Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Pierre l’Ibère

vendredi 11 août 2017, par ljallamion

Pierre l’Ibère (vers 412-491)

Moine d’origine ibère

Représentation géorgienne de Pierre l'Ibère (accompagnant l'édition de NY Marr du texte géorgien, reproduite à partir de la gravure de 1896 dans Pravoslavnyy Palestinskiy Sbornik)Fils de prince, otage à Constantinople en 424, il s’enfuit en Palestine [1], à Jérusalem d’abord où il fonda le premier monastère ibère [2].

Vers 440 il se joignit à des moines ermites entre Gaza [3] et Maiouma [4]. En 451, à la suite du concile de Chalcédoine [5] qu’il refusa d’accepter, comme la plupart des moines de Palestine sous Juvénal, il fut nommé évêque de Gaza et, poursuivi par la police impériale, partit pour l’Égypte.

Après quelques années, il revint sur la côte palestinienne et se fixa finalement à Jamnia [6] sur une propriété d’Eudocie. Il mourut le 1er décembre 491.

Un moine de son monastère de Maiouma, Théodore d’Ascalon, ramena aussitôt son corps au monastère et l’ensevelit dans l’église.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Cornelia B. Horn, Asceticism and Christological Controversy in Fifth-Century Palestine : The Career of Peter the Iberian, Oxford Early Christian Studies, Oxford, 2006 (ISBN 978-0-19-927753-7)

Notes

[1] Palestine est un nom attesté depuis Hérodote qui désigna la région historique et géographique du Proche-Orient située entre la mer Méditerranée et le désert à l’est du Jourdain et au nord du Sinaï et donné à la région par l’empereur Hadrien, désireux de punir les Juifs de leur révolte.

[2] situé près de la Tour de David mais non identifié par l’archéologie

[3] Gaza, parfois appelée en anglais Gaza City pour la distinguer de la bande de Gaza qui désigne la région dans son ensemble, est la ville qui donne son nom à ce territoire longiligne appelé « bande de Gaza ».

[4] le port de Gaza

[5] Le concile de Chalcédoine est le quatrième concile œcuménique et a eu lieu du 8 octobre au 1er novembre 451 dans l’église Sainte-Euphémie de la ville éponyme, aujourd’hui Kadıköy, un quartier chic de la rive asiatique d’Istanbul. Convoqué par l’empereur byzantin Marcien et son épouse l’impératrice Pulchérie, à partir du 8 octobre 451, le concile réunit 343 évêques dont quatre seulement viennent d’Occident. Dans la continuité des conciles précédents, il s’intéresse à divers problèmes christologiques et condamne en particulier le monophysisme d’Eutychès sur la base de la lettre du pape Léon 1er intitulée Tome à Flavien (nom du patriarche de Constantinople, destinataire de la lettre du pape).

[6] Après la destruction du second Temple de Jérusalem par les Romains en l’an 70, Yohanan ben Zakkaï obtint de ceux-ci que le Sanhédrin soit déplacé à Yavné (que les Romains appelaient Iamnia). Plusieurs yeshivot se développèrent dans la ville connue comme l’école de Yavné. On voit là l’origine du judaïsme rabbinique. Les Croisés construisirent un château à Yavné en 1141. La Seigneurie d’Ibelin s’y installa, au cœur du Royaume de Jérusalem avant d’être conquise par Saladin en 1186.