Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 400 à 300 avant Jésus Christ > Eurydice Reine de Macédoine

Eurydice Reine de Macédoine

mardi 1er septembre 2020 (Date de rédaction antérieure : 31 juillet 2011).

Eurydice Reine de Macédoine

D’origine illyrienne [1], fille de Sirrhas , prince de la famille des Bacchiades [2] et roi des Lyncestes [3], et la mère de Philippe II de Macédoine. Elle épousa Amyntas III.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Paul Cloché Histoire de la Macédoine, jusqu’à l’avènement d’Alexandre le Grand , Bibliothèque Historique Payot, Paris 1960.

Notes

[1] L’Illyrie est un royaume des côtes de la rive orientale de l’Adriatique, correspondant à peu près à l’Ouest de la Croatie, de la Slovénie et de l’Albanie actuelle. Les Illyriens apparaissent vers le 20ème siècle av. jc. C’est un peuple de souche Indo-Européenne qui comprenait des Dalmates et des Pannoniens. Vers -1300 ils s’établissent sur les côtes Nord et Est de l’Adriatique. Les Illyriens sont les premiers avec les Grecs, à s’installer dans les Balkans et constituent un immense Royaume. Au VIIe siècle av. J.-C. et VIe siècle av. J.-C., l’Illyrie subit une forte héllénisation du fait de ses relations avec les Grecs, qui y ont fondé des comptoirs.

[2] Les Bacchiades étaient une famille de la noblesse dorienne de Corinthe, issue de Bacchis, fils de Prumnis. Investie jadis de la royauté, elle conserva pour son chef la dignité royale, tout en réservant à l’un des siens la première fonction de prytane. Cette dynastie d’oligarques conserva toute sa pureté en n’admettant aucune alliance avec d’autres familles

[3] La Lyncestide, Lyncestie ou Lynkestis est une région, dans les premiers temps un royaume de la haute Macédoine situé à la frontière de l’Illyrie et gouvernée par des rois, seigneurs indépendants ou semi-indépendants jusqu’à l’époque où les derniers rois de la dynastie des Argéades de Macédoine (Amyntas IV et Philippe II), mettent fin à leur indépendance par le biais d’unions dynastiques et la pratique de l’envoi des fils des chefs tribaux semi otages qui sont éduqués dans les palais de Philippe II.