Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Pierre des Essarts

vendredi 7 mai 2021, par ljallamion

Pierre des Essarts (mort en 1349)

Il est le beau-père d’Étienne Marcel, prévôt des marchands de Paris [1] et l’un de ces riches bourgeois français du 14ème siècle, rendu indispensable au roi de France par ses importantes ressources pécuniaires et qui, de ce fait, devient un proche conseiller financier de Philippe V, Charles IV et Philippe VI. Lié aux très impopulaires remuements de la monnaie, il est emprisonné en 1346 après la défaite de Crécy [2] à laquelle il faut trouver des boucs émissaires. Il est gracié en 1347 mais meurt de la peste bubonique en 1349 qui ravage alors l’Europe.

Ne disposant pas d’une administration suffisante et voulant limiter la puissance des grands féodaux, les capétiens lui délèguent de plus en plus de pouvoirs politiques, fiscaux et judiciaires créant de véritables zones franches aux grands carrefours commerciaux. Par exemple, le prélèvement de taxes se fait souvent indirectement : le roi prélevant directement le montant voulu sur la fortune de riches patriciens qui se remboursent en prélevant l’impôt, empochant alors de confortables bénéfices. De la même manière, le roi fait appel à ces riches changeurs pour des mutations monétaires, autre instrument pour renflouer les caisses de l’État. Ces manipulations qui diminuent la teneur en métaux précieux du numéraire entraînent des dévaluations qui sont très mal perçues par la population des villes et la noblesse. Enfin, La multiplication des affaires à régler, a rendu impossible leur seul traitement par les rois et la grande noblesse qui ont alors délégué une partie de leurs pouvoirs judiciaires à des parlements et autres Cours de justice qui sont un moyen pour le patriciat de rentrer dans la noblesse de robe.

Le père de Pierre des Essarts est maire de Rouen et vient à Paris du temps de Philippe le Bel. Il est pendant 20 ans maître à la chambre des comptes [3].

Pierre est lié par mariage a l’une des plus grandes familles de changeurs parisiens et, introduit par son père Martin des Essars dans l’entourage de Philippe V, il grimpe dans la hiérarchie sociale : il est receveur de la reine, argentier du roi et enfin maître des comptes. Il perpétue la stratégie familiale d’alliances matrimoniales dans le patriciat urbain ce qui permet de contrôler de plus en plus de ressources financières susceptibles d’être empruntées par le roi et de devenir de plus en plus indispensables à l’État. Ainsi, il marie ses filles avec d’autres riches bourgeois parisiens qui y voient un moyen de se rapprocher eux-mêmes du pouvoir et d’un éventuel anoblissement. Ainsi, sa fille Marguerite des Essarts, se marie avec Étienne Marcel. Ce dernier profite des relations de Pierre des Essarts pour entrer en politique et créer de nouveaux liens avec les riches marchands des communes flamandes.

Gérant les finances des deux derniers Capétiens et du premier Valois il est au premier plan lors des mutations monétaires qui sont un bon moyen pour procurer à l’État des ressources financières quand l’impôt devient de plus en plus difficile à faire accepter.

En 1346, à la suite de la désastreuse bataille de Crécy, il faut trouver des boucs émissaires. Rendu responsable du mauvais gouvernement, Pierre des Essarts est jeté en prison avec d’autres banquiers manipulateurs de la monnaie proches du pouvoir tel Jean Poilevillain . Son beau fils Étienne Marcel aurait intercédé auprès du comte de Flandre [4] Louis de Male pour faire libérer Pierre des Essarts. Celui-ci sort de prison en 1347 sans être condamné ni acquitté mais il meurt de la peste en 1349.

À sa mort, Étienne Marcel est donc l’un de ses héritiers, mais se méfiant des amendes qui pourraient tomber sur la fortune du défunt une fois le procès terminé, il est soucieux de la dot de sa femme. Il refuse alors la succession.

