Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Lambert de Maastricht ou Saint Lambert

Lambert de Maastricht ou Saint Lambert

samedi 22 février 2014 (Date de rédaction antérieure : 13 septembre 2011).

Lambert de Maastricht ou Saint Lambert (mort vers 705)

Le martyre de saint Lambert représenté sur un panneau peint du 15ème siècle (Musée d'art religieux et d'art mosan, Lìege)

Il naît vers le milieu du 7ème siècle dans une famille aristocratique établie à Maastricht. Adolescent, il est recommandé par son père à Théodard, évêque de Tongres Maastricht. Sous sa tutelle, il recevra une éducation à la cour royale mérovingienne.

Lorsque Théodard est assassiné, il est proposé à Childéric II pour occuper le siège épiscopal vacant. Il devient alors à la cour un personnage influent, peut-être même comme l’un des conseillers les plus écoutés de Childéric II.

Mais en 675, le roi est assassiné. Un ancien maire du palais [1], Ébroïn, que Childéric II avait un jour fait tondre avant de l’interner dans un monastère, profite de la circonstance pour s’échapper et, avec l’aide des Austrasiens [2], s’empare de la mairie du palais de Neustrie [3] et de Bourgogne qu’il gouverne sous l’autorité apparente de Thierry III. L’Austrasie se choisit comme roi Dagobert II, que l’on rappelle d’Irlande. Il règne avec l’aide de Wulfoald qui avait été tout puissant à la cour de Childéric II. En 679 ou 680 Pépin II dit Pépin de Herstal, s’empare du pouvoir en Austrasie.

Au cours de cette période troublée, il fut déposé au profit d’un certain Pharamond ou Faramond, qui dirigea l’église de Tongres Maastricht pendant 7 ans. En 682 Pharamond est déposé à son tour et Pépin II ordonna que Lambert soit replacé sur son siège épiscopal.

Il est connu comme étant l’un des évangélisateurs du diocèse de Tongres Maastricht, région qui n’avait connu qu’une christianisation superficielle dans les villes et pour les élites. Le peuple qui vivait dans les forêts et campagne adorait encore les dieux celtes principalement Cernunnos et Arduinna.

En poursuivant la christianisation de cette région frontière du royaume des Francs, il avait servi les intérêts de Pépin II, notamment dans sa guerre contre les Frisons [4]. Il soutient la création de nouveaux monastères, dont celui de sainte Landrada à Munsterbilzen [5].

Il est assassiné dans le village de Liège par les troupes de Dodon, le domesticus [6] de Pépin II. Les causes de son assassinat ne sont pas connues avec certitude mais furent probablement liées au contexte politique de l’époque marqué par une passation de pouvoir entre dynastie mérovingienne et carolingienne. Il fut lié personnellement au roi Childéric II et à son successeur effectif mais non officiel le maire du palais Pépin de Herstal.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Claude Lopez-Ginisty Version française d’après OODE/ orthodoxologie

Notes

[1] A l’origine intendant général, chargé de diriger les services politiques et domestiques de la maison du roi, le maire du palais apparaît, dès le milieu du 7ème siècle, comme le personnage principal de l’Etat. C’est lui, de fait, qui exerce la réalité du pouvoir.

[2] L’Austrasie désignait durant la période mérovingienne un royaume franc couvrant le nord-est de la France actuelle, les bassins de la Meuse et de la Moselle, jusqu’aux bassins moyen et inférieur du Rhin. La capitale en fut d’abord Reims, puis Metz. Les habitants de l’Austrasie étaient les Austrasiens. Ce royaume est apparu à la mort de Clovis en 511, lorsque le territoire de celui-ci est partagé entre ses fils. Berceau de la dynastie carolingienne, l’Austrasie disparaît en 751 avec le dernier roi mérovingien pour être intégrée dans le grand royaume franc que réunirent Pépin le Bref et Charlemagne.

[3] Royaume franc qui couvrait le nord-ouest de la France actuelle, et avait pour capitale Soissons. Néanmoins, il semble que le terme de Neustrie ne soit apparu qu’un siècle après la création du royaume. La Neustrie avait été créée lors du partage qui suivit la mort de Clovis 1er, en 511, et revint à Clotaire 1er, qui, au terme de son long règne de 50 ans, avait réussi à reconstituer le royaume de son père. Elle fut le 2ème grand royaume franc né lors des partages successoraux mérovingiens à partir des territoires conquis sur Syagrius. Son aire géographique était limitée par la Loire au sud, l’océan Atlantique et la Basse-Bretagne à l’ouest, et la Champagne à l’est. Elle s’étendait jusqu’en Flandre au nord.

[4] Les Frisons sont un peuple germanique appartenant sur le plan ethnolinguistique au rameau westique. Ce peuple s’est sans doute formé tardivement, au 2ème siècle de notre ère, et a pu être confondu, à l’origine, avec ses plus proches voisins : les Angles, les Jutes et les Saxons. Ils peuplaient à l’époque romaine la plaine du Nord de l’Allemagne (actuels länder de Schleswig-Holstein et de Basse-Saxe), une partie des Pays-Bas et de la péninsule du Jutland au Danemark.

[5] Munsterbilzen est une section de la ville belge de Bilzen située en Région flamande dans la province de Limbourg. Elle abritait un monastère fondé par Sainte Landrada. Le village est situé à 14 kilomètres au nord-est de Tongres.

[6] haut fonctionnaire chargé de la gestion des domaines de l’état