Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Charles d’Aragon dit Charles de Viane

Charles d’Aragon dit Charles de Viane

mardi 25 août 2020, par ljallamion

Charles d’Aragon dit Charles de Viane (1421-1461)

Duc de Gandie-Prince de Gérone-Prince de Viane-Roi légitime de Navarre sous le nom de Charles IV

Né à Peñafiel [1], fils du roi Jean II d’Aragon et de la reine Blanche 1ère de Navarre. Petit-fils du roi Charles III de Navarre, neveu du roi Alphonse V d’Aragon, Charles, héritier en second des trônes de Navarre [2] et d’Aragon [3], reçut une éducation soignée à Olite [4] en Navarre.

Ce prince joignait à de brillantes qualités le goût des lettres. Il a laissé, entre autres écrits, “une traduction de la Morale d’Aristote”, et en manuscrit une “Chronique des rois de Navarre”.

En 1425, à la mort de son grand-père le roi Charles III de Navarre, sa mère devint reine de Navarre et Charles devint l’héritier du trône tandis que son père restait prince d’Aragon et roi-consort de Navarre.

En 1438, il épousa Agnès de Clèves qui mourut en 1448 sans lui laisser d’enfants. Il fut plus tard fiancé à Isabelle de Castille.

Sa mère mourut en 1441 et Charles devait en principe monter sur le trône sous le nom de Charles IV. Cependant une clause du testament maternel l’empêchait de prendre ce titre tant que son père vivait. Charles IV, par déférence envers son père accepta cette clause.

Jean d’Aragon ne possédait pas une âme si droite. Orgueilleux, ambitieux et intrigant notoire, il n’admettait pas devoir s’effacer devant son fils ni ne plus tenir le premier rang à la cour. Il continua donc de porter le titre de roi de Navarre. Mais il était aussi lieutenant général de son frère aîné Alphonse V pour les royaumes d’Aragon, de Valence [5] et de Majorque [6] depuis 1436 et toujours impliqué dans les affaires du royaume de Castille [7] en tant que duc de Peñafiel. Constamment absent de Navarre il laissa son fils "gouverner" avec le titre de lieutenant général de 1441 à 1449.

Ses intrigues en Castille l’amenèrent à se remarier en 1447 avec Jeanne Enriquez . En 1449 il s’installa durablement en Navarre avec sa nouvelle épouse et y reprit le pouvoir, ce qui envenima les relations entre père et fils jusqu’à déclencher une guerre civile.

Charles IV dut prendre les armes contre son père pour défendre ses droits. Il fut vaincu à Aibar [8] en 1451, fait prisonnier, et ne sortit de prison qu’au prix d’une renonciation à ses droits en faveur de son père en 1453. Entre-temps était né un compétiteur de Charles : Ferdinand d’Aragon, fils de Jeanne Enriquez, et donc demi-frère de Charles.

La guerre se ralluma néanmoins en 1455. Charles de Viane, de nouveau vaincu, déshérité par son père, s’enfuit à Naples [9] auprès de son oncle Alphonse V d’Aragon. Mais à la mort de ce dernier en 1458, Jean II monta sur le trône et Charles de Viane se trouva sans appui.

Il dut partir en Sicile, où il trouva un soutien populaire dû au souvenir de sa mère, qui avait été reine de Sicile entre 1403 et 1410 par son premier mariage avec le roi Martin le Jeune, puis à Majorque et enfin tenta de se réconcilier avec son père à Barcelone en 1460.

La famille de la seconde femme de Jean II, les Enríquez, montèrent le père contre le fils pour assurer l’héritage à un fils du second lit, le futur Ferdinand le Catholique. En 1460, Charles de Viane fut perfidement arrêté sur l’ordre de son père Jean II.

L’emprisonnement de son fils par le roi déclencha une levée de boucliers de la part des élites catalanes réunies dans les Cortes [10] qui obtinrent la libération du prince et le rétablissement de ses droits d’héritier.

Jean fut contraint de reconnaître Charles comme son héritier, et de consentir au mariage de ce prince avec Isabelle de Castille, que la reine Jeanne destinait à son propre fils Ferdinand. Cette marâtre prévint l’union par un crime : Charles fut certainement empoisonné en 1461. Isabelle épousa Ferdinand qui devint Ferdinand II d’Aragon.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Charles d’Aragon (1421-1461)/ Portail de la Navarre /Catégories : Roi de Navarre

Notes

[1] Peñafiel est une commune de la province de Valladolid dans la communauté autonome de Castille-et-León en Espagne. Elle est le chef lieu de la comarque du Campo de Peñafiel

[2] Le royaume de Navarre est un royaume médiéval fondé en 824 par les Vascons, dont le premier roi est Eneko Arista, premier d’une lignée de seize rois basques qui régneront sur le Royaume jusqu’en 1234. Attaquée depuis trois siècles au nord des Pyrénées, dans le duché de Vasconie par les Francs, et au sud par les Wisigoths, puis les Omeyyades (musulmans), la Vasconie est réduite au petit Royaume de Pampelune, terres ancestrales du Saltus Vasconum. La Haute-Navarre fut conquise en 1512 par le royaume d’Aragon et fut intégrée en 1516 dans l’actuel royaume d’Espagne et l’autre partie (Basse-Navarre), restée indépendante, fut unie à la couronne de France à partir de 1589 d’où le titre de « roi de France et de Navarre » que portait Henri IV

[3] Le royaume d’Aragon est une entité politique du nord-est de la péninsule Ibérique, née en 1035 de l’union des comtés d’Aragon, du Sobrarbe et de la Ribagorce et disparue en 1707 avec son intégration au sein du royaume d’Espagne par les décrets de Nueva Planta.

