Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Simon 1er de Senlis

mardi 16 mars 2021, par ljallamion

Simon 1er de Senlis (mort entre 1111 et 1113)

Comte de Northampton-Comte de Huntingdon en droit de sa femme

Troisième fils de Laudri de Senlis, seigneur de Chantilly et d’Ermenonville [1] en Picardie [2], et d’Ermengarde.

Il a un frère plus âgé nommé Gui de Senlis, qui hérite du patrimoine familial. Les fils de ce dernier deviendront des soutiens importants des rois capétiens, trois d’entre eux tenant successivement l’office de Grand Bouteiller de France [3]. Un autre de ses frères, Hubert, accède au chapitre de Notre-Dame de Paris [4].

D’après la charte de fondation de l’abbaye de Sawtry [5], fondée par son fils Simon, et un registre du prieuré de Saint-Andrew de Northampton, Simon de Senlis serait venu en Angleterre en 1066, et aurait été patronné par Guillaume le Conquérant.

Son absence du Domesday Book [6], compilé en 1086, suggère plutôt une arrivée plus tardive, sous Guillaume le Roux.   Très peu de choses sont connues sur sa carrière. Toutefois, il doit se distinguer particulièrement pour avoir le droit d’épouser Mathilde ou Maud d’Huntingdon , la fille et héritière de Waltheof , comte de Northumbrie [7], et de la comtesse Judith, une nièce du Conquérant. Il obtient, probablement en droit de sa femme* ( [8]), les titres de comtes de Northampton [9] et Huntingdon [10], au plus tard en 1090.

D’après un traité de la fin du 12ème siècle, Simon de Senlis fait un pèlerinage à Jérusalem [11]. Comme Suger de Saint-Denis mentionne qu’il est capturé et rançonné durant une campagne de Guillaume le Roux dans le Vexin [12] en 1098, il fait certainement ce voyage après la première croisade. Il est témoin de la charte des libertés signée par Henri 1er, à son couronnement le 5 août 1100.

Il accompagne peut-être le roi, en 1102, durant sa campagne contre le château de Tickhill appartenant à Robert II de Bellême. Il est témoin de chartes royales de 1100 à 1103, en 1106, 1107, 1109 et 1110. Il construit probablement le premier château de Northampton [13] et les murs de la ville. Il est le fondateur de l’église de Toussaint*, et du prieuré clunisien de Saint-Andrew [14].

Il entreprend un second voyage en Terre sainte, mais meurt à La Charité-sur-Loire [15] la fille aînée de Cluny, et est inhumé dans l’église du nouveau prieuré. Il est possible que ses restes soient ultérieurement transférés au prieuré de St Neots [16], qu’il avait patronné.

La date de sa mort se situe entre 1111, date à laquelle il est témoin d’une charte du roi Henri 1er, et 1113, date à laquelle David 1er d’Écosse est reconnu comte de Huntingdon, après avoir épousé Mathilde, la veuve de Simon.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Matthew Strickland, « Senlis, Simon (I) de, earl of Northampton and earl of Huntingdon (d. 1111x13) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004.

Notes

[1] Ermenonville est une commune française située dans le département de l’Oise. En 987, à l’époque d’Hugues Capet, le château d’Ermenonville est construit sur la villa d’Irminon, par l’évêque de Senlis. En 1351 Robert de Lorris en fait l’acquisition. En 1402, Michel de Laillier est seigneur d’Ermenonville et du Vivier les Aubervilliers.

[2] La Picardie est une ancienne région administrative française, regroupant les départements de l’Aisne, de l’Oise et de la Somme, dont le chef-lieu était Amiens. Ancienne province, constituée à la fin du 15ème siècle. La Picardie recouvre au Bas Moyen Âge les territoires au nord de l’Île-de-France, depuis Amiens jusqu’à Calais et Tournai, parlant une langue romane distincte du français, le picard, dont le dialecte le plus vivace est aujourd’hui appelé ch’ti.

[3] Dans le royaume de France sous la dynastie capétienne, le bouteiller perd sa fonction de gestion des approvisionnements de la cour, rôle désormais dévolu à des échansons. Il est désormais chargé d’administrer le vignoble du domaine royal, fonction pour laquelle il perçoit une redevance sur certaines abbayes fondées par le roi. Le bouteiller est alors un des principaux officiers de la cour : il atteste très souvent les chartes royales. Aux 11ème et 12ème siècles, sous les règnes de Louis VI et Louis VII notamment, la famille de Senlis est traditionnellement attachée à cet office1, à tel point que son chef est souvent désigné sous le nom de « Bouteiller de Senlis ». À partir du 14ème siècle, le bouteiller porte le titre de Grand bouteiller de France, et la fonction devient purement honorifique.

