Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Paolo Toscanelli dit Paul le physicien

Paolo Toscanelli dit Paul le physicien

dimanche 26 décembre 2021, par ljallamion

Paolo Toscanelli dit Paul le physicien (1397-1482)

Astronome-Cartographe et un médecin florentin

Avec son ami Nicolas de Cues, Paolo Toscanelli suit les cours du mathématicien Prosdocimo del Beldomandi à l’Université de Nantes [1] et de Florence [2].

La seule preuve de ses connaissances mathématiques est une page de mesures qui figure dans un manuscrit d’observations sur les comètes conservé à la Bibliothèque de Florence. Avant la découverte de ce mémoire en 1864 les travaux d’observation de Toscanelli sur les comètes étaient totalement inconnus.

Ce manuscrit donne les détails d’observations de 6 comètes effectuées par Toscanelli. On trouve aussi une page de mesures effectuées pour calculer la position de ces comètes. Des vérifications récentes montrent que les positions sont considérées comme très précises pour leur époque.

Retourné à Florence, il y exerce la médecine puis devient ensuite conservateur de la bibliothèque de l’érudit Niccolò Niccoli conseiller de Cosme l’Ancien de Médicis.

Il aide Filippo Brunelleschi pour les calculs de la construction de la coupole de Santa Maria del Fiore [3].

Il établit, en 1468, le premier gnomon [4] moderne en faisant pratiquer une ouverture circulaire sur le dôme de la cathédrale de Florence, qui, donnant une image grande et nette du Soleil sur la ligne méridienne tracée par une bande de marbre du pavé, lui sert à déterminer les points solsticiaux, les variations de l’écliptique, et pour corriger les Tables alphonsines [5].

S’il a établi une carte de la route des Indes Orientales par l’océan Atlantique, qu’il a transmise au roi Alphonse V de Portugal , rien ne prouve qu’il a eu ainsi une influence sur la décision de Christophe Colomb de tenter le voyage.

La carte qu’il élabore en 1468 indique un continent asiatique bien plus proche de l’Europe que dans la réalité. Cette carte que Christophe Colomb a pu tenir entre ses mains, l’a peut-être influencé pour organiser sa traversée de l’océan Atlantique.

Sur cette carte on remarque l’indication d’une île nommée Antilia au centre de l’océan. Plus au sud apparaît une autre île dont le nom semble être I. Brandani.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Paolo Toscanelli/ Portail de l’Italie/ Portail de la cartographie/ Catégories : Astronome italien du XVe siècle/ Cartographe

Notes

[1] L’université ducale de Bretagne est fondée par Bertrand Milon le 4 avril 1460, à l’initiative du duc François II de Bretagne, et ce par une bulle pontificale du pape Pie II, donnée à Sienne, que l’évêque de Nantes Guillaume de Malestroit promulgua le 21 juillet suivant en qualité de protecteur de la nouvelle institution avec le titre de « chancelier » et la dota 5 000 saluts d’or. Le duc expédia une charte solennelle le 22 avril 1461, et les statuts de l’université furent publiés le 11 octobre de la même année, après avoir été longuement discuté dans la bibliothèque du chapitre de cathédrale de Nantes. Celle-ci incarne le vœu de François II d’affirmer son indépendance vis-à-vis du roi de France, alors qu’aux abords du duché, à Angers en 1432, Poitiers en 1432 et Bordeaux en 1441, s’ouvrent des universités. Les étudiants bretons représentent d’ailleurs à l’époque la deuxième population dans les universités françaises, après les étudiants normands, et sont structurés en nations dans celles-ci. Déjà au début du 15ème siècle, le besoin pour le Duché de Bretagne de se doter d’une université se fit sentir, puisque le Duc Jean V réclame et obtint du pape Jean XXIII la délivrance d’une première bulle de création en 1414, laquelle fut renouvelée par les papes Martin V en 1424 et Nicolas V le 29 janvier 1449. En 1495, l’université quelque peu libérée de la tutelle épiscopale, obtint son propre sceau

[2] Florence est la huitième ville d’Italie par sa population, capitale de la région de Toscane et siège de la ville métropolitaine de Florence. Berceau de la Renaissance en Italie, capitale du royaume d’Italie entre 1865 et 1870

[3] La cathédrale Santa Maria del Fiore est la cathédrale/dôme du 13ème siècle de l’archidiocèse de Florence à Florence en Toscane (Italie). Située piazza del Duomo dans le centre historique de Florence, elle est accolée au campanile de Giotto et face à la porte du Paradis du baptistère Saint-Jean et à la Loggia del Bigallo. Avec son dôme de l’architecte Filippo Brunelleschi de 1436 (le plus grand du monde en maçonnerie avec 45,5 mètres de diamètre maximum de la coupole intérieure) qui marque le début de l’architecture de la Renaissance

[4] Un gnomon est un instrument astronomique qui visualise par son ombre les déplacements du Soleil sur la voûte céleste. Sa forme la plus simple est un bâton planté verticalement dans le sol.

[5] Les tables alphonsines sont des tables astronomiques composées par ordre d’Alphonse X, roi de Castille à la fin du 13ème siècle