Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Sirrhas ou Sirras

mardi 10 novembre 2020, par ljallamion

 Sirrhas ou Sirras (437-390)

Prince, membre de la maison royale de lyncestide [1], peut-être prince-régent de Lyncestide, pour le compte de son beau-père, le roi Arrhabaeus. Il a combattu lors de la Guerre du Péloponnèse [2], dans le camp des alliés d’Athènes. Il épouse alors une fille du roi Arrhabaeus.

Il est possible qu’il soit intervenu lors des évènements des Expéditions de Perdiccas II de Macédoine contre les Lyncestes, bien que Thucydide ne le mentionne pas au cours de son récit.

Il combat également le roi Archelaos 1er , fils de Perdiccas II.

Il est le père d’Eurydice et, par elle, le grand-père de Philippe II et un aïeul d’Alexandre le Grand

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Sirrhas/ Portail de la Grèce antique/ Catégories : Personnalité de la Grèce antique

Notes

[1] La Lyncestie, Lyncestie ou Lynkestis est une région, dans les premiers temps un royaume de la haute Macédoine situé à la frontière de l’Illyrie et gouvernée par des rois, seigneurs indépendants ou semi-indépendants jusqu’à l’époque où les derniers rois de la dynastie des Argéades de Macédoine (Amyntas IV et Philippe II), mettent fin à leur indépendance par le biais d’unions dynastiques et la pratique de l’envoi des fils des chefs tribaux semi otages qui sont éduqués dans les palais de Philippe II.

[2] La guerre du Péloponnèse désigne le conflit qui oppose la ligue de Délos, menée par Athènes, et la ligue du Péloponnèse, sous l’hégémonie de Sparte. La guerre du Péloponnèse est la première guerre d’une série de conflits pour l’hégémonie d’une cité sur l’ensemble du monde grec. Ce conflit met fin à la pentecontaetie et s’étend de 431 à 404 en trois périodes généralement admises : la période archidamique de 431 à 421, la guerre indirecte de 421 à 412, et la guerre de Décélie de 412 à 404. La guerre du Péloponnèse se termine par la victoire de Sparte et l’effondrement de l’impérialisme athénien. Cette victoire lui coûte cependant la perte de sa puissance au 4ème siècle av. jc.