Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Méléagre

jeudi 19 mars 2020, par ljallamion

Méléagre

Personnage de la mythologie grecque

Héros qui s’illustre pendant la chasse au sanglier de Calydon [1].

Il a pour mère Althée et pour père Œnée, roi de Calydon [2]. Il est donc le frère de Tydée et de Déjanire.

Quand Méléagre parvient à l’âge adulte, il participe à la chasse du monstrueux sanglier de Calydon qui dévaste les terres d’Œnée, tuant hommes et bêtes sur son passage. Le monstre a été envoyé par Artémis pour punir Œnée de l’avoir laissée de côté lors de l’offrande des prémices des récoltes.

Pour abattre l’animal, Œnée a fait appel à de nombreux héros comme Jason, Idas et Lyncée , Nestor , Thésée, Pirithoos ou les Dioscures [3]. Parmi les participants figure Atalante , dont Méléagre s’éprend. Elle donne la première blessure au sanglier, après quoi Méléagre tue l’animal de son javelot. Au moment de partager la dépouille, Méléagre accorde à la jeune fille, en récompense, la tête et la peau de l’animal. Furieux que la part d’honneur revienne à une femme, les deux frères d’Althée lui arrachent son prix. Méléagre à son tour se prend de colère et les tue.

Althée commence par se réjouir de la mort du sanglier, mais quand elle apprend celle de ses frères, elle fait passer ses sentiments de sœur avant ceux de mère et, jetant au feu la bûche fatidique, met à mort son fils.

Au cours du combat, Méléagre tue un ou plusieurs de ses oncles maternels, qui apparemment combattent aux côtés des Curètes en tant que fils de Thestios . Dans la douleur du meurtre de ses frères, Althée voue son fils à la mort, prenant pour témoin Hadès et Perséphone ; du fond de l’ Érèbe , une Érinye [4] entend son appel. Outré, Méléagre se retire du combat. Alors que les Curètes assaillent les murs de Calydon, les anciens du peuple supplient Méléagre de reprendre les armes en lui promettant de nombreuses récompenses.

Œnée, les sœurs du héros, sa mère puis ses amis l’implorent de même en vain. Il faut attendre que Calydon soit en flammes et que la femme de Méléagre, Cléopâtre, lui rappelle le sort des villes prises, pour qu’il reprenne le combat. Parce que c’est aux prières de cette dernière qu’il a cédé, et bien qu’il ait sauvé la ville, il n’obtient pas les récompenses promises.

Pausanias considère comme évident que les Érinyes ont exaucé le vœu d’Althée et fait mourir Méléagre, mais il semble plus logique qu’Althée retire sa malédiction quand elle incite son fils à défendre Calydon attaquée. En outre, l’objectif de Phœnix est d’inciter Achille à reprendre les armes en lui présentant des exemples de héros qui, pris de colère, se sont laissés toucher par des présents et des paroles. Le récit est, au sens propre, un paradigme, c’est-à-dire un exemple raconté pour exhorter.

Seule la fin du récit a survécu ; il en ressort que Méléagre combat sous les murs de Pleuron quand il est tué par Apollon. Pausanias précise en citant le Catalogue et l’épopée perdue Minyas que le dieu est l’allié des Curètes. Aucune allusion n’est faite à la chasse au sanglier de Calydon.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Méléagre/ Portail de la mythologie grecque/ Progéniture d’Arès/

Notes

[1] Le sanglier de Calydon est une créature fantastique de la mythologie grecque, qui ravageait la région de Calydon, en Étolie.

[2] Calydon est une ancienne cité située en Étolie, en Grèce occidentale. On peut s’y rendre depuis Patras en passant par Antirhion et en prenant la direction de Missolonghi ou d’Agrinion. Les vestiges se trouvent près du village d’Evinochoro, juste après le pont sur l’Evinos. Elle possédait une importante fortification de 3 kilomètres de périmètre.

[3] Dans la mythologie grecque, Castor et Pollux, appelés Dioscures sont les fils de Léda. Chacun né d’un œuf différent, ils sont respectivement, pour Castor, frère de Clytemnestre et fils de Tyndare, roi de Sparte, et pour Pollux, frère d’Hélène et fils de Zeus.

[4] Dans la mythologie grecque, les Érinyes ou Érinnyes, ou parfois « déesses infernales », sont des divinités persécutrices. Selon Eschyle, elles sont transformées en, « vénérables », après l’acquittement d’Oreste, occasion à laquelle Athéna aurait obtenu d’elles qu’elles devinssent des divinités protectrices d’Athènes sous le rôle de gardiennes de la justice. Euripide les a identifiées avec les Euménides. Elles correspondent aux Furies chez les Romains.