Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 13ème siècle > Aliénor de Bretagne dite la Brette

Aliénor de Bretagne dite la Brette

dimanche 3 janvier 2016, par ljallamion

Aliénor de Bretagne dite la Brette (1185-1241)

Aliénor de Bretagne dite la Brette dans une généalogie du 13ème siècle (British Library)Fille de Geoffroy Plantagenêt et de Constance de Bretagne. Son oncle Jean sans Terre, puis son cousin Henri III la retiennent captive jusqu’à sa mort, en 1241.

Le père d’Aliénor est le quatrième des fils d’Henri II d’Angleterre. Il vient après Richard Cœur de Lion et précède Jean, dans l’ordre de succession pour tout l’empire Plantagenêt [1]. Aliénor n’a qu’un an ou deux lorsque ce père meurt, le 19 août 1186, faisant d’elle l’héritière de Richard selon la coutume angevine. Par sa mère, elle est héritière de la Bretagne et du comté de Richemont [2].

Elle sera précédée dans tous ces droits par son frère, du vivant de celui-ci. En ce qui concerne l’héritage Plantagenêt, les droits des deux enfants de Geoffroy vont donc primer ceux de leur oncle Jean. Ce qui va faire leur malheur. Arthur, le frère d’Aliénor, naît dans la nuit du 29 au 30 avril 1187, huit mois après la mort de leur père.

En 1192, la fillette part en Autriche, son oncle Richard Cœur de Lion, prisonnier, ayant été contraint de la fiancer au fils du duc Léopold. À la mort du duc le 31 décembre 1194, Aliénor revient en Bretagne. Un mariage est envisagé avec Louis, fils de Philippe Auguste. Mais le projet reste sans suite.

Aliénor est enlevée par son oncle Jean. On ignore à quelle date, où, et dans quelles circonstances. Jean se proclame son tuteur. Elle restera prisonnière toute sa vie. Richard Cœur de Lion meurt en 1199. La duchesse Constance meurt en 1201. Arthur, prisonnier de Jean, est probablement assassiné, sur ordre de son oncle, en avril 1203. Mais on n’apprendra sa mort que cinq ans plus tard.

Le 6 décembre 1203, fuyant la Normandie, Jean débarque en Angleterre avec sa captive. Au printemps 1204, Philippe Auguste réclame la libération d’Aliénor. En 1208, les évêques bretons font de même. Ce n’est qu’en cette année 1208 que la mort d’Arthur est connue. La prisonnière est contrainte, faisant valoir ses droits sur la Bretagne et sur le comté de Richemont, de préciser qu’elle confie le pouvoir à Jean. En 1214, Aliénor est détenue en France [3], puis elle revient en Angleterre.

Quand Jean sans Terre meurt en 1216, Henri III lui succède, et Aliénor reste encore prisonnière vingt-cinq ans. Parmi ses lieux de captivité, on connaît Gloucester [4], Marlborough [5] et enfin Bristol [6], où elle meurt, le 10 août 1241. Elle est enterrée au couvent d’Ambresburg [7].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Gwen Seabourne, « Eleanor of Brittany and Her Treatment by King John and Henry III », Nottingham Medieval Studies, vol. 51,‎ 2007

Notes

[1] Anjou, Maine, Touraine, Normandie, Poitou, Aquitaine, Angleterre

[2] au nord de l’Angleterre

[3] campagne malheureuse de Jean, de février à juillet, qui se solde par la défaite de La Roche-aux-Moines

[4] Gloucester est une ville du sud-ouest de l’Angleterre, à proximité de la frontière du Pays de Galles.

[5] Marlborough est une ville d’Angleterre dans le Wiltshire, d’après laquelle ont été créés les titres de comte puis de duc de Marlborough dans la pairie d’Angleterre. Plusieurs monarques anglais ont choisi d’y résider au Moyen Âge.

[6] Bristol est une ville britannique située dans le sud-ouest de l’Angleterre, sur la rivière Avon marquant traditionnellement la frontière entre les comtés de Gloucestershire et le Somerset.

[7] Le couvent d’Ambresburg (Amesbury), prieuré double fontevriste fondé en 1177 tout près de Stonehenge par Audeburge de Hautes-Bruyères, troisième abbesse de l’ordre. C’est dans ce couvent qu’est enterrée Aliénor de Bretagne, prisonnière jusqu’à sa mort de son oncle Jean sans Terre, puis de son cousin Henri III.