Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Malcolm IV d’Écosse dit Malcolm IV The Maiden (la jeune fille)

Malcolm IV d’Écosse dit Malcolm IV The Maiden (la jeune fille)

mercredi 3 juin 2015

Malcolm IV d’Écosse dit Malcolm IV The Maiden (la jeune fille) (1141-1165)

Roi d’Écosse de 1153 à 1165

Fils aîné de Henri d’Écosse , comte d’Huntingdon [1] puis de Northumberland [2], et d’Ada de Warenne, et petit-fils de David 1er . Il devient l’héritier de son grand-père après la mort de son père le 12 juin 1152.

Sous la garde de Duncan , comte de Fife [3], il effectue selon la coutume celtique un périple dans l’Écosse au nord du Firth of Forth [4], afin de s’affirmer comme l’héritier du royaume.

Quand David 1er meurt le 24 mai 1153, Malcolm IV lui succède sans opposition, avant d’être couronné roi à l’abbaye de Scone [5] trois jour après la mort de son grand-père. Bien qu’il ne soit âgé que de douze ans, il n’y a pas de régence formelle mise en place. Mais ses premiers actes suggèrent que le gouvernement effectif est en fait assumé par Walter Fitz Alan , le Grand Steward d’Écosse [6], le connétable [7] Hughe de Morville et huit autres laïcs dont le chancelier [8] Walter de Bidun ainsi que plusieurs évêques.

La longue période de paix intérieure établie par le roi David prend fin en novembre 1154 quand Somerled , seigneur d’Argyll [9], et ses neveux, les fils de Malcolm MacHeth, prétendant au trône et rebelle sous le règne précédent et emprisonné depuis 1134, se révoltent et effectuent des raids sur la terre ferme.

En 1156, Donald MacHeth est capturé à Whithorn [10] et envoyé rejoindre son père en prison au château de Roxburgh [11]. L’année suivante, le roi et les MacHeth se réconcilient. Privé de ses alliés, Somerled fait à son tour la paix en 1159.

Avant la conclusion pacifique de ce conflit, les Scots [12] doivent aussi faire face aux pressions venant de l’Angleterre où le roi Henri II est monté sur le trône en 1154. Trois ans plus tard, il est prêt à se confronter avec l’Écosse. Malcolm IV le rencontre dans le Derbyshire [13] puis à Chester [14], et en juillet 1157, il lui rend l’hommage. Henri II restaure ensuite en faveur de Malcolm IV l’Honneur d’Huntingdon qui avait également appartenu à son grand-père jusqu’en 1141 et donne à son jeune frère Guillaume une faible compensation, un domaine d’un revenu annuel de 10 livres dans l’ouest du Northumberland.

Les cessions et les restitutions sont faites rapidement et les rois qui se rencontrent à Carlisle [15], désormais cité anglaise, en janvier 1158 se séparent en désaccord. Henri II a publiquement ignoré la dignité de Malcolm IV, ses attentes sociales, et, selon toute vraisemblance, ses souhaits personnels en refusant de l’adouber lui-même chevalier. Henri II a par contre récupéré ses châteaux du Nord de l’Angleterre, les recettes et des mines d’argent des Pennines [16] du Nord.

En avril ou mai 1159 une cour royale se tient à Roxburgh [17] et confirme les possessions de l’abbaye de Kelso [18], et probablement également aussi examine la nécessité de la nomination d’un nouvel évêque à St Andrews [19] et les préparatifs d’une expédition militaire à l’étranger.

La cour de Roxburgh en 1159 a probablement aussi considéré l’appel d’Henri II d’Angleterre de mars 1159 à ses forces de Normandie, d’Angleterre, d’Aquitaine, et d’autres provinces qui lui sont soumis pour une expédition contre le comte de Toulouse.

La présence de Malcolm IV était sans doute jugée nécessaire, et une citation à comparaître peut avoir été considérée comme bienvenue par le jeune roi qui y voyait une chance d’être traité selon son rang. Le roi, son frère Guillaume, et d’autres Écossais traversent la Manche le 16 juin 1159, rejoignent l’armée d’Henri II à Poitiers le 24. A Périgueux, le 30 juin, Malcolm IV est fait chevalier par Henri II. Jusqu’à septembre l’armée envahit le comté de Toulouse après l’intervention du roi Louis VII de France, le siège de la ville est abandonné, l’armée se retire, Malcolm IV et Henri II sont de retour à Limoges vers la fin de septembre. Malcolm IV passe Noël à la cour d’Henri II à Falaise et c’est sans doute à cette occasion que commencent les négociations pour l’union de sa sœur Margaret avec Conan IV de Bretagne.

Malcolm IV, après sans doute une visite à son comté d’Huntingdon, revient en Écosse au début de 1160 et reçoit un accueil hostile d’une partie de la noblesse. Ferchard ou Ferteth, comte de Strathearn [20] et six autre comtes irrités par son expédition à Toulouse l’assiègent dans Perth [21] dans le but de la capturer. La médiation du clergé met fin immédiatement au conflit.

