Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Teutamos ou Teutamus

lundi 16 décembre 2019, par ljallamion

Teutamos ou Teutamus

Officier macédonien

l'empire d'Alexandre le Grand en 330 av. J.-C.Il partage de 319 à 316 av. jc avec Antigénès le commandement des Argyraspides ou Boucliers d’argent  [1].

Nous ignorons ses états de service sous le règne d’Alexandre le Grand qui lui ont permis de devenir le stratège en second du corps d’élite de l’infanterie macédonienne [2].

En 319 av. jc, Polyperchon qui a succédé à Antipater à la régence de Macédoine, ordonne à Antigénès et Teutamos de se joindre à Eumène de Cardia dans la lutte contre Antigone le Borgne. Mais les deux officiers semblent au départ réticents à suivre les ordres de l’ancien secrétaire d’Alexandre. Teutamos aurait d’ailleurs accepté la proposition de Ptolémée de comploter contre Eumène avant d’en être dissuadé par son collègue plus prudent.

Teutamos prend part à la guerre des diadoques [3] du côté d’Eumène de Cardia tout en manifestant à chaque occasion une réticence à suivre les ordres du stratège d’Asie. Il participe à la bataille de Paraitacène [4] en 317 av. jc, puis à celle de Gabiène [5] en 316, au titre de commandant des hypaspistes [6] selon Diodore, mais celui-ci confond volontiers avec les argyraspides.

À l’issue de cette bataille, Teutamos est le premier à ouvrir des négociations avec Antigone le Borgne, après que celui-ci a capturé le train de bagages et les familles des argyraspides. Mais cette trahison n’est pas récompensée puisqu’il est soit exécuté en compagnie d’Antigénès, soit, moins probablement, exilé avec les Argyraspides en Arachosie [7]

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Teutamos/ Portail de la Grèce antique/ Catégories : Général de la Macédoine antique

Notes

[1] Les Argyraspides, sont un corps de fantassins d’élite au temps des conquêtes d’Alexandre le Grand et de l’empire séleucide.

[2] Le royaume de Macédoine est un État antique situé au nord de la Grèce correspondant aujourd’hui principalement à la Macédoine grecque. Il est centré sur la partie nord-est de la péninsule grecque, bordé par l’Épire à l’ouest, la Péonie au nord, la Thrace à l’est et la Thessalie au sud. Royaume périphérique de la Grèce aux époques archaïque et classique, il devient l’État dominant du monde grec durant l’époque hellénistique. L’existence du royaume est attestée au tout début du 7ème siècle av. jc avec à sa tête la dynastie des Argéades. Il connaît un formidable essor sous le règne de Philippe II qui étend sa domination sur la Grèce continentale en évinçant Athènes et la ligue chalcidienne pour ensuite fonder la Ligue de Corinthe. Son fils Alexandre le Grand est à l’origine de la conquête de l’immense empire perse et de l’expansion de l’hellénisme en Asie à la fin du 4ème siècle av. jc. Après sa mort, la Macédoine passe brièvement sous la tutelle des Antipatrides dans le contexte des guerres des diadoques. En 277, la royauté échoit à Antigone II Gonatas qui installe la dynastie des Antigonides qui règne jusqu’en 168, date à laquelle la Macédoine est conquise par les Romains. En 146 la Macédoine devient une province romaine.

[3] Les guerres des Diadoques sont les conflits qui interviennent pour le partage de l’empire d’Alexandre le Grand, mort en 323 av. jc, entre ses successeurs ou Diadoques. Elles se déroulent de 322 à 281 (bataille de Couroupédion) avec des périodes de trêve. Elles opposent dans un premier temps le régent Perdiccas aux « forces centrifuges » dont Ptolémée, Séleucos et Antigone, les principaux satrapes macédoniens. Elles opposent ensuite les Antigonides, candidats à un empire eurasiatique, à une coalition regroupant Ptolémée, Séleucos, Lysimaque et Cassandre, bientôt devenus rois, tandis que les héritiers légitimes d’Alexandre sont éliminés. En Europe, elles mettent en jeu la succession d’Antipater, alors que certaines cités grecques luttent toujours contre l’hégémonie de la Macédoine. Les guerres des Diadoques aboutissent finalement à une division de l’empire d’Alexandre entre les dynasties antigonide, lagide et séleucide.

[4] La Bataille de Paraitacène (317 av.jc) fut une des batailles lors des Guerres des diadoques qui firent suite à la mort d’Alexandre le Grand et opposa Antigone le Borgne et Eumène de Cardia.

[5] La bataille de Gabiène fit suite à la Bataille de Paraitacène et fut la seconde grande confrontation entre Antigone le Borgne et Eumène de Cardia, anciens généraux d’Alexandre le Grand, dans le contexte des Guerres des diadoques. La seule trace écrite sur cette bataille provient des récits de Diodore, à partir du point de vue de Hiéronymos de Cardia, aide personnel d’Eumène à l’époque avant de faire allégeance à Antigone.

[6] Les hypaspistes, ou « porte-boucliers », sont une troupe d’infanterie d’élite dans l’armée macédonienne sous Philippe II et Alexandre le Grand et à l’époque des monarchies hellénistiques.

[7] L’Arachosie est une région antique située au sud-ouest de l’Afghanistan, ancienne satrapie de l’empire perse achéménide. Après la chute de la dynastie achéménide, Alexandre le Grand l’occupe en 330 av.jc et fonde Alexandrie d’Arachosie (actuelle Kandahar) qui en devient la capitale. Elle fait ensuite partie du royaume gréco-bactrien de 250 à 130 av. jc environ, avant d’être conquise par le deuxième empire perse sassanide.