Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 3ème siècle > Marcus Clodius Pupienus Maximus dit Maxime Pupien

Marcus Clodius Pupienus Maximus dit Maxime Pupien

jeudi 30 juillet 2015 (Date de rédaction antérieure : 11 août 2011).

Marcus Clodius Pupienus Maximus dit Maxime Pupien (vers 170-238)

Empereur romain de février à mai 238

Maxime Pupien Empereur romain de février à mai 238

Issu d’une vieille famille patricienne, il exerça la fonction de gouverneur dans diverses provinces de l’Empire, et fut plusieurs fois consul.

En 234, il exerçait la fonction de préfet de la ville [1] de Rome. Réputé austère et sévère, il fit preuve d’une autorité acharnée, lui attirant l’hostilité permanente du petit peuple de la ville.

Au début de l’année 238, Maximin le Thrace, empereur assez impopulaire et violent, est sujet à une révolte en Numidie [2]. Des grands propriétaires terriens prennent les armes contre un agent du fisc, le massacrant lui ainsi que les soldats chargés de sa protection. Ils acclamèrent Gordien 1er, un vieux sénateur octogénaire, empereur, qui désigna une fois couronné son fils Gordien II comme co-empereur. Ils s’emparèrent de Carthage. Cependant Capelianus, légat de Numidie, fidèle à l’empereur Maximin, écrasera la révolte et liquida les usurpateurs.

Cependant le sénat et le peuple romain, enthousiasmés de pouvoir déchoir l’empereur Maximin, se sont ralliés à la cause de Gordien. À la nouvelle de l’échec de la révolte, une peur panique s’empare de l’ensemble de la population, craignant une répression sanglante très certaine de l’empereur usurpé.

C’est dans ce climat qui sont nommés empereurs Maxime Pupien, à la tête des armées, et Balbin, chargé du maintien de l’ordre à Rome.

L’impopularité de Maxime Pupien, et les protestations du peuple, imposèrent au sénat d’élever le neveu de Gordien II, le futur Gordien III, au rang de César, et héritier des 2 empereurs.

Maximin apprend calmement tous ces évènements alors qu’il est sur les rives du Danube. Il décida, bien que ne prenant pas pour sérieuse la menace, de marcher sur Rome avec ses troupes. Il franchit les Alpes sans encombre, pénétra en Italie, et parvint aux remparts de la ville d’Aquilée [3], que Maxime Pupien avait transformé en véritable forteresse, largement pourvue en hommes et en vivres. À mesure que le siège durait, le moral des troupes de Maximin baissait. La grogne se faisant plus vive, Maximin entreprit de punir ses généraux, les accusant de saboter le moral des troupes, et en fit exécuter quelques-uns pour l’exemple. Cette brutalité injustifiée provoqua la perte de Maximin, une conspiration de ses soldats a raison de lui et de son fils et se soumirent aux nouveaux empereurs.

Maxime Pupien et Balbin ne s’entendaient guère, mais c’est la garde prétorienne, mise à l’écart depuis le début des événements, qui se décida à agir. Alors qu’est fêtée la victoire sur Maximin, les prétoriens passèrent brusquement à l’action, se saisissant des 2 empereurs, les torturèrent, puis les traînant dans toute la ville jusqu’à leur caserne, où ils les achèvent.

Gordien III, acclamé par tout le monde, leur succède.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire des Empereurs romains/Maxime Pupien et Balbin

Notes

[1] Le préfet de Rome ou préfet de la Ville (en latin : Praefectus urbanus, ou praefectus urbi) est une magistrature romaine non collégiale et non élective, chargée de gouverner la ville. Si les historiens romains mentionnent durant la monarchie romaine et la République archaïque une délégation temporaire et épisodique pour défendre la ville en l’absence des titualires du pouvoir, la préfecture de Rome n’est une magistrature réelle que sous l’Empire.

[2] La Numidie est d’abord un ancien royaume berbère, qui alterna ensuite entre le statut de province et d’état vassal de l’Empire romain. Elle est située sur la bordure nord de l’Algérie moderne, bordé par la province romaine de Maurétanie, de nos jours l’Algérie et le Maroc, à l’ouest, la province romaine d’Afrique, la Tunisie, à l’est, la mer Méditerranée vers le nord , et le désert du Sahara vers le sud. Ses habitants étaient les Numides.

[3] Aquilée est une commune de la province d’Udine dans la région du Frioul Vénétie julienne en Italie. Historiquement, la ville, fondée en 181 av. jc fut, à son apogée, une des villes les plus importantes de l’Empire romain. Aquilée a également été un grand foyer du christianisme, puisqu’elle a été entre le 4ème siècle et le 15ème siècle, le siège du patriarcat d’Aquilée.