Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

La révolution américaine

dimanche 17 novembre 2019

La révolution américaine

JPEG - 46.4 ko
Le Comité des Cinq présentant son texte de la Déclaration d’indépendance au Congrès le 28 juin 1776. Tableau de John Trumbull, 1819.

En 1700, la population dans les colonies anglaises en Amérique atteint 275.000 habitants, avec Boston* comme plus grande ville avec 7000 habitants, suivie de New York* avec 5000 habitants. En juin, le Massachusetts* passe une loi obligeant tous les prêtres catholiques à partir de la colonie dans les 3 mois, sous peine d’emprisonnement ou d’exécution. New York passe alors une loi semblable. En juillet 1701, les Français établissent un règlement à Detroit*. En octobre, l’université de Yale* est fondée dans le Connecticut*.

En mars 1702, la Reine Anne monte sur le trône anglais et en mai, l’Angleterre déclare la guerre à la France après la mort du roi d’Espagne, Charles II. Cette guerre de la succession espagnole* s’appellera la guerre de la reine Anne dans les colonies, où les colons anglais et américains combattront les Français, leurs alliés américains indigènes, et les Espagnols pendant 11 ans.

En 1702, dans le Maryland*, l’église Anglicane est établie comme église officielle, financièrement soutenue par l’imposition imposée à tous les hommes libres, domestiques masculins et esclaves. En 1705, en Virginie*, les esclaves sont soumis au code noir de Virginie. À New York, une loi contre les esclaves instaure la peine de mort pour ceux qui se trouveraient à plus de 40 milles au nord de la ville d’Albany*. Le Massachusetts déclare le mariage entre les Américains africains et les blancs illégal. En novembre, la Caroline du Sud* établit l’église Anglicane en tant que église officielle. En 1707, L’Angleterre, l’Ecosse et le Pays de Gales sont réunis dans le royaume uni de la Grande-Bretagne par la Loi de l’union*, approuvée par la reine Anne.

En 1710, le Parlement anglais vote la Loi d’un système postal dans la colonie américaine. En 1711, les hostilités éclatent entre les Américains et les colons indigènes en Caroline du Nord après un massacre de colons. Le conflit, connu sous le nom de la guerre indienne de Tuscarora* durera 2 ans.

En mai 1712, la colonie de la Caroline est officiellement divisée en 2 : Caroline du Nord et Caroline du Sud. En juin, la Pennsylvanie* interdit l’importation des esclaves dans cette colonie. En 1713, la guerre de la Reine Anne finit avec le Traité d’Utrecht*. En 1716, le premier groupe d’esclaves noirs arrive en Louisiane*. En 1718, La Nouvelle-Orléans* est fondée par les Français. En 1720, la population c’est développée et atteint les 475.000 colons. Boston avec 12.000 est la plus grande ville, suivie de Philadelphie avec 10.000 et de New York avec 7000. En 1725, la population des esclaves noirs dans les colonies américaines représente 75.000 personnes.

En 1726 des émeutes se produisent à Philadelphie*. En 1728, les colons juifs à New York City établissent la première synagogue américaine. En 1729, Benjamin Franklin commence à éditer la gazette de la Pennsylvanie, qui deviendra par la suite le journal colonial le plus populaire.

En 1730, Baltimore* est fondé dans la colonie du Maryland. En 1731, la première bibliothèque publique américaine est fondée à Philadelphie par Benjamin Franklin. En juin1732, la Géorgie* devient la 13ème colonie anglaise. En 1733, l’acte passé par le Parlement anglais, impose une taxe sur le commerce de la mélasse*, au rhum et au sucre importé des îles non Britanniques dans les Caraïbes pour protéger les planteurs anglais contre la concurrence française et hollandaise.

En 1739, l’Angleterre déclare la guerre à l’Espagne. En 1740, en Europe, la guerre de la succession autrichienne* commence après la mort de l’empereur Charles VI ce qui a comme conséquence une alliance entre la France et l’Espagne contre l’Angleterre.

En Amérique cela se traduira en conflit ouvert entre colons anglais et ceux issus de l’immigration Française et espagnole. En 1750, le Parlement anglais vote une loi limitant la croissance de l’industrie du fer dans les colonies américaines pour protéger l’industrie anglaise. En 1751, c’est la loi interdisant la publication de l’argent en papier par les colonies de la Nouvelle Angleterre.

