Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Guillaume II de Sicile dit Guillaume le Bon

Guillaume II de Sicile dit Guillaume le Bon

dimanche 18 janvier 2015, par ljallamion

Guillaume II de Sicile dit Guillaume le Bon (1154-

Roi normand de Sicile de 1166 à 1189

Le Christ couronnant Guillaume II. (mosaïques byzantines de la cathédrale de Monreale)Fils et successeur du roi Guillaume le Mauvais . À la mort de ce dernier, il est placé sous la régence de sa mère Marguerite de Sicile jusqu’à sa majorité en 1171. Très cultivé, polyglotte et élevé à l’orientale, c’est un roi bon mais peu attiré par la guerre. Cependant, le qualificatif de bon peut également cacher un manque certain d’autorité, notamment face aux barons normands continentaux d’Italie méridionale.

Il entretient de bons rapports avec la papauté, s’allie au roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt, dont il épouse en 1177 la fille Jeanne d’Angleterre, sœur de Richard Cœur-de-Lion, mais reste hostile à l’Empire byzantin et s’oppose à l’empereur germanique Frédéric Barberousse, ce dernier tentant pas moins de 5 descentes militaires en Italie, sans grands résultats toutefois.

Aidé par un brillant amiral, Margaritus de Brindisi , Guillaume tente de continuer la politique expansionniste de son père, et surtout celle de son grand-père Roger II de Sicile.

En 1174, sa flotte conduite par l’amiral Gauthier de Moac attaque l’Égypte mais échoue dans sa tentative de prendre Alexandrie.

Il attaque l’Empire byzantin en 1185, occupe Durazzo [1] sur l’Adriatique puis réussit à prendre la deuxième ville de l’Empire, Thessalonique [2]. Cependant, une contre-offensive byzantine menée par Alexis Branas force les troupes normandes, en majorité musulmanes, à quitter la ville la même année et à évacuer Durazzo.

Cherchant une alliance contre Byzance, il finit par donner sa tante Constance de Hauteville, fille posthume de Roger II de Sicile, comme épouse au prince impérial Henri Hohenstaufen, fils de Barberousse en 1186.

Mais sa mort précoce à l’âge de 35 ans, sans enfants légitimes, provoque vite de graves problèmes de succession, laissant le royaume siculo normand [3] en proie aux prétentions du Saint Empire romain germanique.

Le roi Guillaume le Bon est à l’origine de plusieurs édifices. Il fait achever notamment en 1170, le palais de la Zisa [4], commencé par son père en 1164, et y entame quelques modifications jusqu’en 1184. Vers 1180, c’est la Cuba qu’il fait édifier à Palerme. Il est également l’instigateur de la construction de la cathédrale de Monreale.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Guillaume II de Sicile/ Portail de la Sicile/ roi de Sicile

Notes

[1] Durrës est la deuxième plus grande ville d’Albanie après Tirana. Elle est le principal port du pays. Dans l’Antiquité, elle fut la capitale de la province d’Épire, sous les noms d’Épidamne ou Dyrrhachium

[2] Thessalonique ou Salonique est une ville de Grèce, chef-lieu du district régional du même nom, située au fond du golfe Thermaïque. Aujourd’hui, elle est la capitale de la périphérie (région) de Macédoine centrale en Macédoine grecque mais aussi celle du diocèse décentralisé de Macédoine-Thrace.

[3] Le royaume de Sicile, également appelé royaume normand de Sicile, est créé en 1130 par Roger II sur l’île de Sicile, la Calabre, les Pouilles, et Naples. Ce royaume traverse plusieurs phases marquées par les dominations successives des Normands, des Souabes (autre nom pour la dynastie des Hohenstaufen, descendants de Frédéric de Souabe), des Angevins et des Aragonais.

[4] Le palais de la Zisa ou la Zisa est un château de la seconde moitié du 12ème siècle dans la partie ouest de Palerme, en Sicile. Bien représentatif de l’art arabo-normand1 du royaume siculo-normand, ce monument très bien conservé, est construit à partir de l’an 1164 à la demande du roi normand Guillaume 1er de Sicile dit le « Mauvais » et achevé en 1170, sous le règne de son fils et successeur, le roi Guillaume II de Sicile le « Bon ».