Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Niccolò Niccoli

mardi 12 mars 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 8 septembre 2012).

Niccolò Niccoli (1364-1437)

Érudit florentin, humaniste et bibliophile de la Renaissance italienne

Niccolò Niccoli Érudit florentin, humaniste et bibliophile de la Renaissance italienneIl constitua une bibliothèque, une des plus célèbres de Florence [1], des plus prestigieuses de la Renaissance italienne [2], tout à la fois humaniste et théologique. Il était assisté d’ Ambrogio Traversari pour ses travaux sur les textes en grec.

Il a légué cette bibliothèque à la république florentine à la condition de la mettre à disposition du public. Cosme de Médicis dit l’ancien fut chargé de mettre en œuvre cette condition et la bibliothèque fut confiée au couvent dominicain de Saint-Marc [3], au sein de laquelle une nouvelle bibliothèque fut construite par Michelozzo .

Le cartographe et astronome Paolo Toscanelli a été un des conservateurs de sa bibliothèque.

Niccoli a fait partie du cercle de lettrés du chancelier [4] de la République de Florence [5], Coluccio Salutati , avec Leonardo Bruni et Poggio Bracciolini , qui se réunissaient pour discuter des œuvres de Pétrarque et de Boccace.

Il est reconnu pour être l’inventeur de l’écriture cursive appelée italique de la Cancelleresca, écriture utilisée pour les chancelleries pour les courriers officiels.

P.-S.

Source:Niccolò Niccoli wikipedia/Portail de la Renaissance/ Portail de l’Italie/ Catégories : Personnalité de la Renaissance/ Humaniste italien de la Renaissance

Notes

[1] Florence est la huitième ville d’Italie par sa population, capitale de la région de Toscane et siège de la ville métropolitaine de Florence. Berceau de la Renaissance en Italie, capitale du royaume d’Italie entre 1865 et 1870

[2] La Renaissance italienne amorce la Renaissance, une période de grands changements culturels en Europe qui couvre plus d’un siècle (de la fin du 14ème siècle, dit Trecento, jusqu’au début du 16ème, dit Cinquecento). Elle est implicitement italienne (il Rinascimento), puisque ce pays fut son foyer de rayonnement pour l’Europe entière, dans une perspective d’universalité.

[3] Le couvent San Marco est une des parties du complexe religieux situé Piazza San Marco, dans la ville de Florence en Italie, précisément le bâtiment datant du Trecento, le cloître des Silvestrini, aujourd’hui ouvert au public, et qui permet de contempler les fresques de Fra Angelico, son Annonciation à Marie et les décorations de chacune des cellules des moines ; elles furent commandées par Antonin de Florence, alors archevêque de la ville. On y trouve également la cellule de Savonarole qui fut prieur du couvent.

[4] Chancelier est un titre officiel attribué dans de nombreuses sociétés dérivées de l’Empire romain. La fonction d’un chancelier peut être très variable.

[5] La république de Florence, aussi connue sous le nom de République florentine, est un ancien État italien, prenant place autour de la ville de Florence en Toscane. Fondée après la révolte du peuple contre la marche de Toscane après la mort de Mathilde de Toscane, en 1115, la Commune est dirigée par la seigneurie de Florence, mais est régulièrement confrontée aux guerres d’influences entre les différentes factions, clans et familles florentines cherchant à prendre le pouvoir sur la cité. La notion de république de Florence concerne plusieurs périodes distinctes de gouvernement républicain à Florence, en Italie, commençant en 1115 et s’achevant en 1532.