Robert de Lorris un autre puissant bourgeois, est lui aussi l’un des gendres de Pierre des Essarts. Il a su revenir dans l’entourage royal dès 1347, à tel point qu’il est l’un des proches conseillers de Jean le Bon, et obtient le 7 février 1352 la réhabilitation de son beau-père Pierre des Essarts. Bien informé, il n’a pas renoncé, à la succession, et est le seul à empocher 50 000 livres. Étienne Marcel vit cela comme une escroquerie dont il fait les frais. La rancune s’accroît contre les spéculateurs qui gravitent autour de Jean le Bon, quand l’argentier du roi décide de se passer des drapiers parisiens et de passer directement ses commandes à Gand [5], Louvain [6] ou Bruxelles [7].   Un autre de ses gendres, Henri Baillet, trésorier de France, époux de Jeanne des Essarts est à l’origine d’une importante famille de conseillers et de présidents au Parlement de Paris [8].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Pierre des Essarts/ Portail du Moyen Âge tardif/ Catégories : Personnalité française de la guerre de Cent Ans

Notes

[1] Sous l’Ancien Régime, le prévôt des marchands de Paris, assisté de quatre échevins, s’occupait de l’approvisionnement de la ville, des travaux publics, de l’assiette des impôts et avait la juridiction sur le commerce fluvial. Il était élu tous les deux ans et son rôle se rapprochait de celui d’un maire de Paris. Cette institution succède sous Saint Louis à une corporation, la Hanse parisienne des marchands de l’eau. La prévôté des marchands de Paris a été instituée sous Philippe Auguste, mais le premier prévôt dont le nom nous soit connu est Evrard (ou Evrouin) de Valenciennes, mentionné sous Saint Louis, dans un texte d’avril 1263. Le poste a été supprimé après la prévôté d’Étienne Marcel et la révolte des Maillotins, en 1383. Rétabli en 1412, il n’a plus joué de rôle politique jusqu’à sa disparition en 1789.

[2] La bataille de Crécy opposa à partir du milieu de l’après-midi du 26 août 1346 l’armée du royaume de France à une armée venue d’Angleterre pour saccager et piller les terres proches des rivages de la Manche. Cette bataille violente et sanglante où les monarques respectifs, Philippe VI de Valois et Édouard III, furent présents et actifs, se conclut au soir du second jour par une victoire écrasante de l’armée anglaise, pourtant en infériorité numérique, sur la chevalerie et l’infanterie française et de ses alliés, qui accusèrent des pertes très importantes du fait de l’indiscipline et des lacunes du commandement. Cette grande bataille marqua le début de la guerre de Cent Ans et le retour d’une technique traditionnelle d’archerie.

[3] Dans l’Ancien Régime, une Chambre des comptes est une cour souveraine devant laquelle les personnes ou organisations chargées de la gestion du domaine du roi ou d’un prince doivent déposer leurs comptes où ils sont audités par des maîtres qui vérifient la conformité des recettes et des dépenses. La Chambre des comptes s’assure de la conservation du domaine de la Couronne. En cas de contentieux entre le maître chargé d’étudier les comptes qui lui sont soumis et l’officier les ayant présentés, le litige est porté devant un juge. La particularité de la Chambre des comptes, en France, c’est que les comptes des deniers publics sont rendus devant un juge, même en l’absence d’un contentieux.

[4] Le comté de Flandre a été un pagus carolingien, puis l’une des principautés du royaume de France, particulièrement impliquée dans les conflits franco-anglais, aux frontières et à l’influence durement disputées depuis sa création au 9ème siècle jusqu’en 1384, date de la mort du comte Louis de Male. Le comté, possédé par la Maison de Flandre de 863 jusqu’à la mort de la dernière comtesse, Marguerite de Constantinople, en 1280, puis par la Maison de Dampierre-Flandre, puis devenu l’une des possessions de la Maison capétienne de Bourgogne en 1385, devint alors l’un des principaux centres des États bourguignons. Après la Guerre de succession de Bourgogne il fut ensuite progressivement intégré aux Pays-Bas bourguignons et fut finalement détaché du royaume de France par le Traité de Madrid en 1526 en faveur des Habsbourg d’Espagne. Louis XIV en reconquit une partie sur les Espagnols. Le comté cessa d’exister en 1795 après la conquête des Pays-Bas autrichiens par les Français. Le territoire de ce comté correspond approximativement aux provinces belges actuelles de Flandre-Occidentale et de Flandre-Orientale, à l’ouest de la province de Hainaut (arrondissements de Tournai et Mouscron), plus la partie de la province d’Anvers située à l’ouest de l’Escaut, la Flandre zélandaise et la région historique de Flandre française (région de Lille, Dunkerque, Hazebrouck, Douai,…).

