Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Eudocia (princesse romaine)

Eudocia (princesse romaine)

mercredi 25 janvier 2017

Eudocia (princesse romaine) (439-vers 472)

Princesse romaine

Épouse du futur roi des vandales [1] Hunéric . Fille de l’empereur d’occident Valentinien III et de Licinia Eudoxia, fille de Théodose II, elle a pour sœur Galla Placidia. Elle est élevée à la cour de Ravenne [2].

L’empereur Valentinien III et Genséric, roi des Vandales scellent un traité à la suite duquel ils fiancent Hunéric avec Eudocia, elle a alors quatre ou cinq ans. Pour sceller la paix, Hunéric est envoyé comme otage à Ravenne quelques années. Mais encore prince, Hunéric épouse, avant 450, une princesse wisigothe [3], fille du roi Théodoric. Cette dernière, accusée de complot, sera en 442 sauvagement mutilée au visage avant d’être renvoyée en Gaule chez son père.

La situation politique en Italie est instable et à la suite de l’assassinat de son père, en mars 455, sa mère est mariée de force avec le nouvel empereur Pétrone Maxime qui marie Eudocia avec son propre fils Palladius , césar, par la même occasion.

Pour se venger, Licinia Eudoxia appelle en Italie, Genséric, qui saccage Rome en 455. Eudocia et ses filles subissent le sac de Rome et sont parmi les milliers d’otages de Genséric.

Vers 460, Eudocia épouse Hunéric, héritier du roi des Vandales. De cette union, naît le futur roi Hildéric. Hildéric, descendant de la dynastie impériale théodosienne par sa mère, vécut près de quarante ans à la cour de Constantinople.

Genséric utilise sa belle-fille pour tourmenter les empereurs romains d’Orient et trouver des prétextes de guerre. Il accuse Léon 1er d’avoir confisqué les biens de Licinia Eudoxia revenant de droit à Eudocia et donc à Hunéric ; il réclame la dot de sa belle-fille et les rançons de sa mère et de sa sœur.

Prisonnières de Genséric pendant sept ans en Afrique, Licinia Eudoxia et Galla Placidia sont libérées en 462. Elles sont reçues à la cour de Constantinople.

En 472, Hunéric répudie Eudocie. Lorsque son époux commence à persécuter les Orthodoxes, Eudocia s’échappe et se retire à Jérusalem près du tombeau de sa grand-mère Eudocie où elle ne survit que quelques jours, visitant les lieux saints.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Victor de Vita, Histoire de la persécution vandale en Afrique, édition et préface de Serge Lancel, Les Belles Lettres, 2002.

Notes

[1] Les Vandales sont un peuple germanique oriental. Lors des Grandes invasions du 5ème siècle, leur migration les conduisit successivement en Gaule, Galice et Bétique en Espagne, Afrique du Nord puis dans les îles de Méditerranée occidentale Ils fondèrent également le « royaume vandale d’Afrique », ou « royaume de Carthage ». L’origine des Vandales est scandinave. Les Sillings seraient originaires du Nord du Jutland, les Hasdings du golfe d’Oslo qu’ils quittent pour le Jutland également : ils sont mentionnés pour la première fois par Tacite. Entre le 1er et le 3ème siècle, ils sont établis en Germanie orientale, dans une région située entre la Vistule et l’Oder, au bord de la mer Baltique.

[2] Ravenne est une ville italienne de la province de Ravenne en Émilie-Romagne. Elle est considérée comme la capitale mondiale de la mosaïque. Ravenne fut une cité de première importance au tournant de l’Antiquité et du Moyen Âge. En 402, pendant le règne d’Honorius, elle fut, du fait de sa position stratégique plus favorable, élevée au rang de capitale de l’Empire romain d’Occident en lieu et place de Milan, trop exposée aux attaques terrestres des barbares. Son port de grande capacité, sur l’Adriatique, la mettait en communication aisée avec Constantinople, capitale de l’Empire romain d’Orient. La cité continua d’être le centre de l’Empire d’Occident jusqu’à la chute de celui-ci en 476. Elle devint alors la capitale du royaume d’Italie d’Odoacre, puis à partir de 493 celle du royaume des Ostrogoths, sous Théodoric le Grand, qui englobait l’Italie, la Rhétie, la Dalmatie et la Sicile. En 540, sous le règne de Justinien 1er, Ravenne fut conquise par le général de l’Empire d’orient Bélisaire ; elle fut ensuite reconquise par les Ostrogoths avant d’être à nouveau reprise par le général de l’Empire d’orient Narsès en 552. C’est pour contrer le danger né de l’invasion des Lombards en Italie à partir de 568, que Ravenne devint le siège de l’exarchat byzantin d’Italie, par décision de l’empereur Maurice. La concentration de tous les pouvoirs civils et militaires entre les mains de l’exarque, représentant personnel de l’empereur byzantin favorisa, à long terme, l’émancipation des territoires du nord de l’Italie vis-à-vis du pouvoir impérial. Ravenne fut prise en 752 par Aistolf, roi des Lombards. Deux ans après, Pépin le Bref, roi des Francs, la lui enleva et la donna au Saint-Siège.

[3] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.