Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Humbert II de Viennois ou Humbert II de la Tour du Pin

Humbert II de Viennois ou Humbert II de la Tour du Pin

mercredi 6 janvier 2016, par ljallamion

Humbert II de Viennois ou Humbert II de la Tour du Pin (1312-1355)

Dernier dauphin de Viennois de 1333 à 1349

Portrait du Dauphin Humbert II de Viennois jeuneFils de Jean II , dauphin de Viennois [1], et de Béatrice de Hongrie. Sévèrement jugé par ses contemporains comme un incapable et un dépensier, Humbert II est le dernier dauphin de Viennois. N’ayant pas l’ardeur guerrière de son frère, il se range plutôt dans le camp des pacifiques.

À l’âge de vingt ans, il est précipitamment appelé à remplacer son frère, mort au cours de l’assaut d’un château près de Voiron [2].

Ayant passé sa jeunesse à la cour de Naples, il entretient alors une cour fastueuse dans son château de Beauvoir-en-Royans [3] dans le Dauphiné, ce qui est mal perçu par ses contemporains. À la différence de ses prédécesseurs, Humbert ne mène plus cette vie itinérante d’un château delphinal à l’autre et préfère rester à Beauvoir.

Humbert II est le créateur du Conseil delphinal [4] en 1337, puis de la cour des comptes à partir de 1340. Il fonde également la première université de Grenoble en 1339 avec l’accord du pape Benoît XII.

Humbert II, Dauphin du Viennois, nomma le 20 juin 1337, Agoult des Baux, oncle de son épouse, administrateur de ses finances privées. En janvier 1338, le Dauphin, confronté au problème de ses caisses vides, lui donna ordre de poursuivre les Juifs, les Lombards et les Toscans dans ses États. Accusés d’usure et de contrats usuriers, ils furent taxés de fortes amendes.

Benoît XII envoya aussitôt sur place Johannes de Badis, son Grand Inquisiteur de Provence, pour rechercher les juifs convertis et relaps du Dauphiné.

Le rôle politique d’Agoult des Baux s’amplifia lors des négociations de paix entre le Dauphin et Vienne, en juillet 1338, à la suite de la révolte des Viennois. Au cours de l’été, Humbert dut emprunter 30 000 florins au pape pour solder ses troupes. Sa dette fut gagée sur ses terres et il proposa au pontife de lui vendre le Dauphiné contre 452 000 florins.

Après la perte de son fils unique André, Humbert abandonne vite l’espoir d’avoir une descendance et projette dès 1337 de céder son héritage. Les difficultés financières s’accumulant, Humbert fait procéder à l’inventaire de ses biens en 1339 dans le but de vendre sa principauté au pape Benoît XII.

Sans doute mis au courant des convoitises du roi de France, le pontife lui en offrit 150 000, tout en décidant d’enquêter sur les revenus domaniaux du Dauphin. Entre janvier et juillet 1339, Jean de Cojordan, évêque d’Avignon, trésorier pontifical, et Jean d’Arpadelle, chapelain du pape, parcoururent le Viennois et le Briançonnais. Ils estimèrent les revenus annuels du Dauphin à 27 970 florins, ce qui donnait une valeur théorique de vente pour le Dauphiné de 559 400 florins. La transaction avec le pape échoua.

En effet, Philippe VI et son conseiller l’archevêque de Rouen, Pierre Roger, avaient senti se dessiner une opportunité. Le roi de France engagea d’abord à son service le brillant Agoult des Baux. Il fut d’abord nommé Sénéchal [5] de Beaucaire par Philippe VI, le 30 octobre 1340, puis Sénéchal de Toulouse et d’Albi, le 3 mars 1341. Puis, il fit savoir au pontife qu’il acceptait l’accession de son conseiller à la pourpre.

C’est ce que fit Benoît XII par lettre bullée, en date du 12 décembre 1338. L’archevêque de Rouen arriva à Avignon le 5 mai 1339 et reçut, le 12, le chapeau de cardinal.

Au cours de cette année, le Dauphin voulut à nouveau mater une « émotion » à Vienne. Il se tourna vers le pape et obtint 15 000 florins qu’il promit de rembourser sous six mois. En octobre 1340, il demanda un délai de paiement. En août 1341, il était toujours débiteur de 16 200 florins. Le cardinal Pierre Roger intervint auprès de Benoît XII qu’il persuada d’excommunier le mauvais payeur.

