Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Jacques le Diacre ou James the Deacon

Jacques le Diacre ou James the Deacon

lundi 16 janvier 2023, par ljallamion

Jacques le Diacre ou James the Deacon (mort après 671)

Diacre italien

Membre de la mission grégorienne [1] envoyée en Angleterre pour convertir les Anglo-Saxons. Il accompagna Paulin d’York dans sa mission en Northumbrie [2]. Lorsque ce dernier dut fuir le pays, Jacques s’installa près de Lincoln [3] et continua ses efforts missionnaires. Il mourut après 671, d’après le chroniqueur médiéval Bède le Vénérable.

Il accompagna Paulin lorsque celui-ci suivit en Northumbrie la sœur du roi Eadbald de Kent, Aethelburg, partie épouser le roi Edwin.

Edwin mourut à la bataille de Hatfield Chase [4] en combattant Penda de Mercie et Cadwallon ap Cadfan en 633. Il était le principal partisan de la mission de Paulin, et sa mort s’accompagna d’un retour en force du paganisme.

Paulin s’enfuit dans le Kent [5] avec Aethelburg et sa fille Eanflæd , alors que Jacques resta en Northumbrie et continua ses efforts missionnaires dans le royaume de Lindsey [6], où Paulin avait prêché avant la mort d’Edwin. Il s’installa dans le Lincolnshire [7], à l’église que Paulin avait fait construire, et dont les restes se trouvent actuellement sous l’église Saint Paul-in-the-Bail. Cette province fut reconquise par un des successeurs d’Edwin, Oswald de Northumbrie, dans les années 640.

Bède écrit que Jacques vivait dans un village près de Catterick [8] qui porte son nom encore aujourd’hui, et qu’il entreprit un travail missionnaire dans la région et vécut jusqu’à un âge avancé. Sous le règne du roi Oswiu de Northumbrie, Jacques intégra la cour royale pour célébrer Pâques avec la reine Eanflæd, la fille d’Edwin. Jacques et Eanflæd célébraient Pâques à la date fixée par l’église romaine, alors qu’Oswiu célébrait Pâques à la date calculée par l’église irlandaise. Ces dates ne correspondant pas toujours, cela fut une des raisons qui poussa Oswiu à convoquer le concile de Whitby [9] en 664 afin de décider quel système son royaume utiliserait.

La Vita sancti Wilfrithi [10]]] d’ Étienne de Ripon ne mentionne pas Jacques parmi les participants au concile de Whitby, mais Bède indique qu’il y était présent. Après le concile et l’imposition des pratiques romaines, Jacques, maître de chant formé au style romain et celui du Kent, enseigna le plain-chant, ou chant grégorien.

La date de son décès est inconnue. Toutefois, Bède laisse sous-entendre qu’il vivait toujours à son époque ; il mourut probablement après la naissance de ce dernier, en 671 ou 672. Il aurait eu au moins 70 ans à sa mort. Jacques aurait ainsi été l’informateur de Bède sur la vie d’Edwin, les œuvres de Paulin, et peut-être le concile de Whitby.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de M. Lapidge, J. Blair, S. Keynes et D. Scragg, The Blackwell Encyclopaedia of Anglo-Saxon England, Malden (Massachusetts), Blackwell Publishing, 2001 (ISBN 978-0-631-22492-1)

Notes

[1] La mission grégorienne est une entreprise missionnaire envoyée par le pape Grégoire le Grand en Grande-Bretagne à la fin du 6ème siècle pour convertir les Anglo-Saxons au christianisme. Entre son arrivée sur le sol anglais en 597 et la mort du dernier missionnaire en 653, elle parvient à implanter la religion chrétienne dans le sud de la Grande-Bretagne. Au cours du 5ème siècle, l’ancienne province romaine de Bretagne est progressivement colonisée par des tribus germaniques pratiquant leur propre religion au détriment des autochtones celtes partiellement christianisés. En 596, Grégoire le Grand envoie un groupe de 40 missionnaires pour convertir Æthelberht, le souverain du royaume de Kent, dont la femme, Berthe, est une princesse mérovingienne chrétienne.

