Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Cypros 1ère

vendredi 26 juillet 2019, par ljallamion

Cypros 1ère (1er siècle av. jc)

Princesse nabatéenne

La Khazneh, le plus célèbre des monuments de Pétra (Jordanie)Sa famille a des liens avec tous les roitelets d’Arabie. Elle est l’épouse d’Antipater, le principal conseiller d’Hyrcan II mais qui dans les faits gouverne la Judée.

Après la conquête de la région par Pompée en 63 av. jc Antipater devient gouverneur de Judée par décision des Romains, Hyrcan II devenant le dirigeant officiel de la Judée avec le titre de grand prêtre [1]. En 48 av. jc, Antipater est nommé procurateur [2] de Judée.

Cypros est la mère d’Hérode le Grand qui deviendra roi de Judée en 37 av. jc. Du vivant de Cypros, Hérode est nommé stratège [3] de Galilée [4] en 47 av. jc, alors que Phasaël, le fils aîné, est stratège de Jérusalem. Les autres enfants de Cypros et Antipater sont Joseph, Phéroas , et une fille, Salomé.

Antipater, Hérode et Phasaël sont appuyés par le gouverneur de Syrie [5] Sextus César, qui nomme Hérode stratège de Cœlé-Syrie [6] et de Samarie [7] en 46 av. jc.

Après le meurtre de César le 15 mars 44 av. jc, Antipater et son fils Hérode se rallient au gouverneur de Syrie, Caecilius Bassus, ex-partisan de Pompée et lui verse un tribut de 700 talents. Cette politique de pots-de-vin permet à Antipater et à ses fils d’être confirmés dans leurs fonctions.

Antipater meurt empoisonné par Malichus qui rêvait de prendre sa place

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Christian-Georges Schwentzel, Hérode le Grand, Pygmalion, Paris, 2011 (ISBN 9782756404721)

Notes

[1] Le grand prêtre est le titre que portait le premier des prêtres dans la religion israélite ancienne et dans le judaïsme classique, depuis l’émergence de la nation israélite jusqu’à la destruction du Second Temple de Jérusalem. Les grands prêtres, comme d’ailleurs tous les prêtres, appartenaient à la lignée d’Aaron. Pendant la période du Second Temple, le grand prêtre exerça souvent la charge de président du Sanhédrin. Son rôle déclina avec l’occupation romaine (à partir de 63 av. jc) puis la fonction de grand Prêtre disparut avec la destruction du Second Temple.

[2] Dans la Rome antique le terme procurateur désigne au départ un personnage nommé par un autre pour s’occuper d’une tâche précise, mais l’usage le plus courant du terme, à partir d’Auguste désigne un fonctionnaire impérial choisi par l’empereur romain dans l’ordre équestre ou parmi ses anciens esclaves, on parle alors de procurateur affranchi.

[3] Un stratège est un membre du pouvoir exécutif d’une cité grecque, qu’il soit élu ou coopté. Il est utilisé en grec pour désigner un militaire général. Dans le monde hellénistique et l’Empire Byzantin, le terme a également été utilisé pour décrire un gouverneur militaire. Dans la Grèce contemporaine (19ème siècle jusqu’à nos jours), le stratège est un général et a le rang d’officier le plus élevé.

[4] La Galilée est souvent citée dans l’Ancien Testament, et sa partie septentrionale évoquée comme "la Galilée des Gentils" dans le Nouveau Testament. Elle est décrite par Flavius Josèphe qui évoque son histoire, son peuplement sa géographie, et lui donne deux parties : la Galilée supérieure, en grande partie peuplée de Gentils, et la Galilée inférieure, en grande partie peuplée de Juifs. Son nom de Galilée pourrait venir d’un peuplement celte, comme plus au nord la Galatie. Elle recouvrait avant la Captivité les territoires des tribus d’Issacar, de Zabulon, de Nephthali et d’Asher. Comme les Galiléens étaient de bons cultivateurs, plantant des figuiers, des oliviers, des noyers, des palmiers, des habiles artisans et de bons pêcheurs, la Galilée était prospère avec 400 villes, certaines très peuplées.

[5] La Syrie fut l’une des provinces les plus importantes de l’Empire romain, tant par sa richesse que sur le plan militaire. Étendue de la Méditerranée à l’Euphrate, elle constitua un riche creuset de civilisations, composées entre autres de Juifs, de Phéniciens, ou de Nabatéens, hellénisés pour la plupart d’entre eux.

[6] La Cœlé-Syrie correspond à l actuelle vallée de la Bekaa au Liban ; mais ce terme sert souvent, de manière conventionnelle, à désigner tout le territoire allant de Byblos (Liban) à la frontière nord de l Egypte ptolémaïque, y compris la Judée.

[7] Samarie est une ancienne ville de Palestine. C’était la capitale du Royaume d’Israël aux 9ème et 8ème siècles av. jc. Les ruines de la ville sont situées dans les montagnes de Samarie, dans le territoire gouverné par l’Autorité palestinienne, à quelques kilomètres de Naplouse.