Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Inge II Bårdsson de Norvège dit Inge II de Norvège

Inge II Bårdsson de Norvège dit Inge II de Norvège

lundi 24 juin 2019, par ljallamion

Inge II Bårdsson de Norvège dit Inge II de Norvège (vers 1185-1217) Roi de Norvège de 1205 à 1217

Sceau du roi Inge II de NorvègeFils de Cecilia Sigurdsdatter , la sœur du roi Sverre Sigurdsson, et du puissant magnat Bård Guttormsson de Rein . Son demi frère aîné, Håkon Galin, régent sous le règne précédent, est fait Jarl [1] et reçoit la moitié du revenu royal.

La guerre reprend entre les Birkebeiner [2] et les Bagler [3]. Les Birkebeiner qui avaient la flotte de Sverre étaient le parti le plus puissant mais il subit néanmoins de lourdes pertes. En 1206 les Baglers surprennent Trondheim [4] et capturent leur flotte. Plusieurs chefs Birkebeiner tombent et le roi Inge n’échappe que de justesse à la capture.

Lorsque Erling Steinvegg meurt en mars 1207, Philippe Simonsson dit Philippe 1er de Norvège est proclamé roi par les Baglers. Ils prennent Bergen [5] deux fois et détruisent le château royal construit par Sverre. Leur campagne était plutôt des raids tentés lorsque les Birkebeiner se trouvaient dans un autre endroit du pays.

Après des années de carnage et de destruction aucun des deux camps ne peut l’emporter. Le deux partis renoncent à leur sanglante querelle dans laquelle aucun ne semblait pouvoir obtenir la victoire. Une paix est conclue dans les îles d’Hvittingsey au Rogaland [6] pendant l’été 1208, Philippe reçoit le Viken [7] en fief et doit hommage à Inge comme suzerain, ce dernier contrôle directement le Ranrike [8]. Ainsi l’indépendance et l’intégrité de la Norvège sont assurées.

Lorsque la guerre civile fut terminée par la paix de 1208 des relations amicales furent établies avec le Danemark et les deux partis s’unirent dans une expédition aux Orcades [9] en 1209/1210 où le Jarl Harald II Maddadarson s’était de nouveau déclaré indépendant. Ses fils David Haraldsson et Jon Haraldssson qui lui avaient succédé se soumirent sans résistance, ils conservèrent l’archipel dont une part importante du revenu fut de nouveau captée par le roi de Norvège.

Le roi Ragnald IV de l’île de Man [10] et des Hébrides [11] qui avait rejeté la suzeraineté norvégienne du également se soumettre. Il vient en Norvège jura fidélité et promis de payer un tribut. Ces expéditions fournissaient un dérivatif bien venu aux guerriers désœuvrés qui étaient une source de désordre et de danger en période de paix.

Après le retour de l’expédition aux Orcades plusieurs partirent en croisade en Palestine sous le commandement du chef Baglers Hreidar Sendemand, le gendre de Magnus V Erlingsson et de Peter Steyper un neveu du roi Sverre. Steyper mourut en route mais Hreidar arriva en terre sainte, il entra ensuite au service de l’empereur de Constantinople où il mourut en 1214.

Durant les dernières années de son pontificat Innocent III prêcha une nouvelle Croisade générale dans le pays de l’Europe de l’ouest. De nombreux norvégiens prirent la croix et le roi Inge qui était trop malade pour y participer promis d’envoyer des bateaux et des guerriers à l’aide des croisés lorsqu’il mourut à Trondheim [12] le 23 avril 1217 avant que la Cinquième croisade [13] ne débute.

De santé fragile le roi Inge II Bárdarson avait vécu d’abord sous l’influence de son frère d’Håkon Galin qui pensait l’évincer lorsque la mort en 1214 mit fin à ses intrigues puis sous celle de son autre jeune demi-frère, l’ambitieux Skúli Bárdarson, fils de Bård Guttormsson et de sa seconde épouse Ragnhild Erlingsdatter.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Lucien Musset, Les Peuples scandinaves au Moyen Âge, Paris, Presses universitaires de France,‎ 1951,

Notes

[1] Le jarl est en langue scandinave l’équivalent de comte

[2] faction de rebelles qui s’oppose au roi Magnus V de Norvège et à son père le régent Erling Skakke

[3] Les Bagler constituent une faction politique norvégienne médiévale proche de l’Église et de la haute aristocratie.

[4] Trondheim, autrefois Nidaros, est une ville norvégienne située dans le comté du Sør-Trøndelag, dont elle constitue le centre administratif.

[5] Bergen est une ville du Sud-ouest de la Norvège, capitale du comté de Hordaland. Bergen est la deuxième ville du pays. C’est également une ville portuaire, une ville universitaire, et un évêché.

[6] Le comté de Rogaland est un comté norvégien situé au sud-ouest du pays. Il est voisin des comtés de Hordaland, Telemark, Aust-Agder et Vest-Agder. Son centre administratif se situe à Stavanger.

[7] Viken (la baie) est une région historique de Norvège, situé autour du fjord d’Oslo, dans le sud-est du pays. La capitale historique de la région, bien que centrée autour d’Oslo, était Borre. Elle comprenait les provinces de Vestfold, Østfold, Ranrike, Vingulmark et Båhuslen.

[8] Ranrike est l’ancien nom de la partie nord de l’actuelle province suédoise de Bohuslän. Ce nom pourrait venir de la déesse de la mer, Rán.

[9] Les Orcades, sont un archipel situé au nord de l’Écosse à 16 km de la côte de Caithness. Cet archipel compte 67 îles légèrement vallonnées, dont 16 seulement sont habitées.

[10] Le royaume de Man et des Îles était un royaume norrois qui exista dans les îles Britanniques entre 1079 et 1266. Ce royaume se divisait en deux parties : une constituée des îles du sud (les Hébrides et l’île de Man), nommée Sodor, et une autre des îles du nord (les Orcades et les Shetland), nommée Norðr. Les souverains portaient le nom latin de Rex Manniae et Insularum (« roi de Man et des Îles »). En 1164, il est divisé en deux royaumes : le royaume des Hébrides et le royaume de Man.

[11] Les Hébrides, sont un archipel du Royaume-Uni situé dans l’ouest de l’Écosse. Ces îles sont divisées en deux grands groupes séparés entre eux par le bras de mer baptisé The Little Minch et la mer des Hébrides

[12] Trondheim, autrefois Nidaros, est une ville norvégienne située dans le comté du Sør-Trøndelag, dont elle constitue le centre administratif.

[13] La cinquième croisade (1217–1221) est une campagne militaire dont le but était d’envahir et de conquérir une partie du sultanat ayyoubide d’Égypte afin de pouvoir échanger les territoires conquis contre les anciens territoires du royaume de Jérusalem se trouvant sous contrôle ayyoubide. Malgré la prise de Damiette, cette croisade fut un échec, à cause de l’intransigeance du légat Pélage et de sa méconnaissance de la politique locale, ce qui le conduisit à refuser les négociations au bon moment.