[4] Olite, est une ville de la Communauté forale de Navarre (Espagne). Elle est située dans la zone non bascophone de la province. Le castillan est la seule langue officielle alors que le basque n’a pas de statut officiel. Elle est chef-lieu de la merindad du même nom et appartient à la circonscription judiciaire de Tafalla.

[5] Le royaume de Valence a été fondé en 1238 par le roi Jacques 1er d’Aragon surnommé « le Conquérant », dans le cadre de la Reconquista, après avoir conquis l’ancienne taïfa de Balansiya. Il fut augmenté par des annexions postérieures d’autres territoires. Intégré à la Couronne d’Aragon, le royaume de Valence suivit le destin politique du royaume du même nom. Son territoire est environ celui de l’actuelle communauté valencienne.

[6] Le royaume de Majorque désigne d’abord de façon provisoire un gouvernement assez longtemps précaire créée lors de la conquête par le roi Jacques 1er d’Aragon de l’île de Majorque en 1229 dans le cadre de la Reconquista. Mais c’est le testament du souverain conquérant en 1262 qui lui donne un véritable sens politique dans la succession monarchique, en l’accordant au cadet de sa lignée l’infant Jacques ou Jaume alors que l’aîné Jacques obtient la couronne d’Aragon. À la mort de Jacques 1er d’Aragon en 1276 naît le royaume de Majorque. Les années 1343 et 1344, dates de reconquête militaire et d’annexion aragonaise ou le traité de 1347, voire les acquisitions par le roi de France de Carlat et Montpellier en 1348-1349 atteste la réunion définitive à la couronne d’Aragon qui clôt la page de l’indépendance, souvent précaire et houleuse.

[7] Le royaume de Castille est un ancien royaume du Moyen Âge qui trouve ses origines au nord de la péninsule Ibérique, dans l’actuelle Espagne. À la fin du Moyen Âge, le royaume de Castille s’étend depuis le golfe de Gascogne au nord jusqu’à l’Andalousie au sud et comprend la majeure partie du centre de la péninsule Ibérique. En 1037, date à laquelle Ferdinand 1er fonde le Royaume uni de Castille et León. En 1058, Ferdinand est à l’origine d’une série de guerres contre les Maures, se lançant à la conquête de ce qui allait devenir la Nouvelle-Castille (bataille d’Alarcos et bataille de Las Navas de Tolosa). La région s’agrandit particulièrement sous le règne d’Alphonse VI (1065-1109) et d’Alphonse VII (1126-1157). Sous Alphonse X, la vie culturelle du royaume se développe, mais une longue période de conflits internes suit. En 1469, le mariage de Ferdinand II d’Aragon (plus tard Ferdinand V de Castille) et d’Isabelle 1ère de Castille initie l’union des royaumes d’Aragon et de Castille et, par la suite, de l’ensemble de l’Espagne.

[8] La bataille d’Aibar se déroule le 23 octobre 1451 à, proximité de la ville éponyme, aujourd’hui dans la communauté forale de Navarre en Espagne. Cette bataille est un épisode de la Guerre civile de Navarre et oppose les troupes du roi d’Aragon Jean II à celles de son fils Charles de Viane, venu au secours de la ville assiégée. Elle se traduit par une défaite de Charles et son emprisonnement pour deux ans.

[9] Le royaume naquit de la scission de fait du royaume de Sicile, provoquée par les Vêpres siciliennes de 1282. Le roi Charles d’Anjou, chassé de l’île de Sicile par les troupes de Pierre III d’Aragon, ne se maintint que sur la partie continentale du royaume. Naples devint la capitale de ce nouveau royaume, ce qui provoqua une forte croissance de la ville qui était auparavant supplantée par Palerme. Sous le règne de Robert 1er, le royaume connaît une période de paix et de prospérité. Le roi fit de Naples l’un des centres culturels de l’Italie, invitant à sa cour Giotto, Pétrarque et Boccace. La seconde partie du 14ème siècle vit cependant s’amorcer une période de déclin due à la lutte fratricide entre deux branches adverses de la dynastie angevine pour régler la succession de Robert 1er puis celle de sa fille, la reine Jeanne 1ère. La maison d’Anjou-Duras finit par triompher, avec Charles III, duc de Duras, qui fit assassiner la reine Jeanne en 1382. Son fils, Ladislas 1er, étendit provisoirement le royaume sur une bonne partie de l’Italie centrale, caressant le rêve d’unifier la péninsule. À sa mort sans héritier en 1414 c’est sa sœur, Jeanne II, qui monta sur le trône.

[10] parlement général