Léon IV, il est ordonné sous-diacre. À la mort de Benoît III, il est élu pape grâce à l’appui de l’empereur Louis II.

Pendant son pontificat, il s’impose comme patriarche d’Occident. Il interdit aux princes bretons de transformer Dol en archevêché, rappelle aux métropolites son autorité sur eux et excommunie en 861 l’archevêque Jean VIII de Ravenne, coupable d’avoir empiété sur les prérogatives spirituelles et temporelles du pape. En Orient, il s’immisce dans le conflit entre les partisans du nouveau patriarche de Constantinople, Photios 1er et les partisans de l’ancien, Ignace, déposé par Michel III et le césar Bardas. Quand Boris, prince des Bulgares, se convertit au christianisme, prenant le contre-pied de la politique de Photios, il envoie des évêques pour l’aider à constituer son Église. Dans sa Lettre aux Bulgares, il explicite les principales divergences entre les 2 Églises. En réaction, Photios convoque en 867 un synode qui excommunie Nicolas 1er.

Il fait figure d’autorité morale. A ce titre, Charles le Chauve requiert son arbitrage quand son frère Louis le Germanique envahit la France, de même que lors de la révolte de ses fils Louis et Charles. Il intervient également dans le divorce de Lothaire II, roi de Lotharingie*. Il excommunie les archevêques de Trèves et de Cologne, qui avaient annulé le premier mariage et résiste même aux assauts armés de Louis II, frère de Lothaire.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de compilhistoire/ Nicolas Ier/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 928