[4] La cathédrale Notre-Dame de Paris, communément appelée Notre-Dame, est l’un des monuments les plus emblématiques de Paris et de la France. Elle est située sur l’île de la Cité et est un lieu de culte catholique, siège de l’archidiocèse de Paris, dédiée à la Vierge Marie. Commencée sous l’impulsion de l’évêque Maurice de Sully, sa construction s’étend sur plus de 2 siècles, de 1163 au milieu du 14ème siècle.

[5] L’abbaye de Sawtry est une ancienne abbaye cistercienne située dans la ville de Sawtry dans le comté du Cambridgeshire, en Angleterre. Comme la plupart des abbayes britanniques, elle a été fermée par Henry VIII durant la campagne de dissolution des monastères.

[6] Le Domesday Book est l’enregistrement du grand inventaire de l’Angleterre terminé en 1086, réalisé pour Guillaume le Conquérant, l’équivalent de nos jours d’un recensement national.

[7] Comte de Northumbrie (Earl of Northumbria en anglais) est un titre de noblesse du royaume d’Angleterre au 11ème siècle.

[8] de jure uxoris

[9] Le titre de comte de Northampton fut créé pour la première fois dans la pairie d’Angleterre en 1070, par Guillaume le Conquérant pour le comte Waltheof. Ce dernier était déjà comte de Northampton avant la conquête normande, car il était comte de Huntingdon.

[10] Aux 11ème et 12ème siècle, le titre de comte d’Huntingdon comprenait les comtés d’Huntingdon, Northampton, Bedford et Cambridge.

[11] Ville du Proche-Orient que les Israéliens ont érigée en capitale, que les Palestiniens souhaiteraient comme capitale et qui tient une place centrale dans les religions juive, chrétienne et musulmane. La ville s’étend sur 125,1 km². En 130, l’empereur romain Hadrien change le nom de Jérusalem en « AElia Capitolina », (Aelius, nom de famille d’Hadrien ; Capitolina, en hommage au dieu de Rome, Jupiter capitolin) et il refonde la ville. Devenue païenne, elle est la seule agglomération de la Palestine à être interdite aux Juifs jusqu’en 638. Durant plusieurs siècles, elle est simplement appelée Aelia, jusqu’en 325 où Constantin lui redonne son nom. Après la conquête musulmane du calife Omar en 638, elle devient Iliya en arabe, ou Bayt al-Maqdis (« Maison du Sanctuaire »), équivalent du terme hébreu Beit ha-Mikdash (« Maison sainte »), tous deux désignant le Temple de Jérusalem, ou le lieu du voyage et d’ascension de Mahomet, al-Aqsa, où se situait auparavant le temple juif

[12] Le Vexin français est une ancienne province et une région naturelle de France, qui se situe dans le nord-ouest de l’Île-de-France, étendue sur les départements du Val-d’Oise, des Yvelines et de l’Oise. Bien que formant désormais avec la ville de Cergy une agglomération contrastant avec le caractère rural du Vexin français, Pontoise en est la capitale historique.

[13] Le château de Northampton fut l’un des plus célèbres châteaux de style roman en Angleterre. Il fut construit en 1084, sous la direction de Simon 1er de Senlis, premier comte de Northampton. Il fallut plusieurs années avant de le voir terminé, la date à laquelle il fut achevé n’est pas mentionnée dans le Domesday Book, mais une grande étude sur l’Angleterre la situa en 1086. Le site du château se trouvait à l’extérieur de la porte de ville ouest, et était défendu sur trois côtés par de profondes douves. Une branche du Nene fournissait une barrière naturelle sur le côté ouest. Le château était doté de vastes parcs et d’un grand donjon. Les portes étaient entourées de remparts en terre, utilisés pour monter l’artillerie. Le château fut “effacé” par l’arrivée au 19ème siècle d’une branche de chemin de fer, connue aujourd’hui comme la West Coast Main Line du 19ème siècle, dont la gare fut construite sur le site du château, et ce fut ainsi que la Northampton Castle Station vit le jour.

[14] une dépendance de l’abbaye de La Charité-sur-Loire

[15] La Charité-sur-Loire est une commune française située dans le département de la Nièvre. La Charité-sur-Loire s’est développée autour d’un prieuré clunisien et de deux églises érigées par les moines en 1059, le tout protégé par des remparts. L’église Notre-Dame, la plus grande d’Europe après celle de l’abbaye de Cluny, est édifiée à partir du 11ème siècle. Le prieuré bénédictin devient rapidement l’un des plus beaux, des plus riches et des plus renommés d’Europe. Le pape Pascal II le consacre en 1107. Il compte près de 400 dépendances dans tout le monde chrétien jusqu’aux portes de la Terre sainte à Constantinople. Aujourd’hui, subsiste le chœur et l’abside du monastère prioral.

[16] St Neots est une ville et une paroisse civile du Cambridgeshire, en Angleterre. Elle est située sur la Great Ouse, à 80 km au nord de Londres.