Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > AEthelwold de Winchester

AEthelwold de Winchester

vendredi 2 octobre 2015

AEthelwold de Winchester (904/909-984)

Évêque de Winchester de 963 jusqu’à sa mort

Il joua un rôle important dans l’évolution de la vie monastique selon les préceptes de la règle bénédictine, notamment à travers la rédaction du “Regularis Concordia” [1].

Né dans une famille noble de Winchester [2]. À partir de la fin des années 920, il sert à la cour du roi AEthelstan d’Angleterre . Le roi le fait consacrer prêtre par AElfheah le Chauve , évêque de Winchester [3], le même jour que Dunstan. Après avoir passé la fin des années 930 à étudier auprès dAElfheah, il part vivre à Glastonbury [4], dont Dunstan a été nommé abbé. Il y étudie la grammaire, la métrique [5] et la patristique [6] et parvient au grade de doyen.

Au cours du règne d’Eadred, il souhaite voyager en Europe pour développer ses connaissances sur la vie monastique, mais le roi lui en refuse la permission et le nomme à la place abbé de l’ancien site monastique d’Abingdon [7] dans l’Oxfordshire [8], qui héberge à l’époque des prêtres sécularisés. Les années qu’il passe à Abingdon sont extrêmement productives. Il procède à la construction d’une église, à la réfection du cloître et il y met en place la règle bénédictine.

À la mort d’Eadred, son neveu Eadwig lui succède et contraint à l’exil Dunstan, le principal conseiller de son prédécesseur. Cela n’empêche pas AEthelwold de participer à la vie de la cour pendant un certain temps durant le bref règne d’Eadwig.

Le futur roi Edgar ayant reçu l’enseignement d’AEthelwold au cours de sa jeunesse, il est certainement influencé favorablement envers la règle bénédictine. AEthelwold lui apporte naturellement son soutien dans la succession à la mort d’Eadwig. Il semble être placé au service personnel du roi Edgar en 960-963, car il rédige un grand nombre de chartes durant cette période.

Il est sacré évêque de Winchester le 29 novembre 963. L’année suivante, avec l’assentiment du roi Edgar et l’appui d’une troupe armée menée par un officier royal, il fait expulser les clercs de la cathédrale de Winchester pour les remplacer par des moines d’Abingdon, le roi en avait sollicité la permission au pape à l’automne précédent. Entre 964 et 971, il procède à la refondation de monastères à Chertsey, Milton Abbas, Peterborough [9], Ely [10] et Thorney [11], ainsi qu’au couvent de Nunnaminster à Winchester [12]. Il met également un zèle particulier à récupérer des terres qu’il estime avoir été retirées à des communautés religieuses, et il n’hésite pas à avoir recours à de faux documents pour établir leurs droits dessus.

AEthelwold représente un soutien essentiel pour les bénédictins pendant le règne d’Edgar, et il est l’auteur de toutes les principales œuvres de propagande produites à l’époque en Angleterre. Il peut compter sur le soutien d’Edgar comme de sa femme AElfthryth, et il souligne dans ses écrits le rôle d’Edgar dans les restaurations de monastères, en le désignant comme un représentant du Christ. Il envisage pour le couple royal un rôle important de supervision des monastères et couvents. Il se montre plus radical encore que les deux autres grands réformateurs contemporains du monasticisme, Dunstan et Oswald.

Il est l’auteur de la “Regularis Concordia Anglicæ Nationis Monachorum Sanctimonaliumque”, datée de 973. Ce recueil de textes porte sur les pratiques monastiques à travers l’Europe occidentale et donne lieu à un supplément à la règle de saint Benoît qui influence durablement l’épiscopat d’Angleterre en imposant la préséance des moines.

Les bénédictins de l’époque sont considérablement plus lettrés que le clergé séculaire, et leurs écoles sont meilleures. AEthelwold enseigne lui-même auprès des élèves les plus avancés à Winchester, et il transparaît dans leurs écrits beaucoup de respect et d’affection. Les travaux qu’il laisse, écrits en latin ou en vieil anglais, montrent qu’il était un intellectuel de grande qualité, ses écrits vernaculaires jouent vraisemblablement un rôle important dans le développement d’un vieil anglais plus standardisé. Une partie de sa fortune est employée à reconstruire des églises, et il est aussi un mécène de l’art ecclésiastique. Les ateliers d’artistes qu’il établit restent influents après sa mort, y compris en dehors du pays.

Vers la fin du règne d’Edgar, il épouse la cause d’Ethelred, le fils d’AElfthryth qui l’a toujours protégé. Dunstan et Oswald, de leur côté, semblent plutôt avoir soutenu le fils qu’Edgar avait eu avec une précédente épouse, Édouard le Martyr, qui monte finalement sur le trône. Édouard est assassiné en 978, et AEthelwold semble alors jouer un rôle de conseiller très influent auprès du jeune Ethelred, encore mineur.

AEthelwold meurt le 1er août 984 à Beddington [13], dans le Surrey [14]. Il est inhumé dans la crypte d’Old Minster [15] à Winchester

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Æthelwold de Winchester/ Portail du christianisme/ Évêque de Winchester

Notes

[1] Le Regularis Concordia est un texte élaboré à Winchester en Angleterre, vers 970. Ce document a été compilé par Æthelwold de Winchester, aidé par des moines de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire (Fleury) et de celle de Saint-Pierre de Gand. Il y avait alors une grande diversité dans les pratiques observées dans les différents lieux de culte en Angleterre. Afin de pallier le risque inhérent à cette situation, un concile synodal fut convoqué à Winchester vers 970 dans le but d’instaurer des règles communes qui seraient observées dans tous les monastères et Æthelwold fut chargé de les rassembler.