Affolé le pieux Humbert offrit alors au pape de couvrir sa dette en donnant au Saint-siège quelques-uns de ses fiefs. Toujours conseillé par Pierre Roger, Benoît XII fit une réponse négative à l’ambassade delphinale. Sans héritier, endetté jusqu’au cou, rejeté de l’Église, Humbert II allait être, sous peu, une proie facile pour le royaume de France.

Avec le nouveau pape Clément VI, ancien conseiller de Philippe VI de Valois sur le trône pontifical, le sort du Dauphiné était scellé. Il serait rattaché à la France. Sur l’initiative de Clément VI, un grand pas fut franchi au cours du mois de février 1343. Le roi et son fils aîné, Jean de Normandie, vinrent rencontrer Humbert II dans la cité papale.

Le Dauphin du Viennois était aux abois. Toujours à la recherche de liquidités, il se vit proposer par le roi de France un arrangement financier qui le tirerait du besoin. S’il acceptait que le Dauphiné fut dévolu au second fils du roi après sa mort, ses dettes seraient réglées et il jouirait d’une rente annuelle. Humbert sollicita un temps de réflexion.

Depuis quelques mois, il avait pris contact avec son oncle, Robert d’Anjou , pensant que le comte de Provence serait intéressé par l’achat de ses États qui jouxtaient les siens. La réponse de Robert d’Anjou se faisait attendre. Et pour cause… Il venait de rendre son dernier soupir à Naples. Le Dauphin tenta alors de trouver un palliatif. Le 29 mai 1343, il vendit leur indépendance à cinquante-deux paroisses des Alpes qui se regroupèrent pour former la « République des Escartons ». Mais sous la pression pontificale [6] le Dauphin signa un accord avec la France le 30 juillet 1343. Il était prêt à céder aux Valois son Dauphiné.

Clément VI, toujours attentif à la question dauphinoise, écrivit à Philippe VI, le 11 avril 1344, pour lui proposer que le fils aîné du roi de France portât le titre de Dauphin. Le pape envisagea ensuite de lever l’excommunication de Humbert II, qui avait remboursé jusqu’au dernier florin à la Révérende Chambre Apostolique, mais il y mit une condition. Il devait lui céder le fief de Visan [7]. L’accord passé, le 31 juillet, Clément VI reçut Humbert dans son palais de Villeneuve-lès-Avignon [8]. Le Dauphin du Viennois rendit hommage et le pape leva les sentences.

Clément VI put entrer en possession de son fief de Visan à la fin du mois d’octobre au moment où, sur son initiative, arrivaient à Avignon les émissaires de France et d’Angleterre pour discuter d’une nouvelle trêve sous l’égide du cardinal Jean Raymond de Comminges.

Ce fut aussi au cours de cet automne 1344 que le Souverain pontife mit sur pied un nouveau projet de croisade. Il voulait porter le fer contre les « infidèles » sur les côtes même de l’empire byzantin où sévissaient les pirates turcs. Il en confia le commandement au patriarche latin de Constantinople et à Édouard 1er de Beaujeu. L’objectif de cette expédition était de s’emparer de Smyrne [9]. Ce fut chose faite le 28 octobre 1344. La garde de la cité fut confiée aux chevaliers de Rhodes [10] qui la conservèrent jusqu’en 1402, date à laquelle elle fut prise par Tamerlan.

Ce succès en appelait d’autres. Clément VI, au cours du mois de novembre, lança un nouvel appel à se croiser. Seul répondit Humbert II. Le pape, avec une certaine réserve, accepta de le nommer, le 26 mai 1345, capitaine général du Siège apostolique, commandant l’armée chrétienne. Le dauphin, après avoir vidé les caisses de son trésor, embarqua à Marseille le 2 septembre 1345, en compagnie de Jean 1er le Meingre dit Boucicaut , qui s’était déjà illustré à Smyrne. IL allait mener une expédition sans envergure.

Après avoir confié le gouvernement du Dauphiné à Henri de Villars, archevêque de Lyon, il partit en compagnie de son épouse Marie des Baux, âgée de 26 ans, et de sa mère, Béatrix de Hongrie. Très soucieux de leur santé, le dauphin passa son premier hiver à Rhodes. Il battit le 24 juin 1346 les Turcs qui assiégeaient Smyrne. Il fit ensuite engager des pourparlers avec eux après cette petite victoire. Les négociations duraient encore en 1347, année où décéda la dauphine, au cours du mois de mars. Effondré de chagrin, Humbert II retourna en Dauphiné en septembre 1347. Il était ruiné.

