Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 3ème siècle > Marcus Antonius Gordianus Sempronianus Romanus Africanus dit Gordien (...)

Marcus Antonius Gordianus Sempronianus Romanus Africanus dit Gordien 1er

vendredi 17 avril 2015 (Date de rédaction antérieure : 11 août 2011).

Marcus Antonius Gordianus Sempronianus Romanus Africanus dit Gordien 1er (vers157-238)

Empereur romain qui régna en 238

Gordien 1er Empereur romain qui régna en 238

En 238, il est au sommet d’une longue carrière sénatoriale, âgé de 80 ans, il est alors proconsul de la province romaine d’Afrique proconsulaire [1], lorsque les propriétaires de la cité de Thysdrus [2], lassés des impôts levés par Maximin le Thrace le désignent comme empereur. Immédiatement, du fait de son âge, il s’adjoint son fils Gordien II. Le Sénat romain ne tarda pas à les reconnaître.

Cependant en Numidie [3], province voisine de la Proconsulaire, le légat resté fidèle à Maximin, mobilisa la 3ème légion Auguste, affronta l’armée des Gordiens, levée à la hâte et dirigée par son fils Gordien II, qui périt au combat. À la nouvelle de cette mort et cette défaite, il se suicida le 12 avril 238.

Les sénateurs Maxime Pupien et Balbin prennent le titre d’empereur mais c’est le petit-fils de Gordien 1er, Gordien III qui fut finalement nommé empereur en mai 238, après l’assassinat des 2 empereurs par la garde prétorienne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire des empereurs Romains/ Gordien Ier/

Notes

[1] L’Afrique ou Afrique proconsulaire, est une province romaine qui correspond au territoire naturel de Carthage, la Numidie Orientale et à la côte occidentale de la Libye actuelle. Cette province, qui est issue de la réunion de l’Africa Vetus et de l’Africa Nova, est divisée par Dioclétien en trois : la Tripolitaine, la Byzacène et l’Afrique proconsulaire résiduelle, aussi appelée Zeugitane.

[2] Ancienne cité phénicienne, fondée par les Puniques et prospère sous Hadrien, elle reçoit, sans doute dès l’époque césarienne, le statut de colonie romaine puis acquiert le statut de municipe libre sous le règne de l’empereur Septime Sévère. Par la suite elle est intégrée à la province de Byzacène. Au cœur d’une région qui connaît une forte productivité agricole, la cité semble jouir d’une relative prospérité. La cité de Thysdrus bénéficie d’une active politique de mise en valeur des terres et de développement économique : les empereurs Vespasien et Titus y amènent l’eau par l’entremise du proconsul d’Afrique. Ainsi, dès le 2ème siècle, elle apparaît comme la « capitale de l’huile » de Byzacène. Nœud routier des plus importants puisque six voies romaines y aboutissent, localisé au centre d’une région oléicole, Thysdrus dispose d’un marché agricole très dynamique. Aujourd’hui, El Jem ou El Djem, ville tunisienne située aux portes de la région du Sahel. Rattachée administrativement au gouvernorat de Mahdia, elle constitue une municipalité. Fondée sur les ruines de la cité antique de Thysdrus ou Thysdritania colonia, elle est célèbre pour son amphithéâtre, le plus grand de l’Empire romain (entre 27 000 et 30 000 spectateurs) après le Colisée de Rome (45 000 spectateurs) et celui de Capoue.

[3] La Numidie est d’abord un ancien royaume berbère, qui alterna ensuite entre le statut de province et d’état vassal de l’Empire romain. Elle est située sur la bordure nord de l’Algérie moderne, bordé par la province romaine de Maurétanie, de nos jours l’Algérie et le Maroc, à l’ouest, la province romaine d’Afrique, la Tunisie, à l’est, la mer Méditerranée vers le nord , et le désert du Sahara vers le sud. Ses habitants étaient les Numides.