En mai 1754, George Washington mène un petit groupe de colons américains à la victoire contre les français et établit un fort dans le territoire de l’Ohio*. En juillet, après avoir été attaqué par les forces françaises, Washington rend le fort et bat en retraite.

En février1755, le Général anglais Edward Braddock arrive en Virginie* avec 2 régiments de troupes anglaises. Il assume le poste de commandant en chef de toutes les forces anglaises en Amérique. En avril, avec le lieutenant Colonel George Washington ils entrent en lutte contre les Français dans le territoire de l’Ohio.

En juillet, une force française aidée par les Indiens défait ces forces anglaises. Braddock est mortellement blessé. Le Gouverneur William Shirley du Massachusetts devient alors le nouveau commandant en chef.

En 1756, l’Angleterre déclare la guerre à la France. En juin1757, William Pitt devient secrétaire d’état d’Angleterre et engage une escalade dans la guerre contre les français et les indiens dans les colonies en établissant une politique dite de la guerre illimitée.

En juillet1758, une défaite dévastatrice des forces anglaises au lac George*, a lieue lors d’une attaque frontale contre les forces françaises indélogeables du fort Ticonderoga*. Mais en novembre, le fort français Duquesne* dans le territoire de l’Ohio doit être abandonné. Les colons se précipitent alors dans le territoire pour établir des maisons. A la même époque, la première réserve indienne en Amérique est fondée, au New Jersey* et le fort français Niagara* est pris par les anglais.

En 1760, la population des colons en Amérique atteint 1.500.000 habitants. En septembre, le Québec se rend aux troupes anglaises. En 1762, l’Angleterre déclare la guerre à l’Espagne, qui avait projeté de s’allier avec la France et l’Autriche. Les Anglais attaquent alors avec succès les avant-postes espagnols en Indes et à Cuba.

En 1763 à lieu le Traité de Paris* mettant fin à la guerre anglo-française en Amérique. La France donne à l’Angleterre tout le territoire français à l’est du fleuve du Mississippi, excepté la Nouvelle-Orléans. Les espagnols renoncent à la Floride en échange de Cuba. En mai, les Américains sous les ordres de Pontiac commencent la guerre contre les Anglais à l’ouest du Niagara, détruisant plusieurs forts britanniques et conduisant un siège à Detroit. Le siège de Detroit se termine en novembre, mais les hostilités entre Pontiac et les britannique continuent pendant plusieurs années.

En octobre1765, le congrès s’assemble à New York City, avec des représentants de 9 colonies et prépare une résolution en direction du Roi George III et du Parlement anglais. Elle demande l’abrogation de l’acte du timbre* et des Lois de 1764. En Novembre 1765, à New York City, la violence éclate. En décembre 1765 le Général britannique Thomas Gage, commandant de toutes les forces militaires anglaises en Amérique, demande aux autorités de New York d’inciter les colons à se conformer à la Loi de division et à loger et fournir ses troupes. En janvier 1766, la ville de New York refuse de se conformer complètement à la demande du Général Gage d’imposer la Loi de division. En mars1766, le Roi George III abroge l’acte du timbre et le même jour le Parlement Anglais vote l’acte déclaratoire déclarant que le gouvernement britannique a la puissance totale de légiférer toutes les lois régissant les colonies américaines dans tous les cas.

En août1766, la violence éclate à New York entre les soldats britanniques et les colons armés en raison du refus continu des colons de New York de se conformer à l’acte de division. En décembre, la législature de New York est suspendue par la couronne anglaise. En juin 1767 le Parlement anglais vote des actes imposant une nouvelle série d’impôts aux colons. Les articles sur les importations telles que le thé, le verre, le fil et les peintures. La Loi établit également une direction des douanes coloniale des commissaires à Boston. En octobre, les Bostoniens décident de rétablir un boycott des articles de luxe anglais.

En février 1768, Samuel Adams du Massachusetts appelle les colons à s’unir dans leurs actions contre le gouvernement britannique. La lettre est envoyée aux assemblées dans toutes les colonies. En avril 1768, le secrétaire d’état de l’Angleterre pour les colonies, demande aux gouverneurs coloniaux d’arrêter l’approbation par leurs assemblées de la circulaire Adams. Il demande également au gouverneur du Massachusetts de dissoudre la cour générale si le Massachusetts ne retire pas la lettre. Vers la fin du mois, les assemblées du New Hampshire, le Connecticut et le New Jersey approuvent la lettre.