Devenu veuf, le roi de France Philippe VI pensa d’abord à se remarier, ce qu’il fit le 29 janvier 1349 avec sa jeune cousine Blanche d’Évreux. Puis, en février, il acheta pour 120 000 écus la ville de Montpellier à Jaime III de Majorque et il repensa au Dauphiné.

Pour s’assurer que le Dauphiné, devenant fief du fils aîné du roi de France, ne soit pas assimilé à n’importe quel autre domaine du souverain, Humbert signe le 29 mars 1349 le traité de Romans [11] avec le royaume de France. Ce traité instaure le « Statut delphinal », ce qui exempte les Dauphinois de nombreuses taxes et impôts. La défense de cette constitution particulière sera l’objet principal des discussions du parlement provincial dans les siècles qui suivirent.

Le 30 mars, les conseillers du roi Guillaume Flote, Pierre de La Forest et Firmin de Coquerel , évêque de Noyon, après plusieurs semaines passées à Tain-l’Hermitage [12], obtinrent l’accord de Humbert II pour la cession. Le 16 juillet 1349, le Dauphin du Viennois aliénait enfin ses droits viagers en faveur de Charles, fils de Jean de Normandie et aîné des petits-fils de Philippe VI, qui fut donc le premier à porter le titre de Dauphin de France. Humbert cédait ses domaines contre 200 000 florins et une rente annuelle de 24 000 livres payable à Pâques ou à la Trinité. La cérémonie du transportqui est le nom donné à la cession pour sauver les apparences) se déroula à Lyon, au couvent des dominicains de la place Comfort. Au cours de celle-ci, Humbert II « se dévêtit » de sa suzeraineté pour en « saisir et investir » Charles. Il lui remit l’épée du Dauphin au manche incrusté du bois de la Vraie Croix, la bannière de saint Georges éclaboussée du sang du dragon, le sceptre et l’anneau delphinaux.

Le nouveau Dauphin jura, entre les mains de Jean de Chissé, évêque de Grenoble, de respecter les franchises du Dauphiné, en particulier les statuts solennels promulgués par Humbert II. Dès le lendemain Humbert prit l’habit monastique. La stratégie de Clément VI avait payé.

Après la cession du Dauphiné, Humbert entre dans l’Ordre des Prêcheurs [13] où il prend l’habit de saint Dominique et aspire à devenir évêque de Paris, voire pape lorsqu’il meurt à 43 ans en 1355. En 1351, il avait été nommé patriarche d’Alexandrie [14] et en 1352, archevêque de Reims [15].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Laurent Jacquot, Société d’Etudes Historiques de Romans - Bourg de Péage, Humbert II et les Romanais, Les Cahiers de Léoncel, 2000.

Notes

[1] Les comtes d’Albon puis dauphins de Viennois, seigneurs du Dauphiné de Viennois, furent les premiers à porter le titre de dauphins de Viennois. Ce surnom vient du fait que de nombreux comtes de Viennois ont porté comme second prénom Dauphin, équivalent assez peu courant au masculin du prénom féminin Delphine (ou Dauphine), et ce depuis Guigues IV Dauphin, comte d’Albon et du Viennois de 1133 à 1142.

[2] Voiron est une commune française située dans le département de l’Isère. Au Moyen Âge, Voiron n’est encore qu’un village, mais déjà un emplacement stratégique qui attire de nombreux commerçants. En effet, sa position frontalière avec le Dauphiné voisin (elle est alors savoyarde de 1029 à 1355) lui procure un avantage commercial indéniable sur ses rivales (Vienne et Grenoble).

[3] Beauvoir-en-Royans est une commune française située dans le département de l’Isère

[4] Le Conseil delphinal est une cour de justice à vocation judiciaire et militaire dans la Province du Dauphiné, de sa création en 1337 jusqu’à sa transformation en parlement en 1453.

[5] Un sénéchal est un officier au service d’un roi, prince ou seigneur temporel. Les baillis (nord de la France) ou sénéchaux (sud de la France) étaient des officiers locaux de l’administration royale. Ils étaient nommés, gagés et pouvaient être révoqués par le roi qui leur conférait des attributions administratives, judiciaires et financières. Ces deux fonctions furent créées sous le règne de saint Louis. Elles s’ajoutèrent parfois à des offices existants (comme les prévôts, ou certains vicomtes).

