Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Isabeau d’Albret de Navarre

Isabeau d’Albret de Navarre

lundi 29 octobre 2018, par ljallamion

Isabeau d’Albret de Navarre (1513-1560)

Blason de la famille des RohanFille de Jean III de Navarre et de Catherine de Navarre. Elle est la grand-tante d’Henri IV.

Elle épouse le 16 août 1534, René 1er

En mai 1554, elle est l’une des marraines qui porte le futur roi Henri IV sur les fonts baptismaux. Les autres parrains et marraine de l’enfant royal étant le roi Henri II de Navarre, son frère ; le roi de France Henri II et l’épouse de ce dernier, la reine Catherine de Médicis.

Elle rencontre l’amiral de Coligny en 1556 et se trouve en Béarn quand, en 1557, Jeanne d’Albret, sa nièce, y introduit le protestantisme.

Bien que très attirée elle aussi par la Réforme, ce n’est que 6 ans après la mort de son époux, en 1558, qu’elle se convertit et introduit le protestantisme dans son château de Blain [1] où s’organise la première église protestante bretonne.

Elle y reçoit le pasteur Dandelot, qui prêche la religion réformée de Nantes. Ensemble avec les pasteurs Fleurer et Loiseleur de Villiers, il prononce le premier prêche calviniste [2].

Isabeau reçoit du roi, en 1560, la liberté de conscience pour elle et pour toute sa Maison.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Isabeau d’Albret/ Portail de l’Aquitaine/ Maison d’Albret

Notes

[1] Le château de Blain (ou château de la Groulais), est une forteresse médiévale implantée sur la commune de Blain, en Loire-Atlantique. Construit au 13ème siècle et fortement remanié au 16ème siècle, il faisait partie des défenses de la frontière bretonne avec les châteaux de Vitré, Fougères, Châteaubriant, Ancenis et Clisson.

[2] Le calvinisme est une doctrine théologique protestante et une approche de la vie chrétienne qui reposent sur le principe de la souveraineté de Dieu en toutes choses. Bien qu’elle fût développée par plusieurs théologiens tels que Martin Bucer, Wolfgang Musculus, Heinrich Bullinger, Pierre Martyr Vermigli, Ulrich Zwingli et Théodore de Bèze, elle porte le nom du réformateur français Jean Calvin en raison de l’influence dominante qu’il eut sur elle et du rôle déterminant qu’il exerça dans les débats confessionnels et ecclésiastiques du 16ème siècle. Aujourd’hui ce terme fait référence aux doctrines et aux pratiques des Églises réformées, presbytériennes et congrégationalistes. Plus rarement, il désigne l’enseignement de Calvin lui-même.