[5] Gand est une ville belge néerlandophone, située en Région flamande au confluent de la Lys et de l’Escaut. C’est le chef-lieu de la province de Flandre-Orientale et depuis 1559 le siège de l’évêché de Gand. Capitale de l’ancien comté de Flandre, grande cité drapière et commerçante, puis ville natale de Charles Quint, elle connut à partir du 12ème siècle, et plus encore du 14ème au 16ème siècle, une période de floraison tant économique que culturelle. En 1500, Jeanne de Castille y donna naissance à Charles Quint, futur empereur romain germanique et roi d’Espagne. Quoique natif de Gand, celui-ci prit des mesures brutales pour réprimer la révolte de Gand en 1539, exigeant que les notables de la ville défilent pieds nus avec une corde autour du cou : depuis cette époque, les Gantois sont surnommés Stroppendragers (les « garrotés »). La congrégation de Saint-Bavon fut dissoute, son monastère rasé et remplacé par une caserne ducale. Seuls quelques édifices de l’ancienne abbaye échappèrent à la démolition. La fin du 16ème et le début du 17ème siècle se traduisirent par des bouleversements liés à la guerre de Quatre-Vingts Ans. Face à la menace des troupes espagnoles, des états généraux des Dix-Sept Provinces se tiennent à Gand en 1576. Il en résulte un acte de pacification qui affirme l’autonomie nationale contre les ministres et les troupes espagnoles. Don Juan d’Autriche est obligé d’accepter la pacification de Gand. Cependant, la minorité calviniste, organisée en un parti d’une grande efficacité, s’empare du pouvoir par la force. En 1577, les calvinistes s’appuient sur le programme du prince d’Orange qui promet la restauration des libertés communales. Les vieilles magistratures municipales retrouvèrent leurs prérogatives, les chartes confisquées réapparurent et les métiers siégèrent derechef à la Collace. Gand est pour un temps une république calviniste. Mais bientôt les Espagnols, conduits par Alexandre Farnèse, reprirent la ville, la convertissant définitivement au catholicisme. Les conflits de la guerre de Quatre-Vingts Ans mirent un terme au rayonnement international de Gand. La ville est prise en 1678 par Vauban

[6] Louvain est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande, chef-lieu de la province du Brabant flamand et chef-lieu de l’arrondissement qui porte son nom. Elle est arrosée par la Dyle, affluent du Rupel. Louvain devint le centre de commerce le plus important du duché entre le 11ème et le 14ème siècle.

[7] Le Comté de Bruxelles, également appelé Comté de Uccle ou Comté de Uccle-Bruxelles, était un comté du Pagus de Brabant. Le Pagus de Brabant est mentionné pour la première fois dans le Traité de Meerssen (870) dans lequel il est mentionné que le Pagus est divisé en 4 comtés. Le comté de Bruxelles se situe environ entre la Senne et la Dyle. Vers l’an mil, il est uni au comté de Louvain probablement à la suite du mariage de Gerberge de Basse-Lotharingie et Lambert I de Louvain. C’est vers 1085-1086, que les comtes de Louvain transforment les 2 comtés en un landgraviat. Le landgraviat de Brabant fut érigé en duché en 1183-1184.

[8] Le parlement de Paris est une institution française de l’Ancien Régime. Il fait partie des cours souveraines, rebaptisées cours supérieures à partir de 1661 (début du règne personnel de Louis XIV). Issu de la Curia regis médiévale, le parlement apparaît au milieu du xiiie siècle et prend progressivement son autonomie pour juger le contentieux sous forme d’un organe spécialisé aux sessions régulières, la curia in parlamento, que saint Louis établit dans l’île de la Cité, à côté du palais de la Cité, et qui reçoit sa première réglementation générale avec une ordonnance de Philippe III le Hardi en 1278. À partir du 15ème siècle, treize autres parlements furent érigés à partir d’institutions locales parfois beaucoup plus prestigieuses, comme l’échiquier de Normandie, ou beaucoup plus anciennes, comme les États de Provence, ou mêmes créés ex nihilo ; néanmoins, celui de Paris, cour de justice du Roi, ultime suzerain, et donc d’ultime recours, devint ainsi prééminent. On le mentionnait souvent simplement comme « le Parlement ».