[6] il n’y aurait pas de levée d’excommunication si Humbert II n’obtempérait pas

[7] Visan est une commune française située dans le département de Vaucluse. Visan est une des quatre communes vauclusiennes du canton de Valréas enclavées dans la Drôme (enclave des Papes), la plus au sud de l’enclave. Sous la Papauté d’Avignon, Benoît XII et Clément VI entreprirent de confisquer ce fief au Dauphin Humbert II. Le premier pontife l’excommunia pour dettes et le second n’accepta de lever la sentence que le 31 juillet 1344 en se faisant rétrocéder Visan qui contrôlait les communications entre le Comtat Venaissin et Valréas. Furieux, les Visanais refusèrent de prêter hommage tant que leurs privilèges n’auraient pas été avalisés. Ce que fit Clément VI le 23 février 1351. Le passage de Visan sous le contrôle pontifical fit fermer l’Hôtel des Monnaies delphinal. Celui-ci frappait des florins d’or, des vingtains et des douzains blancs, ainsi que des redortats et des deniers noirs.

[8] Villeneuve-lès-Avignon ou Villeneuve-lez-Avignon est une commune française située dans le département du Gard.

[9] Izmir, anciennement Smyrne, est le deuxième plus grand port de Turquie (après İstanbul), et la troisième agglomération du pays par le nombre d’habitants. Elle est située sur la mer Égée près du golfe d’Izmir.

[10] L’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, généralement connu, dès le 12ème siècle, sous le nom de Ordo Hospitalis Sancti Johannis Hierosolymitani, est un ordre religieux catholique hospitalier et militaire qui a existé de l’époque des Croisades jusqu’au début du 19ème siècle. Son origine remonterait à la fin du 11ème siècle dans l’établissement des marchands amalfitains à Jérusalem et la création d’hôpitaux, d’abord à Jérusalem, puis en Terre sainte, d’où leur nom d’« Hospitaliers ». À la suite de donations, ils vont posséder des établissements, prieurés et commanderies dans toute l’Europe catholique. À l’instar des Templiers, il assume rapidement une fonction militaire pour défendre les pèlerins qu’il accueille sur les chemins de Jérusalem, puis pour combattre les Sarrasins aux côtés des Francs de Terre sainte. Après l’expulsion des Croisés de Terre sainte en 1291, l’Ordre s’installe à Chypre avant de conquérir l’île de Rhodes en 1310 et de devenir une puissance maritime pour continuer à être le rempart de la chrétienté contre les Sarrasins. À la suite de la disparition de l’ordre du Temple en 1314, les Hospitaliers reçoivent les biens des Templiers, ce qui fait d’eux l’ordre le plus puissant de la chrétienté. Expulsé de Rhodes en 1523 par la conquête turque, l’Ordre s’installe à Malte en 1530, dont il est considéré comme le souverain, par décision de Charles Quint.

[11] Le traité de Romans est un traité signé à Romans-sur-Isère (Drôme) le 29 mars 1349 entre le dauphin de Viennois, Humbert II, et le roi de France, Philippe VI. Le Dauphin vendait sa principauté du Dauphiné de Viennois, dont la capitale était Grenoble, à la France, qui faisait alors un grand bond territorial à l’est du Rhône. Le traité prévoit également que le Dauphiné serait le fief du fils aîné du roi de France, et qu’à ce titre, le fils aîné du roi de France porterai désormais le titre de Dauphin. Il est également prévu que le Dauphiné bénéficierait d’un statut fiscal particulier, le statut delphinal.

[12] Tain-l’Hermitage est une commune française située dans le département de la Drôme et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Tain-l’Hermitage est située sur la rive gauche du fleuve Rhône et fait face à Tournon-sur-Rhône qui se trouve sur l’autre rive dans l’Ardèche. Elle est située à 20 kilomètres au nord de Valence, préfecture de la Drôme et se trouve à environ 80 kilomètres au sud de Lyon. Fief des Dauphins et possession des Tournon au 12ème siècle.

[13] L’ordre des Prêcheurs ou des Frères Prêcheurs, plus connu sous le nom d’ordre dominicain, est un ordre catholique né sous l’impulsion de saint Dominique en 1215. Il appartient, comme l’ordre des Frères mineurs ou franciscains, à la catégorie des ordres mendiants.

[14] Le patriarcat latin d’Alexandrie ou patriarcat d’Alexandrie des Latins est un ancien siège titulaire de l’Église catholique créé en 1341 et supprimé en 1964.

[15] Une des prérogatives des archevêques de Reims fut de sacrer les rois de France, avec l’huile de la Sainte Ampoule. Dans la cathédrale de Reims actuelle, de Louis VIII à Charles X, vingt-cinq rois de France furent sacrés.