Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Harald Maddadsson

dimanche 1er juillet 2018, par ljallamion

Harald Maddadsson (1134-1206)

Comte des Orcades-Mormaer de Caithness de 1139 à 1206

Localisation géographique des Orcades.Fils de Matad , mormaer [1] d’Atholl [2], et de Marguerite, fille de Haakon Paulsson , comte des Orcades [3].

Descendant des rois écossais, ses origines sont à la fois normandes et gaéliques.

Harald Maddadsson devient un très important personnage du nord de l’Écosse et joue un rôle majeur dans la politique écossaise du 12ème siècle. L’Orkneyinga saga [4] le représente comme un des trois plus puissants comtes des Orcades.

Au début du 12ème siècle, le comté des Orcades, bien qu’affaibli en comparaison de l’époque de Thorfinn Sigurdsson , contrôle toujours le Caithness [5] et a encore d’importantes possessions dans le Sutherland [6] et les Hébrides extérieures [7]. C’est pourquoi le roi David 1er d’Écosse s’intéresse de très près à la succession de ce comté.

Matad et Marguerite se marient avant 1134, peu de temps après que David mate une importante révolte impliquant Óengus de Moray , petit-fils du roi Lulach , et Máel Coluim mac Alaxandair , fils illégitime d’ Alexandre 1er , frère de David, et qu’il étend son pouvoir aux provinces de Moray [8] et Ross*.

Le neveu de David, William Fitzduncan , est nommé pour gouverner le Moray, et la possibilité d’accorder à Matad, qui jouit d’un pouvoir important en Atholl sur les terres du royaume, l’administration des terres situées au nord de la Mounth [9] est évoquée.

Durant la jeunesse d’Harald, alors que le pouvoir est exercé conjointement entre Rognvald et les conseillers d’Harald choisis par le roi David, les Orcades jouissent d’une relative stabilité, malgré les meurtres très courants à cette époque.

En 1150 et 1151, Harald visite la Norvège avec Rognvald, et rencontre probablement le roi Inge 1er de Norvège . C’est au cours de ce voyage que Rognvald prend sa décision de participer à la croisade.

Après le retour d’Harald aux Orcades et le départ de Rognvald Kali Kolsson en croisade, le roi Eystein II de Norvège , frère aîné d’Inge, part en expédition contre le comté des Orcades. Il rencontre alors Harald près de Thurso [10] et le capture. Harald est libéré en échange d’une rançon et de sa promesse de prêter serment à Eynstein. Ce dernier mène ensuite des raids sur les côtes écossaises et anglaises.

Probablement en réponse aux agissements d’Eystein, le roi David offre la moitié du Caithness au cousin d’Harald, Erlend Haraldsson . Il en résulte un conflit politique qui se termine par l’assassinat d’Erlend en 1154. Rognvald est également tué en 1158. Une fois encore, Svein Asleifsson semble impliqué dans ce meurtre.

En 1153, le roi David meurt et son petit-fils Malcolm IV d’Écosse le remplace. Le roi Eynstein meurt également au cours d’une guerre l’opposant à ses frères Inge et Sigurd et à l’issue de laquelle Inge est le seul fils d’ Harald IV de Norvège à sortir vivant.

En 1158, Harald Maddadsson est comte des Orcades et ni le roi d’Écosse ni celui de Norvège ne sont en mesure de contester son pouvoir.

À compter de la mort de Rognvald, Harald Maddadsson poursuit une politique consistant à soutenir les ennemis des rois d’Écosse, d’abord Malcolm IV, qui meurt très jeune, puis son frère Guillaume 1er. Parmi les opposants au royaume qu’il soutient, on trouve notamment Somerled , roi d’Argyll [11] et des Hébrides [12] qui épouse la cousine du comte Harald, Ragnhild de l’île de Man [13], les fils de Máel Coluim mac Alaxandair , fils illégitime d’Alexandre 1er d’Écosse, lui-même détenu prisonnier à Roxburgh [14], les Meic Uilleim [15], les descendants de William Fitzduncan et les MacHeth [16].

Une expédition menée à Ross [17] par le roi Guillaume et son frère le comte David en 1179 pourrait être liée aux activités d’Harald. Deux ans plus tard, on pense qu’Harald joue un rôle dans la rébellion de Domnall, fils de Máel Coluim mac Uilleim, qui éclate en Ross et en Moray. Cette révolte n’est pas matée avant 1187.

La révolte manquée détériore encore les relations entre le comte Harald et le roi Guillaume. Après 1187, des nobles écossais ou même d’origine normande sont installés en Ross et en Cromarty [18], ainsi qu’il avait été procédé plus tôt en Moray.

Quand le roi Guillaume tombe malade en 1195, le conflit prend une nouvelle ampleur et se termine par des affrontements directs entre 1197 et 1201. Au cours de cette guerre, Guillaume offre des terres en Caithness à Harald Ericksson dit Harald le Jeune , petit-fils de Rognvald Kali, en 1197. Harald le Jeune est tué par Harald Maddadson l’année suivante.

