Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Olympiodore de Thèbes

Olympiodore de Thèbes

mardi 27 avril 2021, par ljallamion

Olympiodore de Thèbes (vers 380- ?)

Historien grec

Empire romain au 4ème siècleNé à Thèbes [1] en Égypte, il prit part à une ambassade envoyée en 412 par Honorius à Attila, selon Photios dans sa Bibliothèque [2].

Toujours d’après Photios, il aurait également été alchimiste mais on peut distinguer Olympiodore de Thèbes et Olympiodore l’Alchimiste.

Il a écrit une Histoire de l’Empire romain de 407 à 425 en 22 livres, continuant l’œuvre d’Eunape. Cette histoire est perdue, un résumé en est donné par Photios.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Olympiodore de Thèbes/ Portail du monde byzantin/ Portail de l’historiographie/ Catégories : Historien byzantin

Notes

[1] Thèbes (aujourd’hui Louxor) est le nom grec de la ville d’Égypte antique Ouaset (« Le sceptre » ou « La Puissante »), appartenant au quatrième nome de Haute Égypte. D’abord obscure capitale de province, elle prend une importance nationale à partir de la XIème dynastie. Elle est en effet la ville d’origine des dynastes de la famille des Antef, qui fondent la XIème dynastie avec Montouhotep 1er et Montouhotep II, liquidateurs de la Première Période Intermédiaire et rassembleurs des Deux Terres, c’est-à-dire de la Haute Égypte et de la Basse Égypte.

[2] La Bibliothèque ou Myriobiblos, œuvre de Photios, patriarche de Constantinople entre 858 et 886, est une collection de 280 notices (appelées traditionnellement « codex », parfois au pluriel « codices ») sur des textes littéraires de genres variés lus par le recenseur. L’ouvrage fut commencé vers 843. La longueur des « codices », très variable, va de la simple mention d’un nom d’auteur avec un titre à une analyse de plusieurs dizaines de pages. Ils traitent des auteurs, du contenu des textes, du jugement porté par Photios sur eux, et comprennent souvent des citations plus ou moins longues. Selon Karl Krumbacher, c’est « le plus important ouvrage d’histoire littéraire du Moyen Âge »