Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 400 à 300 avant Jésus Christ > Philippe III de Macédoine

Philippe III de Macédoine

lundi 24 février 2014 (Date de rédaction antérieure : 24 juillet 2011).

Philippe III de Macédoine (352-317 av.jc)

Le royaume de Macédoine à la mort de Philippe II.

Fils de Philippe II et de Philinna, il fut frappé d’une incapacité mentale qui l’écarta très tôt de la succession royale. À la mort de Philippe II, en 336, il ne fait donc pas figure de prétendant sérieux face à Alexandre qui lui épargne la vie. Il accompagne Alexandre en Asie, et le seconde dans certaines circonstances montrant qu’il n’en est pas moins considéré comme un membre à part entière de la famille royale.

À la mort d’Alexandre en 323, il est proclamé roi, ainsi que le fils in utero de Roxane, le futur Alexandre IV de Macédoine, par la phalange macédonienne réunie en assemblée à Babylone, et le Conseil est contraint d’accepter cette décision tout en le plaçant sous la tutelle de Perdiccas. Il accompagne ce dernier dans une série de campagnes en 322.

En 321, il épousa une petite-fille de Philippe II, Eurydice, fille de Cynane et d’Amyntas, malgré l’opposition de Perdiccas qui ordonna à son frère Alcetas de tuer Cynane.

L’armée macédonienne, scandalisée par cet assassinat, se mutine et fait accepter le mariage voulu par Cynane. Eurydice semble en avoir appelé à l’assemblée des Macédoniens pour être considérée comme la porte-parole de son mari, et donc la représentante du roi, en lieu et place des Diadoques. Elle joua dès lors, malgré sa jeunesse, un rôle important dans la guerre civile qui secoua la Macédoine.

En 317, Eurydice profita de l’absence de Polyperchon en lutte avec Cassandre pour s’entendre avec le parti de ce dernier, et prendre le pouvoir en Macédoine. Elle ordonna au nom de Philippe III à Polyperchon et Antigone le Borgne de remettre leurs armées à Cassandre, auquel fut confié l’administration du royaume.

Olympias, alors en Épire [1] avec Alexandre IV, mobilisa une armée et marche sur la Macédoine. Elle rencontra les forces de Philippe III et d’Eurydice à Euia, sur la frontière entre la Macédoine et la Thessalie [2].

Le prestige de la vieille Reine mère et le souvenir d’Alexandre l’emportèrent, les soldats de Philippe III le désertent, et il fut fait prisonnier. Eurydice fut bientôt elle aussi arrêtée alors qu’elle fuyait vers Amphipolis [3].

En septembre 317, Olympias fit assassiner Philippe III et contraint Eurydice au suicide.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Philippe III de Macédoine/ Portail de la Grèce antique/ Roi de Macédoine/

Notes

[1] Région montagneuse des Balkans, partagée entre la Grèce et l’Albanie. Épire se traduit par "Continent" en français. Ses habitants sont les Épirotes. Le terme peut désigner plus particulièrement :
- la périphérie d’Épire, l’une des 13 périphéries de la Grèce. Elle est bordée à l’ouest par la Mer Ionienne ; elle est limitrophe au sud-ouest de l’Albanie, au nord de la région de Macédoine de l’Ouest, à l’est de la région de Thessalie. La périphérie (capitale Ioannina (57 000 habitants) est divisée en 4 préfectures : Thesprotie, Ioannina, Arta et Preveza.
- l’Épire du Nord, une région d’Albanie La dynastie des rois éacides du peuple des Molosses y fonda un royaume puissant au 5ème siècle av. jc, avec les autres peuples Chaones, et Thesprôtes. Pyrrhus est un des membres de cette dynastie, ainsi qu’Olympias, la mère d’Alexandre le Grand.

[2] La Thessalie est une région historique et une périphérie du nord-est de la Grèce, au sud de la Macédoine. Durant l’antiquité cette région a, pour beaucoup de peuples, une importance stratégique, car elle est située sur la route de la Macédoine et de l’Hellespont. Elle possédait un important port à Pagases. Le blé et le bétail sont les principales richesses de la région et une ressource commerciale vitale. La Thessalie est aussi l’une des rares régions de Grèce où l’on peut pratiquer l’élevage des chevaux, d’où l’importante cavalerie dont disposaient les Thessaliens.

[3] Amphipolis est une cité grecque de la région des Édoniens en Macédoine orientale. Elle occupe un haut plateau sur la rive est d’une boucle du Strymon, à 4 km au nord de son embouchure dans la mer Égée au niveau du Golfe Strymonique. Fondée en 437 av. jc, elle fut abandonnée au 8ème siècle de notre ère.