L’Orkneyinga Saga indique que Guillaume fait appel au roi de Man, Ragnald Guthredsson dit Ragnald IV de Man , pour se battre contre Harald. Ragnald a de vraies raisons de revendiquer les territoires d’Harald, car la mère de ce dernier était la fille cadette du comte Haakon Paulsson, tandis que la fille aînée de celui-ci a épousé le roi de l’Île de Man.

Harald reprend cependant possession du Caithness à cette époque. Dans cette campagne, datant de 1201, la Saga raconte qu’Harald s’est rendu à la forteresse de l’évêque Jean de Caithness à Scrabster [19]. L’évêque Jean va à la rencontre d’Harald, apparemment pour l’accueillir, mais le comte le capture, le torture et le mutile. La Gesta Annalia [20] reporte qu’Harald a ainsi traité Jean car il le soupçonnait d’être un informateur chargé d’entretenir son conflit avec Guillaume.

Le roi Guillaume, considérant que le traitement subi par Jean justifie d’entrer en guerre avec Harald, mène une importante armée vers le nord en 1201-1202. Cette armée est selon les dires tellement importante qu’Harald capitule sans combattre et accepte de donner le quart des revenus du Caithness à Guillaume.

À cette époque, le fils d’Harald, Thorfinn, est capturé par les Écossais. On ne sait pas si cette capture est une revanche pour le traitement de Jean, ou une façon de harceler Harald, ou si elle est liée aux prétentions que Thorfinn pourrait un jour avoir sur le trône de par sa mère. Toujours est-il qu’il est rendu aveugle et émasculé, puis meurt peu de temps après en prison.

Harald Maddadson entre également en conflit avec le roi norvégien. Des guerriers des Orcades et des Shetland [21] menés par le beau-frère d’Harald, Olaf, attaquent le roi Sverre de Norvège au nom de Sigurd Magnusson . Ce dernier est le fils du roi précédent, Magnus V de Norvège , et prétend au trône.

Olaf est rejoint par Hallkjell Jonsson, beau-fils du comte norvégien Erling Skakke et beau-frère du roi Magnus V. Le roi Sverre et ses forces rencontrent les oyskjeggs au printemps 1194.

Les deux flottes s’affrontent le 3 avril 1194 à la bataille de Florvåg [22], près de l’Askoy [23].

L’expérience des vétérans norvégiens est alors décisive. Le roi Sverre vainc Sigurd Magnusson et Hallkjell Jonsson et leurs hommes. Il semble penser qu’Harald est impliqué dans cette affaire et, après la bataille, il le punit soutenant le prétendant Harald Ericksson et en s’emparant des Shetland, qu’Harald ne recouvre pas de son vivant.

En 1202, le pape Innocent III, persuadé qu’Harald n’est pas personnellement responsable du traitement infligé à l’évêque Jean, écrit à l’évêque Bjarni en lui ordonnant de s’assurer que Lumberd, un homme d’Harald que l’on a accusé du crime, soit sévèrement puni.

Harald meurt cette même année de causes naturelles après un long règne riche en événements de 65 ans. Il est alors âgé de 72 ans.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jean Renaud Les Vikings et les Celtes, Éditions Ouest-France Université, Rennes, 1992

Notes

[1] Le titre de Mormaer désigne un souverain régional ou provincial dans le royaume des Scots médiéval. En théorie, bien que cela n’ait pas toujours été vrai dans la réalité, un Mormaer venait juste après le roi d’Écosse en termes de statut, et était supérieur au toisech. Un Mortuath ou Mormaerdom (« territoire du mormaer ») n’était pas simplement une seigneurie régionale, mais possédait également un rang officiel de comté.

[2] Le Mormaer ou Comte d’Atholl était le titre du détenteur d’une seigneurie comitale médiévale chevauchant la province montagneuse d’Atholl ( Ath Fodhla ), maintenant dans le nord du Perthshire . Atholl est un Mormaerdom spécial, parce qu’un Roi d’Atholl est rapporté de la période Picte. Les deux autres royaumes Pictish à être connus de sources contemporaines sont Fortriu et Circinn. En effet, le document du début du 13ème siècle connu des érudits modernes comme le Situ Albanie répète l’affirmation selon laquelle Atholl était un ancien royaume Pictish.

[3] Les Orcades, sont un archipel situé au nord de l’Écosse à 16 km de la côte de Caithness. Cet archipel compte 67 îles légèrement vallonnées, dont 16 seulement sont habitées.

[4] La saga Orkneyinga (également appelée Histoire des Comtes d’Orkney et Jarls ’saga ) est un récit historique de l’histoire des îles Orcades et Shetland et de leurs relations avec d’autres entités locales, en particulier la Norvège et l’ Écosse . La saga n’a aucun parallèle dans le registre social et littéraire de l’Ecosse et est "la seule chronique médiévale à avoir Orkney comme lieu d’action central. L’objectif principal du travail est la ligne de jarls qui a régné sur le comté d’Orkney , qui a constitué leNorðreyjar ou les îles du Nord des Orcades et des Shetland et il y a des références fréquentes aux deux archipels.

[5] Caithness est un ancien comté et une région de lieutenance dans les Highlands du nord de l’Écosse, dont la capitale était la ville de Wick.

