Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Jean VII le Grammairien dit Jean Hylilas

Jean VII le Grammairien dit Jean Hylilas

samedi 22 octobre 2011, par ljallamion

Jean VII le Grammairien dit Jean Hylilas (mort vers 867)

Patriarche de Constantinople ayant exercé ses fonctions de 837 au 4 mars 843

Jean VII de Constantinople, avec sa bourse et son diable. Psautier de ChludovIl serait le fils de Pankratios et frère d’Arsaber fait patrice par l’empereur Théophile. Il apparaît au grand jour au printemps 814, lorsque l’empereur Léon V l’Arménien le charge, avec Antoine Kassymatas, évêque de Syllaion, de retrouver et réunir des textes religieux soutenant la doctrine de l’iconoclasme, un travail qu’il mène à bien jusqu’au mois de décembre de la même année. Le jour de Noël 814, une dispute est organisée au palais, en présence de l’empereur, entre la commission iconoclaste et un groupe de défenseurs des images menés par le patriarche Nicéphore, avec notamment à ses côtés Théodore Studite. Il est alors lecteur et moine dans le monastère urbain des Hodègoi. Après la déposition du patriarche Nicéphore, en mars 815, et la convocation d’un synode destiné à re-proclamer l’iconoclasme comme doctrine officielle, il n’est apparemment pas possible de le faire élire à la succession, mais il est nommé higoumène du monastère des Saints-Serge-et-Bacchus, dépendant du palais, et il reste l’homme de confiance de l’empereur.

Il était renommé pour sa grande science et pour sa maîtrise rhétorique dans les débats relatifs à la querelle des Images. Il fut chargé par l’empereur Michel II de l’instruction de son héritier Théophile, et c’est sous son influence que celui-ci acquit de fortes convictions iconoclastes. A l’avènement de Théophile, il fut nommé synkellos, une position qui faisait de lui le successeur attendu du patriarche. Un nouveau synode fut réuni dès 831 pour confirmer et rendre plus rigoureux le bannissement des images, et l’intransigeance de Théophile dans ce domaine fut ensuite attribuée à l’influence de son maître et mentor Jean. En 830, il effectua une ambassade auprès du calife al-Mamun, mais il n’empêcha que partiellement une guerre entre l’Empire byzantin et les Abbassides. Il rapporta les plans du palais abbasside de Badgad, et, après avoir persuadé l’empereur Théophile de l’en charger, supervisa la construction d’un édifice semblable, le palais de Bryas, dans la banlieue asiatique de Constantinople.

La période de son patriarcat est très mal connue. Il accéda à cette dignité en 837 ou 838 avec le soutien de Théophile. La mort prématurée de son ancien élève fut suivie un peu plus d’un an après de sa chute, sa déposition sur l’ordre de la veuve de Théophile, Théodora, est le prélude à la fin de l’iconoclasme. Il ne participa pas à la réunion tenue le 4 mars 843 chez le ministre Théoctiste, et fut déposé en son absence. Il aurait vécu ensuite jusqu’au début des années 860, mais il ne joua plus aucun rôle public.

Il est connu essentiellement par les écrits des iconophiles, généralement très hostiles à son endroit. Dans de très nombreux textes, il est présenté comme un magicien ou un sorcier.