Plus tard dans la même année, l’agitation renaît dans le Galloway [22]. Le roi doit faire trois incursions militaires pour que Fergus de Galloway se soumette à la fin de l’année et se retire dans le monastère de chanoines augustiniens d’Holyrood [23] près d’Édimbourg [24]. Une réconciliation générale intervient et Malcolm IV fête la Noël à Perth en 1160 en compagnie de laïcs éminents y compris sans doute Somerled d’Argyll et d’ecclésiastiques.

Le royaume est en paix pendant les trois années suivantes. Le roi organise en 1161 le mariage de sa seconde soeur Ada avec Florent III de Hollande comte du Saint Empire romain germanique ce qui permet à l’Écosse de nouer des relations en dehors de l’aire d’influence de la politique angevine.

Ce geste à peu d’effet car Malcolm IV est de nouveau convoqué en 1163 par Henri II. Une maladie ne lui permet d’être présent avec ses frères à la cour d’Henri II fin juin à Woodstock [25]. Ce rassemblement était destiné à l’évidence à démontrer la suzeraineté d’Henri II sur l’ensemble de la Grande-Bretagne. Le 1er juillet Malcolm IV rend encore l’Hommage et remet comme otage son jeune frère David le futur comte de Huntingdon, ainsi que d’autres jeunes nobles.

Le roi achève en 1164 sa fondation monastique majeure, l’abbaye cistercienne de Coupar dans le comté d’Angus [26], et il transforme en abbaye le prieuré d’ Augustins refondé à Scone. Les premières donations pour le premier établissement sont faites en 1161 ou 1162, il est entièrement constitué le 12 juillet 1164 quand Foulques, le premier abbé, est béni par l’évêque Grégoire de Dunkeld. Scone ayant été dévastée par un incendie, le roi confirme à Stirling [27], entre mai 1163 et mai 1164, les dons faits par les rois Alexandre 1er et David 1er, il y ajoute ses dotations personnelles et fournit un abbé. Malcolm IV fait également des donations aux principales fondations de son grand-père David 1er d’Écosse.

Dans les deux dernières années de son règne Malcolm IV est encore capable de voyager dans l’Est de l’Écosse mais plus rarement. Il souhaite effectuer un pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle, sans doute pour retrouver la santé mais il ne pourra jamais le réaliser. Il réside à Jedburgh [28] lors de sa dernière maladie et y meurt le 9 décembre 1165, âgé de 24 ans et ayant régné douze ans et six mois. Il avait légué une rente annuelle de 100 shillings à l’abbaye de Dunfermline [29] où il est inhumé. Le même jour Walter Fitz Alan honore sa mémoire par une donation de terres à l’abbaye.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Malcolm IV d’Écosse/ Portail de l’Écosse/ Monarques d’Écosse

Notes

[1] En 1065, le Northumberland se révolta contre Tostig Godwinson, et le comté passa à Morcar. La partie basse du comté fut donnée à Waltheof. Il devint donc comte d’Huntingdon. Aux 11ème et 12ème siècle, le titre de comte d’Huntingdon comprenait les comtés d’Huntingdon, Northampton, Bedford et Cambridge.Waltheof fut le dernier comte anglo-saxon, maintenant sa position pendant dix ans après la conquête normande.

[2] Le titre de comte de Northumberland a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Angleterre et de Grande-Bretagne. Ses porteurs les plus célèbres furent de la Maison Percy, qui furent les nobles les plus puissants du nord de l’Angleterre pendant la majeure partie du Moyen Âge. Il y eut des comtes de Northumberland au début de l’ère normande et pendant le règne d’Étienne d’Angleterre, mais ils sont dans la continuité du comté de Northumbrie.

[3] Comte de Fife ou mormaer de Fife est un titre médiéval que portait le possesseur de la seigneurie ou comté de Fife. Le titre de comte Fife a également été créé dans la pairie d’Irlande en 1759, pour un descendant de Macduff.

[4] Le Firth of Forth, est l’estuaire, ou firth, du fleuve écossais Forth.

[5] L’abbaye de Scone était la résidence de chanoines augustins située au village de Scone dans le Comté de Perth en Écosse.

[6] Le Grand Steward d’Écosse est un titre honorifique et héréditaire écossais correspondant à celui de sénéchal ou intendant. Il fut porté pour la première fois par Walter Fitz Alan qui servit le roi David 1er d’Écosse au 12ème siècle.

[7] Connétable était une haute dignité de nombreux royaumes médiévaux. Selon les pays son rôle était généralement de commander l’armée et de régler les problèmes entre chevaliers ou nobles, via un tribunal spécial, comme la Court of Chivalry anglaise ou la juridiction du point d’honneur française.

[8] Chancelier est un titre officiel attribué dans de nombreuses sociétés dérivées de l’Empire romain. La fonction d’un chancelier peut être très variable.

[9] Argyll est une région de l’ouest de l’Écosse correspondant plus ou moins à l’ancien Dál Riata, située en Grande-Bretagne sur la côte ouest entre Mull of Kintyre et Cap Wrath.

[10] Whithorn est un village et un ancien burgh royal de Dumfries and Galloway, en Écosse, principal lieu de pélérinage du pays jusqu’à l’interdiction du catholicisme.