[6] Sutherland est un comté historique, un comté d’enregistrement et une zone de lieutenance dans les Highlands d’ Écosse. Sa capitale de comté est Dornoch. Sutherland borde le Caithness à l’est, Ross-shire au sud et l’Atlantique au nord et à l’ouest.

[7] Les Hébrides extérieures, parfois appelées Western Isles mais officiellement connues sous le nom écossais de Na h-Eileanan Siar, sont un archipel situé au large de la côte ouest de l’Écosse et appartenant à l’archipel des Hébrides.

[8] Le titre de comte de Moray de la pairie d’Écosse succède à celui de mormaer de Moray qui était à la tête du mormaerdom celtique de Moray. Le territoire des mormaers de Moray s’étendait le long de la rive sud du Moray Firth, à partir de la rivière Spey au travers du nord de l’Écosse jusqu’à la côte occidentale du pays. Le Moray était séparé du comté de Ross par la rivière de Beauly.

[9] La Mounth est une chaîne de collines qui borde la Dee à son sud-est, dans le Nord de l’Écosse.

[10] Thurso, est un bourg côtier situé à l’extrême nord de l’Écosse, dans le Highland council area. Thurso est la ville la plus au nord de l’île de Grande-Bretagne.

[11] Argyll, est une région de l’ouest de l’Écosse correspondant plus ou moins à l’ancien Dál Riata, située en Grande-Bretagne sur la côte ouest entre Mull of Kintyre et Cap Wrath.

[12] Les Hébrides, sont un archipel du Royaume-Uni situé dans l’ouest de l’Écosse. Ces îles sont divisées en deux grands groupes séparés entre eux par le bras de mer baptisé The Little Minch et la mer des Hébrides

[13] Le royaume de Man et des Îles était un royaume norrois qui exista dans les îles Britanniques entre 1079 et 1266. Ce royaume se divisait en deux parties : une constituée des îles du sud (les Hébrides et l’île de Man), nommée Sodor, et une autre des îles du nord (les Orcades et les Shetland), nommée Norðr. Les souverains portaient le nom latin de Rex Manniae et Insularum (« roi de Man et des Îles »). En 1164, il est divisé en deux royaumes : le royaume des Hébrides et le royaume de Man.

[14] Roxburgh est une ancienne ville d’Écosse, située dans une presqu’île que forment la Tweed et le Teviot, à 5 km de Kelso. Elle fut jadis puissante, elle constituait un burgh d’importance équivalente à Édimbourg, Stirling, ou Berwick-upon-Tweed, et fut même la résidence de plusieurs rois d’Écosse. Un château à l’histoire mouvementée se trouvait à proximité de la ville : le château de Roxburgh. Elle fut détruite en 1550 par suite d’un traité avec l’Angleterre et l’Écosse et ne présente plus que des ruines, qui sont la propriété du duc de Roxburghe.

[15] Les Meic Uilleim (ou MacWilliam) forment une famille gaélique descendant de William fitz Duncan, petit-fils de Malcolm III d’Écosse. Ils sont exclus de la succession au trône par le fils de Malcolm, David 1er d’Écosse, au 12ème siècle et fomentent plusieurs rebellions pour revendiquer leur droit sur le Moray voire sur toute l’Écosse.

[16] Les MacHeth étaient une famille gaélique qui a organisé plusieurs rebellions face aux rois écossais-normands qui régnaient sur l’Écosse au 12ème et 13ème siècle. On connaît mal leurs origines.

[17] Initialement le comté de Ross, dont le nom signifie en gaélique « cap », correspondait au territoire de l’est du Ross actuel, limité par le Dornoch Firth et le Cromarty Firth. Il comprenait les paroisses de Kiltearn (c’est-à-dire la moderne Evanton) et Alness. Le premier personnage connu portant le titre de mormaer ou comte de Ross est le rebelle MacHeth

[18] Cromarty est un burgh dans le council area des Highland et qui fut le siège des anciens comtés de Cromartyshire puis de Ross and Cromarty en Écosse.

[19] Scrabster est une petite ville située dans la baie de Thurso dans le Caithness en Écosse. Elle est située à 2,5 km de Thurso, 35 km de Wick et 180 km d’Inverness.

[20] Gesta Annalia est une importante chronique médiévale détaillant l’histoire de l’Ecosse. L’histoire semble être divisée en deux sections principales. Tandis que Gesta Annalia I semble concerner les événements de février 1285, Gesta Annalia II semble concerner les événements entre octobre 1285 et 1363. La composition de Gesta Annalia I fut vraisemblablement achevée en 1285, entre février et la mi-avril.

[21] Les Shetland, sont des îles britanniques situées en Écosse. Elles forment un archipel subarctique, au nord des Orcades, au sud-est des îles Féroé et à l’ouest de la Norvège. L’archipel constitue une limite conventionnelle et naturelle entre l’océan Atlantique à l’ouest et la mer du Nord à l’est.

[22] La bataille de Florvåg est une bataille se déroulant le 3 avril 1194, près de Askøy et de Bergen en Norvège. Il y aurait eu 2 500 morts durant la bataille.

[23] une île juste au nord de Bergen