Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Timothée II d’Alexandrie dit Timothée Élure

Timothée II d’Alexandrie dit Timothée Élure

lundi 5 octobre 2020, par ljallamion

Timothée II d’Alexandrie dit Timothée Élure (mort en 477)

Patriarche d’Alexandrie des monophysites de mars 457 à janvier 460 et de 475 à 477

Le concile de Chalcédoine en 451 [1] avait déposé Dioscore 1er, accusé d’adhérer à la doctrine d’Eutychès [2], et l’avait remplacé par Protérius . Une grande partie des fidèles et des moines d’Égypte n’acceptèrent pas cette décision et dénièrent toute validité au concile.

Ils continuèrent à considérer Dioscore, en exil à Gangres [3], comme le seul patriarche [4] légitime, jusqu’à sa mort en 454. Ensuite ils ne reconnurent pas plus Protérius, en qui ils voyaient un hérétique nestorien [5]. Le siège était pour eux vacant.   Au printemps 457, enhardie par la mort de l’empereur Marcien en janvier, et profitant d’une absence de Dionysius, commandant des légions, parti pour la Haute-Égypte [6], une foule insurgée procéda à l’élection et à l’intronisation comme patriarche de Timothée Élure, un ancien moine devenu prêtre de l’Église d’Alexandrie [7].   Étaient présents à l’événement Pierre l’Ibère, évêque monophysite de Maïouma, en Palestine [8], poursuivi par les autorités et réfugié en Égypte, et Eusèbe, évêque déposé de Péluse [9].   Ensuite tous trois, accompagnés de la foule, allèrent prendre possession du palais patriarcal dont ils chassèrent Protérius, forcé de se réfugier dans le baptistère. Dionysius revint à marches forcées à Alexandrie et disposa ses troupes dans la ville, mais il ne put empêcher l’assassinat de Protérius, avec 6 de ses collaborateurs, dès qu’il sortit de son refuge. Le corps du patriarche fut suspendu à une corde et promené dans les rues, puis finalement brûlé.   Le nouvel empereur Léon 1er prit le temps de reconsulter les évêques sur le concile de Chalcédoine, qui avait été organisé par Marcien. Début 460, le général Stilas fut envoyé à Alexandrie pour déposer et arrêter Timothée, qui fut exilé à Gangres comme Dioscore.   L’usurpation de Basiliscus, favorable aux monophysites en janvier 475, permit à Timothée de revenir à Alexandrie, d’où ses partisans expulsèrent son remplaçant Timothée Salophaciole . Le chef des monophysites resta ensuite sur le siège jusqu’à sa mort le 31 juillet 477

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Philippe Blaudeau, « Timothée Ælure et la direction ecclésiale de l’Empire post-chalcédonien », Revue des études byzantines, vol. 54,‎ 1996,

Notes

[1] Le concile de Chalcédoine est le 4ème concile œcuménique et a eu lieu du 8 octobre au 1er novembre 451 dans l’église Sainte-Euphémie de la ville éponyme, aujourd’hui Kadıköy, un quartier chic de la rive asiatique d’Istanbul. Convoqué par l’empereur byzantin Marcien et son épouse l’impératrice Pulchérie, il réunit à partir du 8 octobre 451 343 évêques, un record, dont 4 seulement viennent d’Occident. Dans la continuité des conciles précédents, il s’intéresse à divers problèmes christologiques et condamne en particulier le monophysisme d’Eutychès et Dioscore sur la base de la lettre du pape Léon 1er intitulée Tome à Flavien de Constantinople (nom du patriarche de Constantinople, destinataire de la lettre du pape).

[2] Le monophysisme est une doctrine christologique apparue au 5ème siècle dans l’Empire byzantin en réaction au nestorianisme, et ardemment défendue par Eutychès et Dioscore d’Alexandrie.

[3] Çankırı est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom. Connue sous l’Antiquité sous le nom de Gangra, puis Germanicopolis bien que Ptolémée l’appelle Germanopolis. Elle prit ensuite les noms de Changra, Kandari, ou encore Kanghari.

[4] Le titre de patriarche d’Alexandrie est traditionnellement porté par l’évêque d’Alexandrie (en Égypte). L’Église d’Alexandrie est l’une des plus anciennes de la Chrétienté. Aujourd’hui, trois chefs d’Église, dont une catholique, portent le titre de patriarche d’Alexandrie. Le chef de l’Église catholique copte qui réside au Caire, le chef de l’Église copte orthodoxe qui réside à Alexandrie et le primat de l’Église grecque-catholique melkite, résidant à Damas en Syrie qui porte le titre de Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem des Melkites.

[5] Doctrine hérétique de Nestorius qui reconnaissait les deux natures du Christ, humaine et divine, mais en niait la consubstantialité ; de ce fait même, l’hérésie niait que la Vierge puisse être appelée « Mère de Dieu ». Malgré sa condamnation par le concile d’Éphèse (431), le nestorianisme gagna la Perse, puis l’Asie, jusqu’à l’Inde et la Chine. Au 12ème siècle époque de son apogée, l’Église nestorienne comptait quelque 10 millions de fidèles. Aujourd’hui, seuls subsistent quelques dizaines de milliers de fidèles, principalement en Iraq et aux États-Unis, la majorité des nestoriens ayant rallié l’Église catholique à partir du 18ème siècle

[6] La Haute-Égypte est la partie sud de l’actuelle Égypte. Le Nil étant l’axe de préoccupation principal des Égyptiens, c’est donc à lui que fait référence le qualificatif haut, les terres y sont plus élevées que celles du delta.

[7] Alexandrie est une ville en Égypte. Elle fut fondée par Alexandre le Grand en -331 av. jc. Dans l’Antiquité, elle a été la capitale du pays, un grand centre de commerce (port d’Égypte) et un des plus grands foyers culturels hellénistiques de la mer Méditerranée centré sur la fameuse bibliothèque, qui fonda sa notoriété. La ville d’Alexandrie est située à l’ouest du delta du Nil, entre le lac Maréotis et l’île de Pharos. Cette dernière était rattachée à la création de la ville par l’Heptastade, sorte de digue servant aussi d’aqueduc, qui a permis non seulement l’extension de la ville mais aussi la création de deux ports maritimes.

[8] Palestine est un nom attesté depuis Hérodote qui désigna la région historique et géographique du Proche-Orient située entre la mer Méditerranée et le désert à l’est du Jourdain et au nord du Sinaï et donné à la région par l’empereur Hadrien, désireux de punir les Juifs de leur révolte.

[9] Pelusium ou Péluse est une cité de la Basse-Égypte antique, située à l’extrémité Nord-Est du delta du Nil, sur ce qui était l’embouchure la plus orientale du Nil nommée branche pélusiaque. Elle est à trente kilomètres au sud-est de Port-Saïd. Péluse fut prise en 369 av.jc par les Perses. En 48 av.jc Pompée y est assassiné. Après la bataille d’Actium, elle tomba, au printemps 30 av.jc, entre les mains d’Octave.