[11] Le château de Roxburgh était un château situé près de l’ancienne ville de Roxburgh dans les Scottish Borders, une région d’Écosse. Le château fut fondé par David 1er d’Écosse. En 1174 le château se rend à l’Angleterre après la capture de Guillaume 1er d’Écosse à Alnwick, et fut la plupart du temps aux mains des Anglais après cela.

[12] Les Scots sont un peuple celte originaire de l’est de l’Irlande qui commença à s’établir dans l’île de Bretagne entre les rivières Clyde et Solway aux 3ème et 4ème siècles de l’ère chrétienne. Le nom a ensuite été donné à la tribu irlandaise qui a envahi l’Écosse après que les Romains se furent retirés de Grande-Bretagne en 423. L’Écosse actuelle leur doit son nom (Scotland ; littéralement : le pays des scots).

[13] Le Derbyshire est un comté rattaché à la région des Midlands de l’Est, en Angleterre.

[14] Chester est une ville britannique située dans le Cheshire en Angleterre, et proche de la frontière avec le Pays de Galles.

[15] Carlisle est une ville britannique située dans le Cumbria (Angleterre), à 15 km de l’Écosse.

[16] La chaîne montagneuse des Pennines dite « la colonne vertébrale de l’Angleterre » s’étend du Peak District dans les Midlands anglais jusqu’aux monts Cheviot à la frontière de l’Écosse, en passant par les Yorkshire Dales, les West Pennine Moors et la Cumbria.

[17] Roxburgh est une ancienne ville d’Écosse, située dans une presqu’île que forment la Tweed et le Teviot, à 5 km de Kelso

[18] L’abbaye de Kelso est une abbaye écossaise construite au 12ème siècle par une communauté de moines de l’Ordre de Tiron qui s’étaient établis auparavant à l’abbaye voisine de Selkirk.

[19] St Andrews est une ville écossaise située sur la côte de la mer du Nord entre Édimbourg et Dundee. Nommée d’après l’apôtre saint André, le bourgh royal de St Andrews est une ville sur la côte est de Fife, en Écosse qui a été l’ancienne capitale religieuse d’Écosse. Elle abrite également une université réputée.

[20] Comte de Strathearn est un titre créé plusieurs fois dans la pairie d’Écosse, mais qui fut, à partir du 12ème siècle, un titre porté par les successeurs des mormaers de Strathearn, seigneurs du territoire de Strathearn. Le Strathearn composait avec le Menteith l’une des sept provinces traditionnelles pictes celle « Stradeern et Mended » qui était considérée comme le centre du royaume picte de Fortriú.

[21] Perth est une ville d’Écosse, capitale du council area et de la région de lieutenance de Perth and Kinross.

[22] Galloway désigne aujourd’hui l’ancien comté de Wigtownshire délimité par la côte à l’ouest, les collines de Galloway au nord, et le fleuve Cree à l’est et la Stewartry of Kirkcudbright qui s’étend du Nith au Cree, et est limité également par les collines de Galloway au Nord dans le sud-ouest de l’Écosse, mais dont la taille a beaucoup varié au cours de l’Histoire.

[23] L’abbaye de l’ordre de Saint Augustin a été construite en 1128 à la demande du roi David 1er d’Écosse. La légende veut que David ait été attaqué par un cerf alors qu’il chassait, et dans un geste défensif, prenant le cerf par les bois, s’aperçut qu’il tenait un crucifix avant qu’il ne s’échappe. C’est pour montrer sa reconnaissance envers Dieu que David aurait fondé l’abbaye à cet endroit.

[24] Édimbourg est une ville de la côte est de l’Écosse au Royaume-Uni, et sa capitale depuis 1532. Elle est le siège du Parlement écossais, qui a été rétabli en 1999.

[25] Woodstock est une petite ville de l’Oxfordshire, en Angleterre. C’est sur cette commune que se trouvait le palais de Woodstock, résidence royale, et que se trouve aujourd’hui le palais de Blenheim, lieu de naissance de Winston Churchill

[26] L’Angus est council area et une région de lieutenance de l’est de l’Écosse située entre Dundee et Aberdeen sur la côte de la Mer du Nord. L’Angus a pour origine l’antique royaume Picte de Circhenn ou Cirig fondé par le mythique roi picte éponyme Cirig ou Circin.

[27] Stirling est une cité écossaise, située dans le council area de du même nom dont elle constitue le siège et dans la région de lieutenance de Stirling and Falkirk. Elle est bordée par le Forth, en amont d’Édimbourg.

[28] Ville d’Écosse située dans la région des Scottish Borders, au sud d’Édimbourg, où les Écossais menèrent au 12ème siècle des opérations de guérilla contre les envahisseurs anglais.

[29] L’abbaye de Dunfermline est une imposante abbaye de l’ordre bénédictin dans la ville de Dunfermline, de la région de Fife en Écosse. Il s’agit d’un site historique important : à part Iona, c’est à Dunfermline que se trouvent le plus de tombes royales de Calédonie (nom donné par l’Empire romain à la partie nord de la Grande-Bretagne).