Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 100 av.jc à 1 de notre ère > Marcus Terentius Varro dit Varron

Marcus Terentius Varro dit Varron

mardi 28 juillet 2015

Marcus Terentius Varro dit Varron (116-27 av. jc)

Écrivain et savant romain

Né à Reate [1], en Sabine, il fut l’élève d’ Accius et des grammairiens Aelius Stilo et Tyrannion .

De 76 à 72 av. jc, il participe comme légat et proquesteur à la campagne menée en Espagne par Pompée contre Sertorius. Il en profite pour faire des observations sur les pratiques d’agriculture et d’élevage, dont on retrouve la trace dans “le De re rustica”. En 70, il est tribun de la plèbe. En 67, il est de nouveau aux côtés de Pompée dans la guerre contre les pirates, menée en vertu de la lex Gabinia [2]. Il se voit confier la surveillance d’un secteur allant de la Sicile vers Délos [3]. Il parvint au rang de préteur [4].

En 49 av. jc, pendant les guerres civiles romaines, il est légat de Pompée en Hispanie ultérieure [5], contre Jules César. Cette province et ses légions se ralliant à César, Varron capitule et se rend à ce dernier. En 47, Marc Antoine s’installe dans sa villa de campagne à Casinum [6] dans le Latium.

Ayant obtenu le pardon de César, il se rallie à lui et devient responsable de l’organisation des premières bibliothèques publiques de Rome. Après la mort de César, Octave doit le racheter puisque Marc Antoine l’avait déclaré hors-la-loi. Il abandonne alors totalement la carrière politique pour se consacrer au savoir et à l’écriture.

Il est l’auteur de près de 600 volumes, mais seule une cinquantaine nous est parvenue en plusieurs fragments, alors que la seule œuvre complète est “le De re rustica”. Cette œuvre est considérée comme une importante contribution au développement des encyclopédies, en raison de l’idée très claire que Varron se faisait de l’organisation du savoir. Ainsi, “les Disciplinarum” consacraient chaque livre à un sujet distinct, en l’occurrence les sept arts libéraux. Son “Antiquitatum rerum” consacrait les 25 premiers livres aux affaires humaines et les 16 suivants aux divinités.

Cet érudit est réputé avoir fixé le premier de façon intangible la date de la création de Rome à l’an 753 av jc, référence employée officiellement par l’administration romaine après lui.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Varron (écrivain)/ Portail de la littérature/ Écrivain romain du Ier siècle av. J.-C.

Notes

[1] auj. Rieti

[2] La loi de Gabinius ou Lex Gabinia fut proposée par le tribun de la plèbe Aulus Gabinius pour donner un pouvoir militaire étendu sur toute la Méditerranée à un général romain, afin de se débarrasser des pirates qui, avec leurs 1 000 vaisseaux, infestaient cette mer et y possédaient de nombreuses places fortes, comme la Crète, la Sicile. Pour la première fois, un tel pouvoir (imperium) n’était pas confié pour une province romaine précise comme c’est l’usage, mais pour l’ensemble des côtes méditerranéennes. C’est Pompée qui en bénéficia en 67 av.jc.

[3] Délos est l’une des îles des Cyclades, en Grèce. Minuscule (3,5 km2), aride, inhabitée depuis longtemps, elle se situe en face de l’île de Rhénée (14 km2, inhabitée) et à proximité de Mykonos. Ses pentes sont douces et la colline Cynthe (Kynthos) ne dépasse pas 113 m. Le port a toujours été exposé aux vents qui, dès qu’ils se lèvent, rendent l’île inaccessible. Dans la partie basse se trouvait jadis un lac sacré d’eau douce, aujourd’hui à sec.

[4] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il est de rang sénatorial, peut s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il est précédé par deux licteurs à l’intérieur de Rome, et six hors du pomerium de l’Urbs. Sous la République, il est élu pour une durée d’un an par les comices centuriates.

[5] Après la victoire romaine sur Carthage lors de la Deuxième guerre punique, la République romaine divise ses territoires ibériques en deux provinces : l’Hispanie ultérieure et l’Hispanie citérieure. L’Hispanie ultérieure couvre approximativement l’actuelle Andalousie et le sud de l’actuel Portugal. L’administration de la province est installée à Cordoue. Plus tard, sous Auguste, la province est scindée en deux entités distinctes : la Bétique et la Lusitanie.

[6] Cassino est une ville italienne située dans la province de Frosinone dans la région du Latium, dans le sud de l’Italie. La ville de Cassino se trouve à environ 50 kilomètres de Naples, au pied du mont Cassin à l’est de celui-ci, au sommet duquel se trouve l’abbaye territoriale du Mont-Cassin. Il appartient à la partie Sud de l’Italie, Le Mezzogiorno, et est de ce fait une ville assez pauvre de la campagne Napolitaine dans les montagnes de l’Italie du Sud.