Bienvenue sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Alyatte II

vendredi 5 juillet 2024, par ljallamion

Alyatte II (mort vers 561 av. jc)

Roi de Lydie

Fils de Sadyattès , il appartient à la dynastie des Mermnades [1]. Il règne de 610 à 561 av. jc. Son fils Crésus prend le pouvoir à sa mort en 561 av. jc.

Alyatte est connu pour la guerre qu’il a menée aux côtés de son père contre les Milésiens [2]. Il fait également la conquête de Smyrne [3] et repousse les Cimmériens [4] venus d’Asie. Durant la bataille de l’Éclipse [5], il fait la paix avec le roi mède [6] Cyaxare en mariant sa fille Aryénis à Astyage, fils de ce dernier, mettant fin à la guerre entre les Lydiens [7] et les Mèdes.

D’après Hérodote, Alyatte joue un rôle important dans la guerre opposant le royaume de Lydie à la cité de Milet qui dura 11 ans. La cité disposant d’un accès stratégique à la mer, Alyatte renonce à faire un siège depuis la terre, mais pille en revanche les récoltes et les arbres des fermes de la région. Dans son saccage, il épargne les habitations et les populations afin de pouvoir revenir piller les champs périodiquement.

Les Milésiens connaissent deux défaites pendant cette guerre : la première à Liménéion et la deuxième dans la plaine du Méandre [8]. Alors que l’armée brûle les récoltes la 12ème année, le feu se propage jusqu’au temple d’Athéna, qui est détruit par l’incendie. Lorsqu’Alyatte rentre ensuite à Sardes [9], il tombe malade, et questionne l’oracle de Delphes [10] sur ce mal soudain. La Pythie refuse alors de lui répondre avant que le temple ne soit reconstruit. Alyatte décide donc de faire dépêcher un messager à Milet dans le but d’instaurer une trêve le temps des travaux.

De son côté, Thrasybule, tyran [11] de Milet, est informé du message de la Pythie par Périandre . Afin de tromper Alyatte, Il fait organiser un banquet foisonnant de blé pour coïncider avec l’arrivée du messager qui rapporte à son roi la nouvelle d’une ville que la guerre et les pillages répétés n’impactent pas.

Alyatte, encore malade à Sardes, apprend la situation de Milet et signe par la suite une paix avec Thrasybule, en s’engageant à construire deux temples à Athéna sur les ruines du premier. Ce geste le délivre de la maladie.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Portail de la Grèce antique/ Portail de la Turquie/ Catégories : Roi de Lydie

Notes

[1] La dynastie des Mermnades régna sur la Lydie de 685 à 547 av. jc. Le mot Mermnades signifie faucons. Succédant au roi Candaule, dernier des Héraclides, Gygès fonde une nouvelle dynastie de cinq rois jusqu’à la déposition de Crésus par Cyrus II.

[2] Milet est une ancienne cité grecque ionienne. Le site archéologique est situé sur la côte sud-ouest de la Turquie, à quelques kilomètres au nord de l’agglomération de Balat, qui a été une des capitales du beylicat de Menteşe au 14ème siècle. Le site de Milet est actuellement à plus de cinq kilomètres à l’intérieur des terres à cause du comblement de la baie par les alluvions apportés par le Méandre.

[3] aujourd’hui Izmir en Turquie

[4] Les Cimmériens sont un peuple de l’Antiquité, d’origine indo-européenne, apparentés aux Thraces ou aux peuples iraniens, installé en Tauride et sur le pourtour de la mer d’Azov avant de déferler aux 8ème et 7ème siècles av. jc sur l’Asie Mineure.

[5] La bataille de l’Éclipse, aussi connue sous le nom de bataille de l’Halys, opposa les Mèdes et les Lydiens le 28 mai 585 av. jc sur les rives du fleuve Halys (de nos jours en Turquie). Cette bataille clôt la guerre qui opposa durant 5 ans Alyatte II de Lydie et Cyaxare, roi des Mèdes. Le combat s’arrêta en raison d’une éclipse totale de Soleil. Cette éclipse fut perçue comme un présage indiquant que les dieux exigeaient la fin du combat.

[6] Les Mèdes étaient un ancien peuple iranien qui vivait dans une région du nord-ouest de l’Iran. Aux alentours de 1100 à 1000 av. jc, ils occupaient la région montagneuse du nord-ouest de l’Iran et la région nord-est et orientale de la Mésopotamie située dans la région de Hamadan (Ecbatane). On pense que leur émergence en Iran s’est produite entre 800 av. jc et 700 av. jc. Au 7ème siècle av. jc, tout l’ouest de l’Iran et certains autres territoires étaient sous domination mède, mais leur extension géographique précise reste inconnue. Bien qu’une place importante dans l’histoire du Moyen-Orient antique lui soit généralement reconnue, ce peuple n’a laissé aucune source textuelle permettant de reconstituer son histoire.

[7] La Lydie est un ancien pays d’Asie Mineure, situé sur la mer Égée et dont la capitale était Sardes. Elle était connue par Homère sous le nom de Méonie. La Lydie est évoquée dans les légendes d’Héraclès et Omphale, ou de Tantale et Pélops. La Lydie était une région occidentale de l’Asie Mineure, bordée au nord par la Mysie, au sud par la Carie et à l’est par la Phrygie. Comprenant les vallées de l’Hermos et du Méandre, la Lydie était située sur le parcours des grandes routes commerciales, et disposait de nombreuses ressources minières propres.

[8] Le Méandre est un fleuve d’Asie Mineure se déversant dans la mer Égée. Son nom turc Büyük Menderes, « grand Méandre », le distingue du Caÿstre, appelé Küçük Menderes, «  petit Méandre », et du Scamandre, appelé Karamenderes, «  Méandre noir  ».

[9] Sardes est une ancienne ville d’Asie mineure, capitale de la Lydie, sur la rivière Pactole, dans la vallée de l’Hermos.

[10] L’oracle de Delphes est resté très vivant et consulté jusqu’au 2ème siècle av. jc. Les empereurs de Rome sont peu à peu venus non pour demander des oracles, mais pour piller le sanctuaire. La Grèce se dépeuple et le sanctuaire a de moins en moins de clients, on ne construit plus de nouveaux monuments pendant cette période, Plutarque est désolé de ne voir la Pythie au travail qu’une fois par mois. Pausanias constate la dégradation terrible du sanctuaire d’Athéna Pronoia. Le monde grec s’effondre et Delphes en subit la marée. Les débuts de l’ère chrétienne vont lui porter le coup de grâce.

[11] Dans la Grèce antique, un tyran était un homme qui disposait d’un pouvoir assuré par la force ; ce pouvait être un ancien magistrat, parfois même un esclave, arrivé au pouvoir après un coup d’État, par ruse plus que par violence. Les tyrans ne prirent jamais officiellement le titre de tyran, et il n’y eut pas de titre général et officiel pour les désigner, c’est pourquoi on leur donne le nom dont leurs ennemis les stigmatisaient.