Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Photios 1er de Constantinople

Photios 1er de Constantinople

jeudi 19 décembre 2013, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 11 octobre 2011).

Photios 1er de Constantinople (vers 810-vers 893)

Patriarche de Constantinople de 858 à 867 puis de 877 à 886 Icône de Photios 1er.

Né dans une famille noble, il serait le neveu du patriarche Taraise, dont la famille, est connue depuis la fin du 7ème siècle ; sa mère, Irène, est la sœur du patriarche iconoclaste Jean VII le Grammairien.

Il acquit une culture encyclopédique et enseigna la philosophie, les mathématiques, la logique, la dialectique et la théologie, avant d’occuper la position importante de prôtasèkrètis [1] dans l’administration, c’est-à-dire chef de la chancellerie impériale. Il participa à une ambassade auprès des musulmans en 838, 845 ou 855. Bien qu’étant encore simple laïc, il fut élu à la succession du patriarche Ignace lorsque celui-ci fut déposé en 858. Il jouissait du soutien de l’empereur Michel III et du césar Bardas. L’abdication d’Ignace ouvrit une lutte d’influence à l’intérieur de l’Église, le parti d’Ignace réussissant à obtenir le soutien du pape Nicolas 1er. En 863 ce dernier le dépose, il riposte en décrétant la rupture avec Rome et exhorte dans une encyclique le roi Louis II à déposer le pape. Mais c’est Photius qui est condamné et exilé en 867, tandis qu’Ignace retrouve le trône du patriarcat constantinopolitain grâce au soutien de l’empereur Basile 1er qui a besoin de l’aide des Italiens contre les armées musulmanes.

Néanmoins, en 876, il est rappelé à Constantinople pour s’occuper de l’éducation des enfants de l’empereur. Et lorsque Ignace meurt en 878, c’est Photius qui est élu patriarche. L’année suivante, en novembre 879, un concile est réuni dans la capitale byzantine, auquel assiste le pape Jean VIII qui reconnaît formellement Photius comme patriarche, mais ne cède pas sur la question de la juridiction ecclésiastique sur la Bulgarie.

La période d’hostilité qui s’ouvre après l’assassinat de Jean VIII à Rome est parfois considérée comme les prémisses du schisme de 1054.

Dans le conflit qui oppose Basile à son fils Léon VI, il prend le parti du père et se retrouve donc de nouveau déposé et exilé à la mort de celui-ci en 886.

Grand érudit, excellent connaisseur de la littérature antique, il est à l’origine d’un renouveau des études classiques dans la capitale byzantine. Il explique et commente des auteurs antiques, tel Aristote, et réunit le fruit de ces recherches dans son œuvre majeure la Bibliothèque, encore appelée “Myriobiblon”, dédiée à son frère.

Il est également l’auteur d’un Lexikon, une compilation des termes et expressions remarquables qu’il notait au cours de ses lectures. Tout comme le Myriobiblon, cette œuvre est antérieure au patriarcat.

En tant que patriarche, son ouvrage le plus connu est la “Mystagogie du Saint Esprit”, dans lequel il développe l’argumentation orthodoxe contre la doctrine du filioque [2].

Il est aussi l’auteur d’un traité contre les Pauliciens [3] ; “de Nomocanon [4]” et d’un recueil de 300 réponses exégétiques adressées à l’archevêque de Cyzique [5], Amphilochus, “les Amphilochia”.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Photius 1er de Constantinople/ Portail du monde byzantin/ Patriarche de Constantinople

Notes

[1] Le protasekretis, ou protoasekretis, est un haut fonctionnaire byzantin, le chef du collège des asekretis, la principale classe de notaires impériaux. Le poste évolue progressivement avec le temps. Les premiers asekretai sont attestés au 6ème siècle et plusieurs patriarches de Constantinople ainsi que l’empereur Anastase II sont issus de leurs rangs.

[2] La querelle du Filioque est un débat théologique qui, à partir du 8ème siècle a lieu entre l’Église romaine et l’Église grecque, à propos du dogme de la Trinité. Cette querelle est un des facteurs qui conduisent au Grand Schisme d’Orient de 1054, séparant l’Église catholique de l’Église orthodoxe.

[3] Le paulicianisme est une religion d’origine chrétienne orientale, probablement arménienne. Ce mouvement néo-manichéen apparaît en Asie mineure, alors part de l’Empire byzantin, à la fin du 7ème siècle. Il a été considéré comme hérétique par les Églises catholique et orthodoxe.

[4] Un nomocanon, dans l’Empire byzantin, était une collection organisée de textes juridiques relatifs à la vie ecclésiastique et religieuse, où se trouvaient unies à la fois des « lois » d’origine séculière (droit romain, « constitutions » impériales) et des « règles normatives » émanant d’autorités religieuses, conciles ou Pères de l’Église. Ce mot composé, qui apparaît au 11ème siècle (mais pour désigner des recueils plus anciens), exprime l’interpénétration de plus en plus grande qui s’est faite entre les deux sources de législation.

[5] Cyzique était une cité grecque de Mysie, sur la Propontide (l’actuelle mer de Marmara).

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0