En mai 1768, un vaisseau de guerre britannique arrive dans le port de Boston suite à un appel à l’aide des commissaires qui constamment étaient harcelés par des agitateurs de Boston. Du vin importé est alors déchargé illégalement dans Boston. Après des menaces des Bostoniens, les douaniers partent de Boston, puis demandent l’interposition des troupes britanniques. En juillet 1768, le gouverneur du Massachusetts dissout la cour générale. En août, à Boston et à New York, les négociants sont d’accord pour appliquer le boycott de la plupart des marchandises britanniques jusqu’à ce que les Lois soient abrogées.

En septembre, lors d’une réunion à Boston, des résidants sont invités à s’armer. Plus tard en septembre, les vaisseaux de guerre anglais naviguent dans le port de Boston, puis 2 régiments d’infanterie anglaise s’installent à Boston en résidence permanente pour maintenir l’ordre. En mars 1769, les négociants de Philadelphie s’associent au boycott des marchandises anglaises.

En mai, un ensemble de résolutions écrites par George Mason est présenté par George Washington à la Chambre de Virginie. Les résolutions de la Virginie s’opposent à l’imposition des circulaires, et plans britanniques pour envoyer les agitateurs américains en Angleterre. 10 jours plus tard, le gouverneur royal de la Virginie dissout la Chambre des citoyens. Cependant, ses membres se rencontrent le jour suivant dans une taverne de Williamsburg* et décident d’un boycott des marchandises de luxe et des esclaves.

En juillet 1769, dans le territoire de la Californie est fondé San Diego*. En octobre, le boycott des marchandises anglaises s’étend au New Jersey, le Rhode Island*, et en Caroline du Nord.

En 1770, la population des colonies américaines atteint 2.210.000 personnes. La même année à New York la violence éclate en janvier et fait plusieurs morts du coté de la population. Après cet incident, le nouveau gouverneur royal du Massachusetts, Thomas Hutchinson, à l’insistance du sieur Adams, retire les troupes britanniques de Boston. Le capitaine Thomas Preston, est alors arrêté avec 8 de ses hommes et reconnu coupable de meurtre.

En avril 1770, les Lois sont abrogées par les Anglais. On élimine toutes les restrictions sur les importations dans les colonies excepté le thé. En octobre 1770, commence le procès pour les soldats britanniques arrêtés après les incidents de Boston. Les avocats John Adams et Josiah Quincy défendent avec succès le capitaine Preston et 6 de ses hommes, qui sont acquittés. 2 autres soldats sont reconnus coupables d’homicide involontaire, puis libérés. En novembre 1772, une réunion de la ville de Boston est convoquée par Sam Adams. Au cours de cette réunion, un comité de 21 membres est nommé pour communiquer avec d’autres villes.

Quelques semaines plus tard, celle-ci approuve 3 proclamations radicales affirmant le droit des colonies à l’autonomie. En mars 1773, la Chambre de Virginie nomme un comité de 11 membres en lien avec les autres colonies concernant des plaintes communes contre les Anglais et suivie quelques mois plus tard par le New Hampshire*, le Rhode Island, le Connecticut et de la Caroline du Sud. Le 10 Mai 1773, la Loi sur le thé prend effet. Elle maintient un impôt à l’importation sur la livre de thé arrivant dans les colonies. Elle donne également à British East India Company en proche faillite le monopole du thé en lui permettant de le vendre directement aux agents coloniaux, évitant tous intermédiaires.

En octobre 1773, les colons tiennent une réunion de masse à Philadelphie en opposition à l’impôt sur le thé et le monopole d’East India Company. Un comité force alors les agents britanniques à démissionner de leurs positions. En novembre, une réunion est tenue à Boston approuvant les actions prises par des colons de Philadelphie. Les Bostoniens essayent alors, mais, n’obligent pas les agents britanniques à démissionner.

P.-S.

Source : Monique Hermite Historia mensuel - 01/01/2006 - N° 709, Hérodote, Dictionnaire le Petit mourre, encyclopédie Imago Mundi, Wikipédia, Louis XV de François Bluche, les hommes de la liberté tome 1 à 5 de Claude Manceron édition Laffont, Alain Frerejean, Olivier Coquart, Anne Bernet, Etienne Taillemitte, Yves Bruley, Jean-Christian Petitfils Historia thématique - 01/01/2006