[2] Winchester est la ville capitale du comté de Hampshire, au sud de l’Angleterre. Elle devient la grande capitale du royaume du Wessex du 6ème siècle au 9ème siècle, puis d’Angleterre jusque sous les premiers rois normands au 11ème siècle. Elle reste une des résidences principales des rois jusqu’à George 1er, tout en s’affirmant un des évêchés les plus riches d’Angleterre. Son évêque, qui siège à la chambre des Lords, a aujourd’hui le cinquième rang dans la hiérarchie anglicane.

[3] L’évêque de Winchester est à la tête du diocèse anglican de Winchester, dans la province de Cantorbéry. Il s’agit d’un des sièges épiscopaux les plus anciens et les plus prestigieux d’Angleterre, et son titulaire est automatiquement membre de la Chambre des Lords. Il est aussi prélat de l’Ordre de la Jarretière.

[4] L’abbaye de Glastonbury, située en Angleterre, dans le Somerset, prétend être la plus ancienne église hors sol (par opposition aux cryptes et autres catacombes) au monde, datant l’établissement de la communauté de moines en 63, au moment de la visite légendaire de Joseph d’Arimathie, qui y aurait apporté le Saint-Graal et aurait planté l’aubépine de Glastonbury, arbrisseau fleurissant à Noël et en mai.

[5] La métrique est le nombre de syllabes dans un vers La prosodie est commune à la prose et aux vers : tout vers, si l’on en néglige les caractéristiques métriques, peut être lu comme un énoncé en prose. En général, la métrique se fonde, en en sélectionnant certaines, sur les propriétés prosodiques des langues, mais elle n’englobe pas ces propriétés : la prosodie reste fondamentalement distincte de la métrique. Selon la propriété prosodique sélectionnée, on pourra parler de métrique quantitative, de métrique syllabique, de métrique accentuelle.

[6] Patristique et patrologie Ces deux termes sont souvent employés indifféremment pour désigner l’étude des auteurs chrétiens de l’Antiquité reconnus traditionnellement par l’Église catholique et les Églises orthodoxes comme « Pères », fondateurs de la théologie chrétienne.

[7] L’abbaye d’Abingdon était une abbaye bénédictine située à Abingdon. Elle aurait été fondée en 675, mais le premier abbé historiquement attesté est Æthelwold de Winchester, au milieu du 10ème siècle, qui restaure et agrandit l’abbaye. Le dernier abbé, Thomas Pentecost (ou Rowland), est l’un des premiers abbés anglais à reconnaître l’Acte de suprématie de Henri VIII : il signe la dissolution de l’abbaye d’Abingdon en 1538. Les bâtiments de l’abbaye ont presque totalement disparu depuis, et il ne subsiste plus que certaines de ses dépendances.

[8] L’Oxfordshire est un comté du sud-est de l’Angleterre, avoisinant Northamptonshire, Buckinghamshire, Berkshire, Wiltshire, Gloucestershire et Warwickshire.

[9] La cathédrale de Peterborough est le siège de l’évêque de Peterborough dans le Cambridgeshire en Angleterre. Elle est dédiée à saint Pierre, saint Paul et saint André, dont les statues sont exposés dans les trois hauts gables de sa façade ouest. Fondée pendant la période saxonne, la cathédrale s’inspire principalement de l’architecture normande suivant la reconstruction du 12ème siècle après l’incendie du monastère.

[10] La cathédrale de la Sainte et Indivisible Trinité est l’église mère du diocèse d’Ely, dans la région de l’Est-Anglie en Angleterre. Le premier édifice chrétien construit en ce lieu fut le monastère double fondé en 673 par sainte Etheldrède, princesse saxonne de la région, qui repose d’ailleurs à l’intérieur de la cathédrale, face au maître-autel. Détruit par les Danois en 870, le monastère fut reconstruit pour devenir une communauté bénédictine en 970.

[11] L’abbaye Sainte-Marie-et-Saint-Botulphe de Torney est un ancien monastère bénédictin situé dans le village de Thorney au Royaume-Uni. Érigée vers 970 à l’emplacement d’un ancien ermitage du 7ème siècle, l’abbaye est dissoute par Henri VIII d’Angleterre en 1539. Seule l’abbatiale, transformée en église paroissiale, subsiste de nos jours.

[12] Le Nunnaminster, plus tard connu comme l’abbaye de St Mary, était l’un des trois grands monastères royaux saxons de Winchester. Fondée par la reine Ealhswith, l’épouse d’Alfred le Grand, en 903, il est devenu l’un des plus grands centres d’apprentissage et de l’art en Angleterre. En 964, le Nunnaminster, et la Nouvelle abbaye formèrent une seule abbaye

[13] Beddington est une ancienne localité du Surrey.

[14] Le Surrey est un comté du sud-est de l’Angleterre au sud du Grand Londres, qui fait partie des Home Counties et avoisine aussi le Kent, le Sussex de l’Est, le Sussex de l’Ouest, le Hampshire et le Berkshire. Sa capitale traditionnelle est la ville de Guildford, bien que son conseil de comté se trouve à Kingston upon Thames.

[15] L’Old Minster (le Vieux Monastère) était la cathédrale saxonne du diocèse de Wessex puis de celui de Winchester de 648 à 1093. Elle se trouvait au nord de l’actuelle cathédrale de Winchester, qui la recouvre aujourd’hui partiellement. L’édifice en pierre a été construit en 648 pour le roi de Wessex Cenwalh et Saint Birin. Il fut choisi comme cathédrale du diocèse en 660, fut agrandi et redécoré au fil des décennies. Saint Swithun fut inhumé dans son cimetière en 862. Au 10ème siècle, Old Minster devint le prieuré d’une communauté de Bénédictins