[2] La Northumbrie est un royaume médiéval situé dans le nord de l’actuelle Angleterre et constituait l’un des principaux royaumes de l’Heptarchie. Sa notoriété est surtout liée à son rôle dans la propagation du christianisme nicéen dans l’île et à la constitution d’un centre culturel d’importance européenne avec l’archevêché d’York. Le nom de Northumbria désigne à l’origine les terres envahies par les Angles au 6ème siècle situées au nord de la rivière Humber. La Northumbrie en tant que royaume se constitue au début du 7ème siècle par l’union de deux autres entités Angles : celle de Bernicie (Bernicia) au nord et celle de Deirie (Deira) au sud.

[3] Lincoln est une ville qui a le statut de cité et le chef-lieu du comté de Lincolnshire, en Angleterre.

[4] La bataille de Hatfield Chase eut lieu le 12 octobre 633 à Hatfield Chase, près de Doncaster, dans le Yorkshire. Elle opposa les Northumbriens menés par leur roi Edwin à une alliance des Gallois du Gwynedd et des Merciens, conduits par leurs souverains respectifs Cadwallon ap Cadfan et Penda. Le champ de bataille était une zone marécageuse, à environ 8 milles au nord-est de Doncaster, sur la rive sud de la rivière Don. Ce fut une victoire décisive pour les Gallois et les Merciens : Edwin fut tué et son armée défaite, ce qui entraîna l’effondrement temporaire du royaume de Northumbrie.

[5] Le Kent est un royaume anglo-saxon fondé au 5ème siècle par les Jutes dans le sud-est de l’Angleterre. Il correspond approximativement au territoire occupé par le peuple celtique des Cantiaci avant la conquête romaine, et à l’actuel comté de Kent. C’est le premier royaume anglo-saxon converti au christianisme, et il atteint son apogée au début du 7ème siècle sous le roi Æthelberht.

[6] Le Lindsey est un royaume anglo-saxon situé dans le nord de l’actuel Lincolnshire, entre la Witham et l’Humber. Il apparaît dans le Tribal Hidage sous le nom Lindesfarona mid Haeþfeldlande (« Lindsey avec Hatfield Chase ») et une superficie de 7 000 hides, soit autant que le royaume d’Essex ou celui des Hwicce. Malgré cela, son histoire est presque entièrement inconnue. La région a été longtemps disputée entre la Mercie et la Northumbrie. Elle possède son propre évêché à partir de 678.

[7] Le Lincolnshire est un comté d’Angleterre situé sur le littoral de la mer du Nord. Il a pour voisins, du nord au sud, les comtés du Yorkshire de l’Est, du Yorkshire du Sud, du Nottinghamshire, du Leicestershire, du Rutland, du Cambridgeshire et du Norfolk. Son chef-lieu est la ville de Lincoln.

[8] Catterick est un village et une paroisse civile du district de Richmondshire, dans le Yorkshire du Nord. Son existence remonte à l’époque romaine, lorsque Cataractonium était un fort romain protégeant le croisement de la Grande route du Nord et de Dere Street, sur la rivière Swale. Catterick fut ensuite le siège du royaume de Rheged.

[9] Le concile de Whitby est un concile important qui a mené à l’unification temporaire des Églises catholiques en Grande-Bretagne et à la réduction de l’écart entre l’Église de Rome et les Églises celtes, notamment dans la doctrine. Il a été convoqué par le roi Oswiu de Northumbrie en 663 et 664 à l’abbaye de Whitby, monastère double dirigé par sainte Hilda, à Whitby, dans le Nord-Est de l’Angleterre.

[10] [[ La Vita sancti Wilfrithi est une hagiographie latine de l’évêque northumbrien Wilfrid d’York. Elle a été rédigée au début du 8ème siècle, quelques années après la mort de Wilfrid en 709, par un prêtre nommé Étienne. Les historiens ont longtemps identifié cet Étienne à un certain Eddius Stephanus, maître de chant lié à Wilfrid, mais cette identification est aujourd’hui abandonnée. Contrairement à la plupart des hagiographies, la Vita sancti Wilfrithi ne présente guère de miracles. En revanche, elle s’intéresse de près à la carrière politique tourmentée de Wilfrid, faisant de lui l’une des figures les mieux connues de cette période. Elle comprend également des digressions sur l’histoire des deux principaux monastères fondés par Wilfrid : l’abbaye de Hexham et l’abbaye de Ripon.