Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Echauffourée de Lexington

lundi 13 janvier 2020, par ljallamion

Echauffourée de Lexington

Journée de Lexington, gravure sur la bataille de Lexington par Nicolas Ponce Journée de Lexington, gravure sur la bataille de Lexington par Nicolas Ponce

Après la Tea Party de Boston en 1773, 56 délégués des colonies anglaises d’Amérique se réunissent en congrès à Philadelphie. Mécontents de la tutelle de Londres, ils rédigent un cahier de doléances “Declaration of Rights and Grievances”*.

Mais leur souhait d’une plus grande autonomie est brutalement rejeté par le roi Georges III, qui déclare les colonies en état de rébellion.

Les modérés américains font alors cause commune avec les radicaux et tous se préparent à la lutte armée. Ils commencent à réunir des armes.

Le 19 avril 1775, un détachement anglais tombe dans une embuscade à Lexington*, au Massachusetts*, en allant détruire un dépôt d’armes. 200 soldats trouvent la mort dans l’échauffourée. Ce fait d’armes marque le début de la guerre d’Indépendance. L’armée anglaise de Boston est bientôt assiégée par 20.000 Patriotes.

Après la déclaration unilatérale d’indépendance du 4 juillet 1776*(voir annexe), il faudra encore de longs combats avant la victoire définitive des insurgés, consacrée par le traité de Versailles du 3 septembre 1783*.

Depuis l’échauffourée de Lexington et la déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776, les indépendantistes des Treize Colonies anglaises d’Amérique n’avaient remporté qu’une médiocre victoire, à Saratoga*, sur l’armée du roi Georges III et les Loyalistes américains fidèles à la couronne. Mais ils avaient pu convaincre le roi de France Louis XVI et son ministre, le comte Charles de Vergennes, de reconnaître leur indépendance et de signer avec eux une alliance en bonne et due forme. Ils avaient obtenu aussi le soutien de l’Espagne et de la Hollande.

C’est ainsi que les 8.000 Anglais de Yorktown, commandés par lord Charles Cornwallis, se retrouvent assiégés par les 6.000 insurgés américains, les volontaires de La Fayette et les 5.000 soldats du corps expéditionnaire français du comte Jean-Baptiste de Rochambeau.

Dans la baie de Chesapeake*, la flotte de l’amiral François de Grasse empêche toute fuite. Le général O’Hara, adjoint de Cornwallis, tend son épée au comte de Rochambeau. Mais celui-ci refuse et c’est à George Washington, le chef des rebelles américains, que le vaincu doit remettre son épée et se rendre. L’Angleterre conserve de solides positions au nord du pays et au Canada. Mais à Londres, les partisans de la négociation prennent le pas sur les jusqu’auboutismes. Pour les États-Unis, l’heure de l’indépendance est proche.

Le 23 Avril, le congrès provincial du Massachusetts mobilise13.600 soldats américains. Les volontaires se réunissent et se dirigent vers Boston*, puis établissent des camps autour de la ville et commencent un long siège.

Le 10 Mai 1775, les forces américaines menées par Ethan Allen et Benedict Arnold capturent le fort Ticonderoga* à New York. Ce même jour ce tient le 2ème congrès continental à Philadelphie*, ou John Hancock est élu président. Le 15 Mai, le congrès place les colonies dans un état de défense. Le 15 Juin, le congrès vote à l’unanimité pour la nomination de George Washington comme général et commandant en chef de la nouvelle armée continentale. Le 17 Juin 1775, le premier combat entre les troupes britanniques et américaines se produit à Boston.

Après plusieurs tentative les troupes réussissent à prendre une colline, mais perde la moitié de leur force, les Américains perdant environ 400 hommes. Le 3 Juillet 1775 à Cambridge* dans le Massachusetts, George Washington prend le commandement de l’armée continentale qui est composée environ de 17.000 hommes.

Le 5 Juillet 1775 le congrès adopte une pétition qui exprime l’espoir pour une réconciliation avec la Grande-Bretagne, lançant un appel directement au roi pour de l’aide. En août, le Roi George III refuse et publie à la place une proclamation déclarant les Américains en état de rébellion ouverte. Le 6 Juillet, le congrès publie une déclaration sur les causes et la nécessité de la lutte détaillant les raisons des colons de combattre les Anglais.

Le 26 Juillet, 1775 une poste américaine est crée avec Ben Franklin comme responsable. Le 28 Novembre 1775 la marine américaine est crée par le Congrès, le jour suivant, il nomme un comité secret de recherche d’aides des nations européennes. Le 23 Décembre 1775 le Roi George III publie une proclamation royale fermant les colonies américaines à tous commerces, avec entré en vigueur en mars 1776. Le 5 Janvier 1776 l’assemblée du New Hampshire* adopte la première constitution américaine d’état.

Du 4 au 17 Mars 1776, les forces américaines capturent l’artillerie britannique du fort Ticonderoga, celle-ci servira pour imposer le siège contre les Anglais à Boston. Les Anglais évacuent Boston et font voile vers Halifax. George Washington se précipite alors à New York pour installer la défense, prévoyant le plan britannique pour envahir New York. Le 6 Avril, le congrès déclare les ports américains ouverts à tout trafic excepté Anglais. Le 12 Avril, la Caroline du Nord* est la première à voter pour l’indépendance. Le 2 Mai les révolutionnaires américains obtiennent de l’appui de l’étranger. Le roi Louis XVI affecte un million de dollars en armes et munitions. L’Espagne promet son soutien. Le 10 Mai le congrès autorise chacune des 13 colonies à former des gouvernements provinciaux. Le 28 Juin, en Caroline du Sud*, les forces américaines au fort Moultrie défendent avec succès Charleston contre une attaque navale britannique et infligent des lourds dommages à la flotte.

En Juin Juillet 1776 une flotte britannique de guerre arrive dans le port de New York se composant de 30 cuirassés, 30.000 soldats, 10.000 marins, et 300 bateaux d’approvisionnement, sous le commandement du Général William Howe et de l’amiral Richard Howe son frère. Le 7 juin, un délégué de la Virginie* au congrès, présente une résolution réclamant que l’Amérique se déclare indépendance de Grande-Bretagne.

Le congrès décide de remettre sa décision à plus tard en juillet. Le 11 Juin, le congrès nomme un comité pour rédiger une déclaration d’indépendance. Les membres du Comité sont Thomas Jefferson, Benjamin Franklin, John Adams, Roger Livingston et Roger Sherman. Jefferson est choisi par le comité pour préparer la première ébauche de la déclaration.

Le 28 juin, la déclaration d’indépendance est présentée au congrès.

P.-S.

Source : Monique Hermite Historia mensuel - 01/01/2006 - N° 709, Hérodote, Dictionnaire le Petit mourre, encyclopédie Imago Mundi, Wikipédia, Louis XV de François Bluche, les hommes de la liberté tome 1 à 5 de Claude Manceron édition Laffont, Alain Frerejean, Olivier Coquart, Anne Bernet, Etienne Taillemitte, Yves Bruley, Jean-Christian Petitfils, L’Histoire du 18ème siècle Source : Imago mundi Texte de Léonardon/